23 septembre 2016

Une journée de sexisme ordinaire

Homme/Femme. Mode d'empoi. Taschen.
 La journée commence par un tour dans mes mails, remplis de spams qui m'invitent à découvrir des salopes près de chez moi, de regarder des photos et des vidéos porno (de sal۝pes, de petites cochonnes, de p۝tes, d'étudiantes, de MILF...) L'industrie du porno, première sur l'avilissement, le salissement, la dégradation, l'humiliation de la femme, qui brasse des milliards, à la portée de chacun, H24, gratuitement, qu'on nous pousse sous le nez à longueur de temps sur le net, les hommes sont encouragés à en regarder sinon ils ne sont pas normaux, où est le mal? A part les femmes qui sont malmenées dans ces films tu veux dire? "Elles l'ont choisi après tout," est-ce toujours aussi simple, tu es sûr? Est-ce qu'on peut alors laisser de la merde dans les toilettes en se disant "après tout c'est l'employé de ménage qui va nettoyer, il l'a choisi" ou en faire voir au caissier du supermarché parce qu'"il l'a choisi"? Et si on conscientisait les hommes en leur faisant remarquer que ces femmes sont des êtres humains, comme leur mère, leur soeur, leur copine, leurs potes. Ah merde, ça perd de son "charme" un petit peu? Et si on se posait la question de savoir pourquoi des images de femmes avilies nous excitent?


Source



Un tour sur Facebook (décidément le sexisme profite aussi du web pour se développer à grande vitesse et à grande échelle), dans mon fil je vois apparaître certaines choses que mes contacts likent ou commentent, aujourd'hui j'ai droit à un article d'une page à la con. Un site qui publie une vidéo "CHOQUANTE" (le mot écrit en grand pour bien attirer l'oeil) d'un concours de pipes dans une boîte de nuit pour gagner des cocktails. Partagée entre le dégoût de me demander quand on verra ce genre de concours dégradants tournés à l'avantage des filles ("faites-les jouir pour gagner des cocktails messieurs!", imagine le taux d'abstinence niveau participations...), puisque apparemment une grande partie de la gent masculine ne semble pas prêt à faire passer le respect envers les femmes avant leur plaisir, et le dégoût de voir ces sites de merde publier des articles en criant au scandale alors qu'ils ne font que porter ces histoires aux yeux de tout le monde et se font du clic et du fric sur base d'hypocrisie. En bref, ils s'en battent les c۝uilles du respect pour les femmes. Et de subir les commentaires des c۝nnards de service "Allez, faites pas vos choquées". #normal
Une fois encore on se demande si la majorité des hommes est au courant que les femmes sont des êtres humains comme eux.

Les pages à la con, comme celles dédiées aux mecs qui alternent articles "humoristiques" (c'est vite dit) pour les hommes et articles tout juste prétexte à partager des photos de seins et de fesses (de femmes of course), un objet banal parmi tant d'autres pour "se détendre les yeux" comme le dit l'un de ces sites hautement utiles.

Pause pipi, force est de constater que dans les plupart des bâtiments publics, seules les toilettes pour femmes disposent de tables à langer.

Je regarder autour de moi, 90% des postes à responsabilités sont occupés par des hommes, toutes les assistantes sont des femmes. Les femmes sont sous-représentées dans les pouvoirs décisionnels. On sait très bien qu'aujourd'hui encore, dans les pays considérés comme développés, la plupart des femmes gagnent moins que leurs homologues masculins à poste égal. En 2016, il y a encore des "métiers de femmes" et des "métiers d'hommes". Dans mon cours d'informatique, on est 3 filles pour 20 garçons. Arrêtons de dire que c'est parce que les hommes "sont bons en informatique", osons enfin voir les choses comme elles sont : dès notre plus jeune âge, on nous pousse dans les directions qu'on est censé suivre selon notre sexe, ça se voit dès le choix des jouets, et dans tous les discours ensuite.
Parce qu'il faut quand même aussi voir le positif quand il est là, je félicité mon école d'avoir évité le cliché pour la publicité de sa section automobile en mettant en scène UNE étudiante.



