24 avril 2014

L'introversion, cette tare

J'ai lu un article paru dans le magazine Femmes d'Aujourd'hui sur les introvertis et ça m'a fait cogiter! Être extraverti, c'est la norme, c'est une qualité parmi les plus importantes. Pourquoi être extraverti représente la normalité, pourquoi on exige de tout le monde de vivre selon cette norme, est-ce que ce n'est pas en partie parce que l'introversion est mal interprétée?

Source photo

Tu t'en douteras, après avoir lu ces quelques lignes, je fais partie du triste clan des introvertis, ces indésirables, ces marginaux, ces désagréables personnes... J'ai vu des tonnes de boulot me passer sous le nez dès lors que, pleine d'honnêteté, j'ai avoué que j'étais introvertie/timide/discrète (j'ai essayé tous les termes mais jusque là aucun ne passe) alors que j'avais peut-être des capacités et des connaissances plus élevées que les autres candidats. Mais les introvertis font peurs, ces fourbes, ces Guismo prêts à se muer en bêtes féroces si on leur donne une goutte d'alcool, ces personnes à travers lesquelles on n'arrive pas à voir...

J'ai eu beau dire des dizaines de fois "je suis introvertie/timide/discrète dans mes relations personnelles avec les gens mais je n'ai aucun problème à parler avec les collègues quand j'ai besoin d'infos ou quand je dois en communiquer", je pense que l'attention des gens s'arrête au terme maudit.

Les personnes introverties sont-elles asociales? Sont-elles des ermites solitaires qui piquent des aiguilles dans des poupées voodoo en haïssant le monde? Elles sont snob, froides, font tout pour qu'on ne les approche pas... 
Non, ça, c'est la description d'un psychopathe, pas d'une personne introvertie.

Les personnes introverties ne parlent pas beaucoup, elles sont discrètes, elles parlent tout bas. Quand je parle, c'est pour dire quelque chose (han, sans blague). Ce que je veux dire par là, c'est que parler juste pour faire la discussion n'est pas quelque chose de naturel chez moi, je n'ai pas besoin de parler pour combler les vides dans une conversation, je peux rester avec quelqu'un 10,20,30 minutes sans parler, je n'en ressens aucun malaise contrairement à la majorité des gens (les extravertis) qui se sentent mal à l'aise dès qu'il y a un blanc de 30 secondes dans une conversation. Du fait que je ne ressens pas ce malaise, je ne me sens pas obligée de parler, et je pense que du coup je n'ai jamais développé cette faculté de "faire la conversation".

C'est aussi parce que je suis souvent dans la lune, je réfléchis beaucoup, mon esprit fonctionne toujours à 100 à l'heure, je passe d'un sujet de réflexion à un autre sans m'en rendre compte, j'ai l'impression que mon cerveau fonctionne tout le temps, en arrière plan, tout seul, et tout à coup je me rends compte que je suis en train de réfléchir à quelque chose sans même me souvenir comme j'en suis venue à penser à ça. Je rêve beaucoup (même si je suis une personne très terre-à-terre, j'aime m'évader mentalement). Du coup comme je ne suis pas "présente", je ne me rends pas compte des blancs qu'il peut y avoir dans une conversation.

Du fait de cette "absence" partielle et que je donne des réponses concises, que je me contente de donner les informations nécessaires seulement, les gens pensent que je m'ennuie avec eux ou que la conversation ne m'intéresse pas, et finalement après quelques temps les gens me lâchent, ils se lassent de ma présence, c'est l'aspect le plus dur de l'introversion parce qu'on a du mal à se faire et garder des amis, peu de personnes sont capables de voir au-delà de ce trait de caractère.

