28 avril 2012

J’ai peur de mes cosmétiques : aluminium, parabens, pétrole, goudron, silicones…

L’autre jour, j’ai vu un sujet dans l’émission Question à la Une (RTBF, télé belge) sur la présence d’aluminium dans la nourriture, les cosmétiques, les vaccins… C’est le jour où j’ai appris qu’on mangeait de l’aluminium et qu’on en absorbe par la peau tous les jours, et que c’est une énième substance qui pourrait être cancérigène.  

Du coup, moi qui suis parano, j’ai foncé sur le net chercher des infos, et j’ai sorti une liste de 14 ingrédients nocifs qui se trouvent dans les cosmétiques (je m’attaquerai à l’alimentaire plus tard). Ça fait longtemps qu’on entend parler des méfaits des parabens, je pensais d’ailleurs ces derniers absents de la plupart des cosmétiques vu leur mauvaise publicité. Grosse erreur, dans mon tri effréné, je découvre que des marques réputées et chères (!!) en utilisent à profusion : Benefit, The Body Shop, Yves Rocher… il y a du paraben partout, et pas en fin de liste ! Le risque des parabens, c’est qu’à terme ils pourraient aider à développer des allergies, jusqu’à l’asthme. Même combat pour l’aluminium, qu’on retrouve dans nombre de cosmétiques (heureusement, je n’ai plus mes emballages E.L.F., parce que je pense que là ce serait le pompon). Le plus dangereux, c’est la présence d’aluminium dans les déodorants anti-transpirants qui causeraient des cancers du sein puisqu’ils sont appliqués sur la zone où l’on développe le plus fréquemment des kystes et tumeurs : les aisselles. 
J’ai jeté la plupart de mes déos du coup. Et je ne parle même pas de la présence de pétrole (le pétrolatum, communément connu sous le nom de Vaseline, un dérivé du pétrole qu’on retrouve dans tous les baumes pour les lèvres et autres produits pour les lèvres en ingrédient principal), de goudron (éléments commençant par CI….), de silicone… et sûrement un tas d’autres ingrédients dangereux dont on ne connaît pas encore les propriétés cancérigènes. Du coup, j’ai jeté encore quelques maquillages, et surtout des baumes à lèvres. Je ne sais pas où chercher pour en trouver sans matières dangereuses, mais je pense que mon prochain shopping cosméto se fera dans un magasin bio et naturel (même si ce n’est pas une garantie). 

Honnêtement, je pense que c’est quasiment impossible de se passer de ces saloperies, car tous les cosmétiques en renferment, même ceux qui se vantent d’être naturels (voir plus bas), mais je serai maintenant beaucoup plus vigilante, marre qu’on nous empoisonne juste pour faire que les grandes industries cosmétiques et autres se remplissent un peu plus les poches! Évidemment, l’État (qui se fait graisser la patte par les géants cosmétiques, mais bon) a mis en place des mesures et des limites à ne pas dépasser, mais le risque ne se trouve pas dans UN déo à l’aluminium ou UNE poudre bronzante qui contient des parabens, aluminium, silicone et dérivés du goudron. Le véritable danger, c’est qu’on consomme tellement de produits pollués sur une journée qu’un jour ou l’autre, on risque d’atteindre l’application de fond de teint en trop ou le jet de déodorant en trop, la goutte qui fera déborder le vase et qui ouvrira la porte à cette foutue tumeur ou à un autre problème de santé

Quelques pistes pour mieux faire votre shopping cosméto : 

  • Ne vous fiez pas aux marques qui se vantent d’être « nature », un bel exemple : Yves Rocher (là, ça m’étonne à peine) et The Body Shop (là, un peu plus), qui utilisent beaucoup le thème de la cosméto nature dans leurs campagnes, sont de très mauvais élèves. La palme du maquillage le plus pollué de ma collection revient à The Body Shop avec une poudre de soleil au goudron, aux parabens, au silicone, à l’aluminium… au prix que je l’ai payée, je vais l’utiliser, mais elle me reste en travers de la gorge ! 
  • Cherchez la liste d’ingrédients la plus courte. Un truc facile à retenir, même pour l’alimentaire : au moins il y a d’ingrédients, au plus le produit est « naturel ». Cette poudre de soleil The Body Shop justement a la liste d’ingrédients la plus longue que j’ai jamais vue. Vous voyez aussi tout de suite à quoi vous avez à faire : si les noms des ingrédients est à peine dicibles, c’est que c’est loin d’être naturel. Le produit de ma collection qui est le moins « chimique » et le plus « pur » : une huile d’avocat Cosmence avec une liste d’ingrédients de moins de 10 composants, chapeau ! 
  • Par ordre croissant. Les ingrédients (idem pour l’alimentaire) sont toujours classés du plus présent au moins présent, c’est obligatoire. Donc si les composés de goudron se retrouvent en deuxième place, comme c’est le cas d’une poudre de soleil Yves Rocher que je possède, c’est qu’il en est bourré ! 
  • Bio ne veut pas dire sain. Un produit bio peut contenir des dérivés chimiques, et il faut toujours se méfier de tout. Savoir lire la liste des ingrédients est votre seule garantie de savoir, plus ou moins, ce que vous allez appliquer sur votre visage, votre corps, vos cheveux, vos lèvres… 
  • Il vaut mieux éliminer un ou deux produits « pollués » que aucun. Il ne faut pas se dire que « après tout, il y a des saloperies dans tout le reste, donc ça ne sert à rien de remplacer un seul produit ». C’est faux, vous ne savez pas quelle sera l’application « de trop ». Pour ma part je n’ai pas hésité à jeter mes déos aux sels d’aluminium.

27 avril 2012

Est-ce qu'on peut colorer ses cheveux avec une craie? Oui, on peut! #DIY

On avait eu vent de cette nouvelle technique de coloration à la craie sur la blogosphère, mais bizarrement ça n'a pas fait plus de bruit que ça. De passage chez Zeeman, j'ai vu cette énorme boîte de craies géantes à 1 €, ça m'a donné envie d'essayer. A ce prix-là, si ça n'avait rien donné, ce n'était pas une grosse perte! Me voici donc un samedi matin à mettre de la craie dans mes cheveux... Petit tutoriel et conseils pour réaliser des highlights à la craie!