20 juin 2017

Ecrire un livre

Si vous me suivez régulièrement, vous savez que je travaille sur mon premier roman. J'ai toujours aimé l'écriture, je me souviens qu'en primaire, j'écrivais des histoires pendant les récrés au lieu d'aller jouer. Que j'ai quasiment toujours eu un blog. Des blogs. J'ai écrit pas mal de BD qui ont disparu je ne sais où. J'ai écrit plusieurs fois des débuts, ou des idées de romans, qui ont aussi disparu dans le gouffre de mon manque de confiance en moi. Bref j'adore écrire, et il y a environ trois ans j'ai eu un déclic, si c'est ce que j'aime tant, il fallait que je concrétise mon projet. Et j'ai commencé à écrire un roman. Oui ça fait trois ans que j'ai commencé, et j'ai fait quelques erreurs de parcours, donc je voudrais donner quelques conseils d'organisation, de motivation, etc. pour ceux qui voudraient s'y mettre. Pas en trois ans.

source


Si j'ai mis autant de temps à écrire, c'est parce que j'étais désorganisée. Au début, je pensais que je devais uniquement écrire de manière intuitive, que je ne devais pas me forcer, mais je me rends compte que même si c'est une passion, il faut un peu de rigueur pour mener son projet à bien. Sauf si on écrit juste pour écrire et pas dans le but de publier, mais j'aimerais que ce roman, et tous les suivants, soient édités, donc il faut bosser. 








Réserver du temps pour l'écriture

La principale erreur que j'ai faite, et qui m'a bloquée dans mon avancement, c'est de ne pas prendre le temps tout simplement d'écrire. En trois ans je n'avais écrit que 9 000 mots (on compte généralement qu'un roman de science-fiction affiche entre 90 000 et 125 000 mots), mon histoire stagnait. De plus, vu le temps qui s'est écoulé, mon style a changé, ma vision des choses a changé, ma conception de l'histoire a changé, tout mon début de roman a été très remanié ces derniers mois quand je me suis mise à bosser sérieusement dessus.
Il ne faut jamais se débarrasser de ses débuts de romans, de ses idées... (je l'ai fait beaucoup de fois, avec regret, maintenant je garde tout) mais quand on travaille activement sur un projet particulier, il faut s'y atteler avec régularité.

Avoir de quoi noter, tout le temps

Que ce soit votre fichier électronique que vous transportez sur une clé (si vous avez accès à un PC quasiment H24), ou un carnet, ou vos notes sur votre smartphone, il faut noter tout ce qui vous passe par la tête, de la moindre idée aux phrases ou aux paragraphes complets. Ca m'arrive souvent de rêvasser, puis je commence à "écrire" dans ma tête, je trouve mes tournures de phrase très bonne, j'aime mon idée, j'ai peur d'en oublier un seul détail. Souvent ça m'arrive avant de m'endormir, et j'angoisse de ne pas me rappeler de tout le lendemain, il faut absolument noter, pour se vider la tête et ne rien oublier.

Ca vaut aussi pour des idées qui ne concernent pas le roman en cours.

Se forcer à s'y mettre

Je pensais qu'il ne fallait pas se "forcer" mais seulement écrire quand l'inspiration vient. Mais ça prend des années de travailler comme ça, avec les inconvénients que j'ai cités plus haut et le risque de tourner en rond pour toujours. Je pensais que je ne prendrais pas de plaisir en me forçant à écrire, pourtant c'est faux. Au lieu d'attendre qu'une idée me tomber toute cuite dans les mains, j'ouvre mon fichier, je relis le dernier chapitre, les dernières lignes, et alors que je passais juste comme ça, je commence à écrire de nouveaux chapitres, ça vient tout seul. Mais il faut s'y plonger. Bien sûr, parfois je n'arrive qu'à écrire quelques lignes, rarement rien du tout, mais en me forçant à me mettre devant mon écran régulièrement, j'ai écrit 20 000 mots en un mois, sans avoir l'impression de perdre en qualité je précise.

Tenir des notes

Outre les idées, il y a d'autres notes qui m'aident. Je vous conseille je réserver un carnet (ou un fichier ou autre) uniquement à votre roman. Plusieurs idées de romans, plusieurs carnet. Dans le carnet dédié à mon roman en cours, j'ai noté un résumé en une ligne de chaque chapitre écrit, ma liste de personnages avec leurs caractéristiques importantes, ma ligne du temps, mais aussi les choses qui vont arriver plus tard dans le livre, les fins alternatives, etc. 

La liste des chapitres, des persos et la ligne du temps me semblent vraiment importants pour garder de la structure et de la cohérence dans le récit, car on finit par oublier, je vous jure.

Ne pas avoir peur de remodeler l'histoire

Au début, le roman que j'avais écrit était très différent. Je me suis lancée dans mon idée, j'ai écrit sans connaître la fin. Finalement, au fil de mes écritures, je n'étais plus très fan du point de vue que j'avais adopté, alors j'ai modifié. J'ai modifié la temporalité, j'ai adoucit certains traits, renforcé d'autres, les technologies ont changé, mes héros n'avaient plus les mêmes moyens, la cause de l'histoire était différente et est passée au premier plan alors qu'elle était secondaire, j'ai fait une grosse coupe dans le nombre de personnages... J'ai récupéré pas mal d'idées, mais j'ai dû adapter. N'ayez pas peur d'effacer des chapitres ou des paragraphes, quitte à les mettre de côté pour une autre histoire ou pour que ça vous fasse moins mal au coeur, mais il ne faut pas garder ce qu'on a écrit juste parce qu'on se borne à ne pas vouloir l'effacer, sans autre raison valable. 

Se faire conseiller

Impossible d'avoir une vue extérieure sur notre roman, on connaît les rebondissements, on connaît l'histoire, on sait ce qu'on veut exprimer par nos mots. Il faut absolument s'entourer de quelques relecteurs, des personnes de confiance qui vous donneront un avis impartial (insistez sur ce point), ils pointeront directement les incohérences, les manques de précision, les redondances, les moments creux... que vous ne voyez plus à force de vous plonger dans votre histoire. Pour ma part j'ai un relecteur régulier, il connaît déjà l'histoire, il l'a lue avant et après les grosses modifications, il la suit depuis le début, il pointe surtout les incohérences mais il connaît déjà la direction de l'histoire. Je vais faire relire mon histoire à mi-chemin par d'autres personnes, pour savoir si mon histoire est intrigante, intéressante, donne envie de connaître la suite, ou juste plate, sans intérêt. Et finalement, j'aurai besoin de relecteurs pour lire le roman en une traite, ils découvriront tout, auront le loisir de se plonger dans l'intrigue, etc., ils auront un oeil neuf.

Ecrire par envie

Quoi que vous écriviez, faites-le parce que vous aimez ça, on le répète souvent, un projet mené par la passion, ça se ressent, un projet mené par l'appât du gain, ça se ressent aussi. Mais bon je pense qu'il faut être sacrément maso pour se forcer à écrire si ça ne nous plaît pas.


Articles similaires - Ecrire sans fautes (ou du moins, avec moins de fautes)


2 commentaires:

  1. Hello, J'ai pensé à toi car dans le Cosmopolitan de ce mois-ci, il y avait un article sur un petit concours Amazon qui permet de publier son livre gratuitement : https://www.amazon.fr/b?ie=UTF8&node=12807139031

    RépondreSupprimer