L'introversion ne devrait pas être un handicap dans le monde du travail de mon point de vue. Je ne comprends pas pourquoi chez nous l'extraversion est plus importante que les compétences (c'est vraiment comme ça que je le ressens), être introvertie ne m'empêche pas de m'exprimer et de prendre des initiatives, seulement je vais "straight to the point" sans broder, je ne raconte pas ma vie à la machine à café sauf si on me pose des questions, parce que j'ai l'impression que ça n'intéressera pas les gens, donc je ne m'impose pas. Si les gens étaient mieux informés et moins enfermés dans leurs préjugés sur l'introversion, je suis certaine que j'aurais plus d'opportunités d'emplois! -> je précise que je ne me suis jamais retrouvée sans emploi mais que je me rends bien compte qu'être introverti ferme beaucoup de portes!

Parler devant un auditoire, danser devant des centaines de gens toute seule, m'exposer devant des milliers de gens sur Youtube ne me pose aucun problème, j'adore aller en boîte et danser, je suis toujours la première et la dernière sur la piste de danse (oui bon je suis vieille je parle comme une ancêtre). Mais au quotidien, dans des scènes normales de vie, je réfléchis beaucoup, j'aime le calme, j'aime prendre le temps de l'introspection, je n'ai pas besoin de bruit pour briser ce calme et ce silence ambiant (dérangeant pour les extravertis).

Là où je veux en venir (oui, par écrit, je suis très bavarde), c'est qu'être introverti ne veut en aucun cas signifier qu'on n'aime pas les contacts sociaux, qu'on n'aime pas sortir, qu'on n'aime pas parler (peu de gens comprendront la subtilités malheureusement) - mais pour ma part, j'avoue, j'ai horreur de couper la parole, alors évidemment dans un groupe de personnes plutôt extraverties où il n'y a jamais de pauses dans la conversation, on ne m'entend presque pas -, qu'on est impolis, pour certains ça ne veut même pas dire qu'on est timides; qu'on n'est pas capable de s'exprimer lorsque c'est nécessaire et d'aller au conflit lorsqu'on ressent le besoin d'exploser, qu'on est froids, snobs, désagréables, qu'il faut nous fuir, qu'on se sent supérieurs, qu'on est bizarres, ou je ne sais quelles autres bullshits. Ça signifie parfois qu'il faut faire un premier pas vers nous et engager la conversation, c'est vrai qu'il faut nous poser des questions pour démarrer quelque chose, il faut aussi apprendre à s’acclimater à nos "blancs" et à les prendre pour ce qu'ils sont : des pauses dans la conversation et non pas un manque d'intérêt!

Ça veut par contre dire qu'on est de très bons "écouteurs", qu'on peut se confier à nous, qu'on entend, qu'on écoute et qu'on retient, là où beaucoup d'extravertis entendent mais n'enregistrent pas parce qu'ils ne peuvent penser qu'à la prochaine phrase qu'ils vont sortir. Je peux vous répéter quasiment tout ce qui m'a été dit mais à moi on me pose plein de fois les mêmes questions!

Vous verrez, on est gentils. 

Edit : article intéressant à lire sur le sujet
Introverti? Un atout quand on veut postuler 

Edit: merci Cocosphère pour la découverte, chouette vidéo sur le sujet qui dit tout... en juste quelques mots ;) #sointrovert

"Constantly talking isn't necessarily communicating"



Article sélectionné dans le top Humeurs de Hellocoton du 25 avril



Facebook Twitter Hellocoton Instagram Pinterest Famest ☆ 
☆ Youtube Google+Bloglovin'  
*





12 commentaires:

  1. Super article. J'suis un peu comme toi, enfin sauf sur le point des blancs. Car ça me met mal à l'aise, sachant que l'autre attend que je lui fasse la conversation. Mais comme toi, je ne ressens ni le besoin ni l'envie de déblatérer mon existence à chaque fois que je croise un collègue... Et ça devrait être un point positif, au final, car on perd beaucoup moins de temps à blablater que les 3/4 des employés ;)

    Mon boulot actuel, j'étais étudiante ici avant. Et c'est vrai que quand ils ont eu besoin de renfort, ils ont pensé à moi, mais j'ai eu droit à des critiques sur mon introversion. Sauf qu'outre mon introversion, en plus, j'suis anxieuse sociale et de performance. Pas au point vmt pathologique, mais pas loin en tout cas... chaque fois que je me retrouve dans une situation "étudiant - professeur", "patron - employé", je me sens inférieur, faible, toute petite. Du coup, je reste vraiment dans une optique de travail et je n'essaie pas du tout de communiquer avec ceux qui m’entourent. C't'un peu un combo difficile :D Mais au final ils m'ont qd mm engagée puis fait signer un CDI... Preuve en est qu'être plus refermé que la moyenne n'enlève en rien la compétence!

