28 novembre 2016

Extensions de cils + 1 semaine

Bonjour toi qui commences ton lundi en lisant quelques blogs posément, ou toi qui me lis plus tard. Petite update sur l'état de mes cils, ou plutôt de mes extensions de cils, une semaine tout pile après la pose. Pour les explications sur la pose tu peux aller voir ma vidéo ou poser des questions dans les commentaires.



Après une semaine, j'ai perdu très peu de cils (vu leur taille et leur épaisseur on les voit directement, et généralement ils ne tombent pas bien pas, retenus par leurs copains), d'ailleurs je dois dire que tout allait bien (genre, zéro perte) jusqu'au jour où j'ai eu une mauvaise idée. Depuis le début j'évitais tous les gestes qui pourraient abîmer les cils, je ne me frottais pas les yeux, et puis après 6 jours j'avais envie de me nettoyer les yeux. Pour éviter de frotter directement dessus, je me suis dit que j'allais me passer le visage sous l'eau pendant la douche pour nettoyer les cils et les yeux, sauf qu'après cette douche j'ai perdu 2-3 cils, bref ils n'ont pas aimé le jet d'eau.

Donc les extensions sont censées résister à l'eau et aux démaquillages tant que le démaquillant n'est pas gras, mais l'expérience m'enseigne qu'elles préfèrent s'en passer, il faut que je revoie ma technique pour me nettoyer les yeux pour la prochaine pose.

A part cet incident donc, les extensions résistent très bien après une semaine. Les cils ont parfois tendance à se "déformer", à pointer vers le côté, certainement dû au sommeil (je dors quasiment toujours sur le côté). Détail que j'avais oublié de préciser dans la vidéo, l'esthéticienne m'avait donné une petite brossette (comme un goupillon de mascara) pour brosser les cils le matin, cependant il va de soi qu'en ayant sur oeil posé sur l'oreiller toute une nuit la déformation reste un peu marquée.

Autre détail, les deux premiers jours les extensions étaient vraiment inconfortables, je suppose que la racine des cils était un peu "tiraillée", comme quand on fait une queue de cheval haute et qu'après on a mal aux racines des cheveux, mais ensuite c'est passé. 

Sinon j'en suis toujours aussi contente, je n'ai eu que des commentaires positifs, les gens à qui je n'en ai pas parlé n'ont pas remarqué que j'avais quelque chose de "faux", en plus grâce à ça j'ai perdu ma mauvaise habitude de toujours avoir mes doigts dans les yeux et de les frotter toute la journée.

On se retrouve dans une semaine sauf s'il n'y a pas de changement!




25 novembre 2016

Désencombrement/Amélioration de dressing : collants et chaussettes

Ca peut paraître bête de s'attarder là-dessus, mais ce mois-ci j'ai décidé de faire le tri dans les sous-vêtements et plus précisément dans les collants et les chaussettes. J'ai tout une collection de chaussettes qui étaient trop petites et dont j'avais dû couper l'élastique à la cheville, je m'en foutais jusqu'aux moments où je me retrouvais en chaussette, avec mes haillons apparents. Sans parler que ce n'était pas nécessairement confortable de choisir entre la chaussette garrot ou la chaussette qui se faufile dans les chaussures car elle ne tient plus.



J'avais aussi des chaussettes avec des textures qui me faisaient mal aux pieds. Et des collants trop grands dont l'entrejambe se retrouvait mi-cuisse, provoquant démangeaison de l'intérieur de la cuisse et hantise qu'on voit mon entrejambe de collant descendre sous ma jupe.

Je n'ai pas mis longtemps à constater que ces vêtements mal conçus viennent tous d'enseignes spécialisées dans la fast-fashion pas chère et pas intelligente.

J'ai donc entrepris le renouvellement de ces vêtements, en achetant des chaussettes bien coupées aux chevilles dans des matières qui durent, j'en ai acheté tout un lot identique pour pouvoir assortir les orphelines et me faciliter la tâche quand elles sortent de la machine.

Egalement quelques paires qui comportent de la laine car c'est une super matière pour maintenir les pieds au chaud et qui font moins transpirer que les matières synthétiques. La laine c'est cher, mais ayant deux paires de chaussettes avec de la laine dedans depuis des années, je sais que ça tient longtemps.

Et pour les collants, pareil j'investirai dans des collants de qualité qui me vont parfaitement, il suffit de trouver la marque et le modèle qui me conviennent (il suffit... la blague!) Je ne jurais que par les body touch de Dim avant mais je trouve que la qualité a beaucoup baissé depuis ma première paire.

Pour le recyclage, comme mes chaussettes sont courtes une fois dépouillées de leurs élastiques, je vais avoir du mal à les recycler, même pour faire un tawashi, donc malheureusement je les porte une dernière fois puis direction poubelle... Mes jambes de collants seront recyclées en filtres.

