26 novembre 2012

Dernières lectures : La Trace et La Valse lente des tortues



La Trace de Christine Féret-Fleury (Black Moon)
Un road book passionnant qu’il est difficile de lâcher : Sarah doit se marier dans quelques jours, mais entre le bouquet de roses noires où étaient dissimulées des lames de rasoirs et son fiancé qu’elle entend parler de son meurtre, son monde s’effondre. A quelques pas de l’autel, elle s’enfuit laissant derrière elle sa famille, à l’exception de sa cousine Rébecca, affreusement jalouse de Sarah et amoureuse du fiancé de celle-ci, et Lavinia, sa grand-mère froide et insensible. Et nous voilà embarqués dans une course poursuite à travers les paysages américains et semée de cadavres. Un livre captivant, une histoire originale et surtout une fin inattendue, cela faisait longtemps que je n’avais pas autant accroché à un livre et surtout que je n’avais pas terminé ma lecture aussi contente, enfin un livre avec une fin recherchée !




La Valse lente des Tortues de Katherine Pancol (celui qui vient entre Les Yeux  jaunes des Crocodiles et Les Écureuils de Central Park sont tristes le lundi)
J’ai longtemps louché sur ces livres pour finalement craquer, et acheter le 2e tome en pensant qu’il s’agissait du premier. Pas trop grave, on peut tout à fait lire un tome au hasard sans avoir lu la saga ! Il s’agit d’un pur roman de chick lit, c’est léger, ça se dévore. Malgré tout, c’est un livre qui dure (pour une fois ce n’est pas écrit en police 14 sur du papier méga épais, tout le contraire). Joséphine est une bonne poire qui se fait marcher sur les pieds par tout le monde et passe sans cesse à côté du bonheur par qu’elle n’ose pas s’y jeter. Entre ses filles aux caractères complètement opposés mais pas faciles, sa sœur et sa mère oisives dominatrices et cupides, son sex friend étrangement distant et accessoirement bipolaire, son beau père gaga, son beau frère dont elle est amoureuse, son ex-mari mort avalé par un crocodile qui lui envoie des cartes postales, et un assassin inconnu qui sévit dans le quartier de son nouvel immeuble, Joséphien va peu à peu prendre possession de sa vie et se rebeller.
On est vraiment ici dans un livre très léger, de la vraie littérature de poule, malgré tout agréable à lire, sur fond d'intrigue policière. Seul bémol dans cette histoire, les passages surnaturels complètement inutiles : la sorcellerie vaudou, l’ange réincarné en bébé  surdoué et le défunt père de Joséphine qui lui parle en métaphores, ça me semble bien superflu dans cette histoire.


1 commentaire:

  1. "La Trace" me tente bien à en lire le résumé. Mais je n'ai plus beaucoup le temps pour la lecture en ce moment et je suis en plus dans ma phase "série tv" donc ... =)

    RépondreSupprimer