    Je déteste réellement cette société et tous ces stéréotypes auxquels on devrait adhérer. Ca me saoule d'ailleurs de m'en retrouver touchée car je me sens différente. J'aimerais bien m'en foutre totalement mais au fond les autres me font vraiment ressentir que je ne suis pas dans la norme qu'il apprécie, que je ne "small talk" pas, que je ne suis pas partante pour des réunions avec tous nos magasins ou je vais au final me retrouver seule parmi des gens qui se connaissent et se voient tous les jours, et donc, en retrait...

    Au final on apprend à vivre avec et à dire merde mais malgré tout, souvent, malgré mes 26ans, je ressens de l'inconfort et j'vais vraiment finir par éviter toute situation sociale me mettant dans cet état :D Mes amis me suffisent amplement!

    Enfin, mon cas, c'est clairement + que de l'introversion, mais je suis qd mm une belle introvertie malgré tout :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup pour cet article. C'est très troublant, car j'aurais pu écrire mots pour mots le même texte... Vive la délicatesse des introverti(e)s :-)

    RépondreSupprimer
  3. Je me retrouve dans ton article!
    Moi aussi je dis que je suis introvertie/calme/discrète dans les entretiens. Je le mets dans la case "point négatif" et essaie de faire comprendre que je suis tout à fait capable de communiquer.
    J'ai aussi souvent le droit à des remarques telles que : "Tu ne parles pas" ou "Tu es si calme".

    Les extravertis me fatiguent parfois!

    RépondreSupprimer
  4. Je me suis retrouvée dans énormément de points que tu décris ici mais, perso, je ne le vis pas mal. Même si c'est vrai que les gens prennent souvent assez mal les blancs dans la conversation...et comme Fayfay, avec des gens que je connais peu, ça me met parfois un peu la pression, je cherche cherche avec plus ou moins de réussite un sujet de conversation. Après, c'est comme pour tout, ça dépend des gens. J'ai eu un coloc qui disait qu'il adorait ces moments avec moi où il n'avait pas l'impression d'être obligé de parler, que c'était bien d'être ensemble même en silence et ça, ça fait plaisir ;)

    RépondreSupprimer
  5. Tres bel article...Cette societe du paraitre, du ''moi moi moi...toujours moi'' devient insupportable. La plupart des gens que je rencontre ne savent bien souvent ne parler que d' eux et par contre n' ecoutent jamais les autres.
    On fait vite le tri dans ses amis du coup.....
    Alors, je dis : Vive les introvertis !!

    RépondreSupprimer
  6. Je suis moi aussi introvertie... et en plus, je suis prof ! Cela ne me pose aucun problème dans mes classes, j'ai autant d'autorité qu'un autre professeur. Par contre, là où ça coince parfois, c'est dans la salle des profs. Certains me jugent trop sérieuse, trop calme,... D'autres plaisantent gentiment sur le fait que je ne les accompagne pas chaque vendredi au café pour terminer la semaine (alors que je les vois déjà toute la semaine ? je n'attends alors qu'une chose, rentrer chez moi pour me ressourcer en bricolant, en lisant ou en écoutant de la musique en attendant le retour de mon copain !). Je ressens ainsi souvent un certain décalage même si je suis plutôt bien intégrée. Finalement, je crois que la meilleure attitude à adopter, c'est d'arrêter de contrarier ma nature (en essayant de copier l'attitude des extravertis) et d'assumer ma différence comme une force ! Le projet d'une vie ! :) Merci pour ton article en tout cas ! :)

    RépondreSupprimer
  7. vraiment, un bel article.
    Quand on est réservée (je préfére ce mot^^), on a vraiment l'impression d'etre en dehors du moule, de ce que les gens attendent de nous. Mais je ne peux (et ne veux) pas changer.