21 novembre 2016

Ticketmaster, je te déteste

 On n'est pas beaucoup à t'aimer, malheureusement tu as le monopole (c'est pas interdit par la loi ça au fait?), on n'a pas le choix que de passer par toi si on veut assister à un concert. Pourtant presque tous les jours tu nous ris au nez, tu brises des rêves, tu énerves beaucoup de gens. À chaque fois on sait que face à l'écran de réservation de places de concert, tu nous diras d'abord qu'on doit patienter sans bouger devant une barre de progression qui avance à peine, nous informant qu'on est 234 173 ème dans la file d'attente ou qu'il nous reste 130 minutes environ. Ensuite tu planteras bien souvent, car apparemment malgré l'argent que tu te fais sur notre dos, tu n'as toujours pas investi un euro dans l'amélioration de ton système de réservation ou dans des serveurs plus puissants. Il faudra revenir maintes fois sur ton site, pas moments non disponible parce qu'il y a trop de gens dessus, tu n'as pas honte d'offrir un service si médiocre?


Parfois tu indiqueras qu'une catégorie de places est épuisée, tandis qu'une heure plus tard tu me permettras d'en acheter plusieurs. Un autre jour tu me diras que je dois vite payer ma place alors que je viens de la payer en ligne, et ton service client tout aussi déplorable que le reste ne daignera jamais me répondre, ai-je bien une place entre les mains ou pas?

Aujourd'hui, on était plusieurs a avoir été mis en file d'attente pour acheter des places, les sites ont crashés, nous reléguant derrière, tu n'étais pas disponible, trop de trafic, on pouvait s'en douter évidemment, mais à chaque fois on espère que tu t'es amélioré entre temps. On était 4 à essayer, personne n'a eu de place, mais en même temps des personnes publiaient déjà des réactions outrées accompagnées de prises d'écran de personne revendant des places pour ce même concert à un prix exorbitant, pourquoi tu n'y fais rien?

Plus tard alors que parfois des tickets sont affichés comme disponibles, tu nous empêches de les acheter, si j'étais parano je penserais que tu les reserves à ta meilleure clientèle, les revendeurs au noir.

 

Et puis le dégoût, il y a quelques semaines on apprenait que tu encourageais la revente de places de concerts au marché noir, car le principal site qui permet ce genre se transactions t'appartient. On comprend alors que ça t'arrange bien que les gens n'arrivent pas à avoir de places et que des arnaqueurs professionnels fassent vivre le marché illégal en toute impunité, puisque tu préfères qu'on vend une place de concert 210€ plutôt que 50€, puisque ça va dans tes poches. 

Malheureusement, tu es le seul, et te boycotter reviendrait à ne plus pouvoir vivre notre passion pour la musique, j'espère juste qu'un jour les gens deviendront assez intelligents pour arrêter de faire vivre le marché noir. 
Ticketmaster, je te déteste. 

20 novembre 2016

Surmonter les pensées négatives et les idées noires

Le manque de lumière n'aidant pas, si tu te sens déprimé, le moral dans les chaussettes, que tu n'arrêtes pas de ressasser des pensées négatives, que ça t'empêche d'avancer, de t'épanouir... voici 3 méthodes que j'utilise régulièrement pour passer par dessus!

Prends soin de toi <3

13 novembre 2016

TDJ - La fin des figues

Il y a quelques jours je disais que je ne porte quasiment jamais de noir, pourtant me revoici avec une autre robe noire, promis je ne me moque pas de toi. Cette robe m'a été donnée par ma maman et je l'ai débarrassée avec plaisir car malgré mon amour pour les imprimés et les couleurs, je me suis rendu compte il y a quelques temps que je manquais quand même de basiques un peu plus passe-partout, a savoir du noir, du gris, ou d'autres couleurs basiques, unies.

Entre autres parce que j'ai une collection de collants fantaisie qui sont difficiles à assortir à des vêtements déjà colorés ou imprimés, et puis pour les jours sans grande inspiration c'est quand même pratique d'avoir une robe facile à enfiler qui va avec à peu près tout.

Ces bottines ne faisaient pas partie de ma garde-robe capsule tout simplement parce qu'elles sont nouvelles, je les ai achetées pour remplacer mes bottines motardes qui avaient quelques problèmes : je ne pouvais pas les fermer jusqu'en haut (elles ne m'allaient pas donc elles n'auraient pas dû faire partie de mon dressing), les oeillets en métal dessus faisaient plein de bruit malgré mes tentatives de les coller à la glu, elles me faisaient mal aux pieds si je les portais longtemps pour marcher (ce qui est dommage vu que c'est un peu l'utilité d'une paire de chaussures), en plus celles-ci sont beaucoup plus cool, elles vont avec tout et elles sont plus féminines.





COLLANTS AJOURES A L'ARRIERE vus ici




Une autre paire de collants que j'ai portée avec cette robe :)


EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer



6 novembre 2016

Une robe noire, 3 tenues (garde-robe capsule d'automne)

Voici le retour des tenues du jour, dans un nouveau format. J'ai décidé de publier plusieurs tenues autour d'un vêtement qui fait partie de ma garde-robe capsule pour donner des idées d'associations et pour prouver qu'on peut créer plein de styles autour d'un nombre "limité" de pièces et qu'on peut accorder sa garde-robe capsule à toutes les occasions.