La publicité, encore une qui ne fait pas grand chose et même tout son contraire pour l'image de la femme. Aujourd'hui encore, les rôles des acteurs de pub seront dans 99% des cas distribués de manière ultra-sexiste : c'est quasiment toujours l'homme qui s'occupe des histoires bancaires, est représenté sur son lieu de travail (sauf si on doit illustrer une secrétaire, une infirmière ou une institutrice...), en train de regarder le foot ou la télé en général (les pieds sur la table dans les pubs les plus lourdes), de boire de la bière... tandis que la femme s'occupe des enfants, d'ailleurs elle est toujours à la maison à 16h pour prendre le goûter avec les gosses hein, manger des produits de régimes, fait le ménage ou la cuisine (les hommes ne sont en cuisine que lorsqu'il s'agit de plats préparés souvent), etc. Regardez la page publicitaire en pleine conscience pendant quelques heures si vous ne l'aviez jamais remarqué.

En 2016, Veet continue à élaborer des campagnes de pub dans le but de rendre honteuses les femmes, et les filles de plus en plus jeunes, qui auraient ne serait-ce que quelques repousses de poils.

Dans les médias, on l'a beaucoup vu pendant les JO mais encore régulièrement dans plein d'affaires, dans les rubriques people on parle énormément de "la femme de...." ou "la petite amie de...." ou "l'ex-femme de....", comme si la femme n'avait pas d'identité propre.

En 2016, personne ne prend le temps de dire, aux filles comme aux garçons, que les règles ce n'est pas sale.

Dans la majorité des cas de divorces que je connais, c'est la femme qui a la garde principale ou exclusive des enfants, faisant une croix sur plusieurs aspects de sa vie pour n'être plus réduite qu'au rôle de mère.

Mais le pire c'est quand les femmes même cultivent le sexisme ordinaire, comme ma collègue qui téléphone à sa belle-fille pour lui suggérer de cuisiner un bon petit plat à son fils si elle s'ennuie. Faire à manger pour quelqu'un qu'on aime n'a évidemment rien de monstrueux ni d'avilissant, ce qui me dérange, c'est que je sais qu'elle ne ferait jamais la même suggestion à son fils.

Et tout ça, dans des pays développés, civilisés, modernes, tu t'imagines où ça en est dans les pays qui ont moins de chance que nous?
Et encore, je n'ai évoqué que les choses que j'ai vues sur une journée, nous n'avons même pas abordé le harcèlement de rue, le slut-shamming, le sexisme quotidien sur le lieu de travail, les clichés récurrents...

Pendant ces temps, les groupes et sites féministes se battent sur des sujets qui me dépassent complètement, du style "on devrait pouvoir se balader torse-nu dans la rue même en étant une femme" ou encore "suivre des cours de pole dance ou de burlesque nous avilit parce que ça plait aux hommes", j'ai encore du mal à cerner le concept de "mettons-nous à poil mais seulement si ça emmerde les hommes". C'est ce genre de féminisme anti-hommes, agressifs, qui rend le mouvement tellement marginalisé. Je me clame volontiers "égalitariste", je crois en un féminisme qui devrait être défendu par les hommes et les femmes et qui dirait simplement "La femme est un être humain comme l'homme, elle mérite le même respect, elle est l'égale de l'homme, réfléchissez à chacun de vos actes et à leur conséquence pour la cause de la femme" et pas en un féminisme qui clame "Puisqu'ils nous maltraitent depuis des siècles, maintenant à notre tour de les rabaisser et de montrer qu'on a la plus grosse". C'est débile, c'est comme le racisme développé par certaines personnes envers certains peuple parce que les ancêtres de ce peuple il y a 150 ans ont colonisé des pays et ont commis des génocides. Je sais, c'est quelque chose qui existe malheureusement, mais les deux situations sont aussi absurdes l'une que l'autre.