    RépondreSupprimer
  8. Si tu savais comme je me retrouve tellement dans ton article ! Moi aussi je suis introvertie et moi aussi j'ai le cerveau qui fonctionne h24, la tête dans la lune et pleine pensée ! Je ne sais pas quand tout ça va s'arrêter, quand est ce que l'introversion ne sera plus vu comme un fardeau en tout cas j'en ai bien souffert durant mes études qui vont bientôt se terminer en juin et j'ai hâte de ne plus lire sur mes bulletins trimestriels que je suis trop réservée à l'oral malgré de bonnes notes ! Ah ces profs ... ! Pour autant je ne pense pas que les extravertis s'en sortent mieux que nous, je dirais même que c'est parfois pire. Pour avoir eu des extravertis chaque année dans ma classe j'ai constaté qu'ils avaient un don pour pouvoir se mettre à dos 30 personnes en un temps record ! Alors certes, nous les réservés on est pas aidés pour attirer du monde mais on a beaucoup d'autres qualités. Moi je pense que c'est le domaine scolaire qui m'a beaucoup bloqué puisqu'en entreprise je n'ai aucun problème alors vivement juin et bravo pour ton article !

    RépondreSupprimer
  9. C'est tout à fait ça, tu as parfaitement décrit la vie (et l'avis) intérieure des "introvertis" dans notre société moderne et occidentale. Mais il paraît, études et articles de socio à l'appui, que le vent va tourner prochainement, avec l'évolution encore souterraine de notre société actuelle vers de nouvelles valeurs, les qualités liées à l'introversion vont être davantage recherchées dans un futur moyen proche...A suivre ! P.S. : l'image du Guismo (prêt éventuellement à muter en Gremlins), j'ai adoré, c'est chou :)

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ton article. c'est fait chaud au cœur de voir que l'on est pas seule dans ce cas, même si moi je pense que le gros de mon problème est la timidité.
    ces blancs ces fameux blancs, je me rappelle en avoir parler à ma psy ( oui j'ai essaye mais vite arrêter) et bizarrement elle m'avait dit de ne pas me stresser : si vous n'avez rien a dire: dites rien !! j'avais trouve ca bete à l’époque mais finalement elle avait raison !
    Ça fait 10 ans que je travaille principalement qu'avec des hommes, du coup eux ma retenue ne les dérange pas. Mais par contre je n'ai pas d'amies filles ça me chagrine plus, je pense que mes silences et ma réserve n'inspire pas la confiance .. tant pis j'ai essaye de changer mais ça me rendait plus malheureuse.
    Et à la lecture de ton article j'ai bien fait , merci.

    RépondreSupprimer
  11. Je me permets de venir laisser un commentaire malgré mon nom masculin, car je trouve cet article magnifique ! Déjà je me reconnais aussi dans beaucoup de ces lignes, et puis je trouve que c'est un formidable appel à ce que les qualités des introvertis soient plus largement reconnues, à ce qu'on en termine avec les préjugés à l'encontre des introverti(e)s !
    Je trouve que tout le monde y gagnerait à en savoir plus au sujet des introvertis, en entreprise par exemple pour savoir utiliser leurs qualités qui sont différentes : le calme, le gout pour les rapports bien ficelés et bien documentés par exemple... au lieu de toujours mettre au premier rang le paraître ! Et dans l'ensemble beaucoup de relations humaines deviendraient plus faciles si les extravertis comprenaient les introvertis, et si les introvertis savaient parler de leur introversion sans complexe.
    En tout cas merci pour cet article !
    Julien du blog http://unmondepourlesintrovertis.fr

    RépondreSupprimer
  12. hello ! super article je n'aurai pas dit mieux ! félicitations ! je pense que nous sommes plus qu'on ne croit ! et oui je suis comme cela aussi à presque 50 ans. Très bon week-end à toi ! christel

    RépondreSupprimer