Le premier vêtement dont je parle, c'est un grand classique... la petite robe noire! Ce n'est pas ma préférée (d'ailleurs ma vraie "petite robe noire" c'est ma robe rouge), d'ailleurs je ne porte pas très souvent du noir (ma vie serait plus simple), il s'agit d'un robe que j'avais trouvée sur eBay. La coupe est très jolie, elle fait une super silhouette (cache le ventre, souligne la taille, tout ce qu'il faut), mais elle est relativement classique (pour certaines personnes c'est un point positif), mais j'ai réussi à la dévergonder un peu.

La première tenue est très passe-partout, un classique mais "casual", robe noire, collants et bottines plates un peu rock.


J'ai réussi à faire une association plus fun avec un sweatshirt crop et des bottines, c'est comme ça qu'on transforme tout simplement une robe en jupe.


La troisième tenue est très féminine, avec un blazer trouvé chez Emmaüs à 2 €, parfaite pour une sortie un peu chic ou pour le boulot (enfin pour celles qui "s'habillent bien" pour aller travailler, ce n'est pas mon cas je ne suis pas les codes ahah).


J'espère que ce nouveau format vous plaît, désolée par contre c'est toujours le même décor pas très joli et avec la luminosité qui baisse à vue d'oeil les photos ne sont pas toujours top. J'ai déjà d'autres articles dans la même série qui sont presque prêts, et je n'exclus pas de refaire un article mettant en scène la même robe (depuis ces photos les températures ont déjà baissé donc la prochaine fois ce sera peut-être une série plus hivernale!)

2 novembre 2016

Un pas en avant : commerces de proximité et marchés

Le zéro déchet, le tout bio, le commerce équitable... pas toujours facile de s'y retrouver, pas facile de tout appliquer, on est plein de bonnes intentions mais les moyens ne sont pas toujours à notre portée, et notre rythme de vie nous impose de revoir nos ambitions à la baisse parfois. Avant de viser le zéro déchets absolu et d'autres solutions qui frisent la perfection, j'ai décidé de faire un premier pas significatif, contre le consumérisme, le capitalisme, la globalisation (quand on voit dans quoi le CETA va nous embarquer ça me motive encore plus), je boude les supermarchés!

Image Stockvault


Ca fait des mois que je dis (comme beaucoup d'autres choses) que je vais faire mes achats nourriture au maximum dans des commerces de proximité, auprès de coopératives agricoles, au marché... et ça y est, j'ai entamé ce changement cette semaine. Viande, poisson, crèmerie, fruits et légumes, plats préparés maison... on trouve à peu près tout ce qu'on veut dans ces circuits.

J'ai donc été faire mon petit marché pour les victuailles de la semaine, et j'ai été acheter mes fruits et légumes chez un petit commerçant qui vend des produits non traités.

Pourquoi faire ce changement pas du tout insignifiant?

On marque notre mécontentement face à l'économie actuelle : l'économie du trop, du tout disponible tout de suite, du gaspillage, typique des supermarchés

On dit non aux produits qui voyagent de trop loin, on préfère les produits de saison et qui viennent du coin, ou au pire des pays frontaliers, on privilégie les circuits courts

On réduit ses déchets, au pire les emballages en papier du marché ou du petit commerçant de quartier sont beaucoup moins volumineux que les barquettes en plastiques du supermarché, au mieux on discute avec les commerçants et on réussit à en convaincre quelques uns d'accepter nos récipients réutilisables. Sans parler des produits qu'on peut mettre directement dans son cabas sans emballage.

On est moins tenté d'accumuler plein de choses, on préfère acheter les produits frais au fur et à mesure. De plus, on est dans un système de vrac, où on demande exactement le poids de viande qu'on veut, le nombre de légumes qu'on veut, etc.

On fait vivre des fermiers et des artisans de la région, des gens de métier qui méritent de toucher un prix correct pour leurs marchandises sans devoir casser les prix au détriment de la qualité

C'est vachement plus sympa comme ambiance que les embouteillages de caddies chez Carrouf

Et les prix?

Beaucoup diront qu'acheter en dehors des supermarchés, c'est plus cher. Je pensais comme ça aussi avant, du moins je n'ai jamais remis en cause cette affirmation tout à fait fausse.
La réalité, c'est que ce sont les prix des supermarchés qui sont beaucoup trop bas, et s'ils sont parvenus à baisser autant les prix, c'est bien parce qu'ils usent de techniques pour y arriver, qui évidemment ne sont ni en notre faveur, ni en faveur des producteurs locaux.

Comment on s'y prend?

Il suffit parfois d'ouvrir les yeux pour voir dans son quartier un boucher, une poissonnerie, un maraîcher, une crèmerie... des petites boutiques qui fonctionnent généralement grâce aux habitués mais qui recouvrent petit à petit leur succès d'antan. Franchissez le pas! Essayez d'aller faire le marché de temps en temps ou trouvez quelqu'un pour y aller pour vous, vous pouvez mettre en place une initiative entre voisins et échanger votre tour.
Si vous n'y arrivez vraiment pas, il existe des associations comme La Ruche qui dit Oui! (France et Belgique) ou eFarmz (Belgique), pour ne citer que celles que je connais.

Bonne continuation dans la voie du mieux