Alors qu'est-ce qu'on peut faire? Pas grand chose tu vas me dire? Qu'est-ce qu'on y peut à notre niveau? Déjà, si les femmes pouvaient être sensibilisées au sujet et se rendre compte de la situation et des enjeux, ce serait un premier pas en avant. Ensuite si on pouvait faire prendre conscience aux hommes de tous ces actes pas du tout anodins du quotidien qui nuisent à la femme et les encourager à ne pas les cautionner, à boycotter, et à défendre les femmes, leurs droits, leur statut dans la société, on aurait fait le deuxième pas, reste ensuite à répandre ce message, sans agressivité, avec intelligence, sur le net, dans les médias, auprès des proches, des collègues, des enfants. Certes, l'égalité c'est sûrement pas gagné, c'est pas pour demain, mais c'est une question de persévérance sur la durée, et comme l'écologie, l'économie positive, tous les combats qu'on peut mener aujourd'hui à notre niveau, c'est aussi en pensant aux générations futures, parce que franchement, qui a envie d'imposer ça à sa fille?


Blogueurs, Youtubeurs, n'hésitez pas à en parler, c'est pas un sujet "glamour" ni très tendance, mais putain c'est important.



Pas encore eu ta dose de sexisme ordinaire?

Définition du sexisme ordinaire (sexismeordinaire.com)
Le sexisme ordinaire, ce sont des stéréotypes et des représentations collectives qui se traduisent par des mots, des gestes, des comportements ou des actes qui excluent, marginalisent ou infériorisent les femmes. Le sexisme ordinaire s’accroche indubitablement à la notion de genre, en tant qu’élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes et manière de signifier des rapports de pouvoir1. Il s’explique par le fait que, pour reprendre les mots de Bourdieu, « les femmes ont en commun d’être séparées des hommes par un coefficient symbolique négatif ». 

Naviguer par catégories :   
  MODE BEAUTÉ CULTURE FOOD MAISON
BeautéModeVoyages, musique, films, séries, livres, sorties...MaisonNourriture, alimentation, thésHTML Map   Florence

4 commentaires:

  1. On n'a pas le cul sorti des ronces ! Et que dire de cette marque qui a sorti un soutif pour les ados pour cacher les premières formes ?
    Je suis d'accord avec toi que les mouvements féministes sont parfois trop extrêmes et se trompent parfois de combat et du coup, donnent une mauvaise image de tout ça alors que le fond est tout à fait légitime. J'aime bien ton mot "égalitariste"

    RépondreSupprimer
  2. J'ai jamais eu de recommandations d'articles dégueulasses sur facebook, tu devrais trier tes amis non? Je suis pas d'accord sur le fait que les hommes s’excitent tous sur des femmes humiliées pour en avoir parlé avec certains. Ca dépend de leur niveau de fraternité et de sentiment d'égalité avec le sexe opposé. Il y aura toujours des porcs mais ils se voient de loin. Je suis globalement d'accord avec ce que tu dis. D'ailleurs ce sont des thématiques abordées par les groupes féministes. J'ai assisté à une conférence sur le sujet de l'égalité des sexes à l'école. Cette question a fait l'objet d'un projet de programme pour l'éducation nationale, qui a été abandonné à cause du mouvement des manifs pour tous. Mais il est enseigné à Genève actuellement aux futurs enseignants par Isabelle Collet. liens si ça t'intéresse: http://www.lecourrier.ch/137382/l_ecole_doit_enfin_enseigner_l_egalite
    http://www.isabelle-collet.net/isabelle.collet/Bienvenue.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est encourageant de voir que des choses sont quand même mises en place, ce serait vraiment bien que le sujet soit abordé d'office, sérieusement, dans le cadre scolaire et avant que les jeunes n'entrent dans la puberté. On n'en parle jamais dans les médias je trouve ça vraiment triste ce manque de sensibilisation.

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup ton point de vue et l'idée d'être "égalitariste" plutôt que féministe m'enchante.

    RépondreSupprimer