8 avril 2011

La fille d'O réinvente le corset!

Hier, je me suis rendue dans quelques agences de presse afin de découvrir les nouvelles collections automne/hiver 2011. L'occasion de revisiter la superbe agence Pure et.. de retrouver la nouvelle collection de La fille d'O!

Nouveautés de la collection: première utilisation du blanc dans ses sous-vêtements (ce qui ne les rend pas moins trashy-sexy, la griffe de la créatrice est toujours bien présente), un soutien-gorge d'allaitement, ainsi qu'un soutien gorge où l'on peut insérer des prothèses, pour les femmes ayant souffert d'une ablation du sein après un cancer par exemple, pour que toutes les femmes puissent se sentir belles.

Sinon on revoit les codes propres à la marque: beaucoup de tulles, du chair, du noir, des découpes osées, de la transparence bien placée, les lignes des sous-vêtements qui suivent les lignes du corps...

Mais alors, on a eu un énorme, gigantesque, coup de foudre pour la guêpière version La fille d'O. Vous avez déjà enfilé une guêpière? Oh gosh, ces agrafes qui sautent, ou ces lacets qui se délacent, et je passe tous les autres problèmes techniques de ce genre de vêtement de torture... La créatrice a eu une idée de génie, un système de fermeture hyper simple, et qui ne gâche rien au modèle de la guêpière, au contraire. En images ce sera plus simple:

Les agrafes devant sont grandes et faciles à "emboîter", elles ne s'ouvrent pas. Derrière, un superbe laçage attaché à des "sangles" élastiques. En gros, on l'ajuste une fois, et puis on ne bouge plus aux lacets.

On ramène simplement les deux sangles devant pour bien étirer le laçage et mouler le corset...

..et on insère l'attache en plastique dans l'encoche en tissu. Une minute top chrono! En plus je trouve que les deux bandes qui se croisent devant donnent un résultat très joli. Donc les filles, plus d'excuses! Si votre homme vous demande de vous (dé)vêtir de manière sexy, vous lui dites "Ok, mais je le ferai quand tu m'auras offert le corset de La fille d'O". Deal?

Quelques autres pièces qui m'ont plu:

1 commentaire: