5 octobre 2016

Rééquilibrage alimentaire et jeûne intermittent

Ça fait longtemps qu'on a parlé de forme non? Après quelques mois à me rembourrer calmement pour l'hiver (au seul détail près qu'on était en route vers l'été), je me suis dit stop, je mange trop, je mange mal. 

Comme d'habitude, pas question de faire un régime, qui dit privation dit frustrations dit craquage. Mais il fallait l'avouer, je mangeais trop, en trop grandes quantités, du coup la moindre gourmandise se faisait payer au prix fort évidemment. Et puisque je ne suis pas prête à faire une croix sur les petits plaisirs de la vie, j'ai préféré réguler mon alimentation en général. 

Source


On est foutu on mange trop


Mon but, c'était de diminuer les portions, de réapprendre à manger par faim et pas par ennuie, envie ou habitude. J'ai donc revu les portions et drastiquement allégé mes repas du soir (j'en étais au point où je prenais deux repas complets par jour).

Dans nos sociétés industrialisées, on consomme trop, y compris la bouffe, je vous suggère de regarder cette vidéo de Dirty Biology si ça vous intéresse (passez l'intro foireuse après c'est intéressant).



Jeûne intermittent


Nouveau déclic en lisant Metro, boulot... bonheur de Sabrina-ça-se-saurait, qui parle du jeûne intermittent. Après avoir complété mes connaissances en lisant quelques articles sur le sujet, je commence à être convaincue...

C'est quoi? En résumé, il s'agit de sauter le petit déjeuner. Un peu plus concrètement, de ne plus rien manger entre le repas du soir et le lendemain midi. Ceux qui poussent la chose un peu plus loin diront que le but est d'observer un jeûne de 16h. 

Pourquoi? Différentes raisons :

1) Le petit déjeuner n'est qu'une invention de Mr Kellogg's pour vendre des céréales. Et voilà comment petit à petit la population devient persuadée qu'elle doit se goinfrer au lever pour être en forme (alors qu'on ne fait que se plomber)

Source Wikipédia :
Persuadé de l'importance alimentaire du petit déjeuner, le médecin John Harvey Kellogg inventa en 1894 les corn flakes, des grains de maïs cuits à la vapeur passés entre deux rouleaux afin d'obtenir des « pétales dorés ».
Tu sens un peu le conflit d'intérêt?

2) Réapprendre ce que c'est que la faim. On enchaîne tellement qu'on ne sait plus exactement distinguer la faim, l'envie de manger, la digestion, le simple fait d'avoir le ventre vide...

3) Laisser au corps assez de temps pour effectuer ses autres tâches sans être interrompu par le traitement de la nourriture que nous ingurgitons, le jeûne intermittent aurait un réel effet bénéfique sur la santé générale. 

Mon expérience? Tout d'abord sache que je ne suis absolument pas partisane du jeûne sur un jour complet ou plusieurs jours.

J'ai commencé le jeûne intermittent il y a plusieurs semaines et l'expérience est tout à fait positive jusqu'à maintenant. 

J'ai commencé en douceur en prenant uniquement une boisson "consistante" le matin (ce que j'appelle consistant, c'est autre chose que de l'eau, dans mon cas j'ai alterné eau de coco, jus de fruits et boissons lactées). Après une grosse semaine, voyant que je pouvais très bien me passer de repas le matin, je n'ai plus rien pris à part de l'eau. Aujourd'hui je prends parfois un fruit que je mange pendant la matinée (vers 9h30/10h, surtout pas au lever) car j'essaie de réintroduire les fruits dans mon alimentation mais je peux très bien passer la matinée sans rien manger. 

Au niveau du ressenti? Je me porte bien, jamais eu de vertiges ou autre, pas de fatigue malgré des journées longues et chargées. Je me rends compte que je mangeais par routine le matin car je n'ai pas faim en me levant. La sensation de faim ne m'arrive que vers 11h30, soit la même heure qu'avant quand je petit-déjeunais! 
Le matin quand j'ai l'estomac pseudo-vide, je me rends compte que mon corps est toujours occupé à digérer les aliments de la veille. 

Mieux encore, j'ai vraiment l'impression que mon estomac reprend sa taille normale, je suis plus vite callée quand je mange mes autres repas, le soir je me contente de deux tartines sans avoir faim. 

Conséquence globale de ce rééquilibrage, je perds du poids lentement mais sûrement en prenant de bonnes habitudes. Et sans me priver quand l'envie s'en ressent d'une petite gourmandise! Et sachant que manger trop et mal est mauvais pour la santé, je prends aussi soin de mon corps en adoptant ces comportements.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire