Il n'est JAMAIS bon de se COMPARER

J'étais cette personne qui passait son temps à se comparer avant. Bien sûr, la tentation est toujours présente, mais depuis que j'ai compris tous les problèmes que cela apportait, je travaille à changer cette mauvaise habitude. Se comparer aux autres entraîne beaucoup de frustrations, un sentiment d'injustice parfois, ou d'autres sentiments négatifs (à moins de faire un complexe de supériorité et de se penser mieux que tout un chacun...)

Il n'est possible de comparer que deux choses identiques, or, les êtres humains sont bien trop complexes pour être parfaitement comparables. Qu'il s'agisse de comparaison physique, ou tout autre domaine (travail, volonté, réussite...) Tellement de paramètres entrent en jeu pour définir notre personnalité, notre parcours de vie, nos opportunités... qu'il est totalement contre-productif de tenter de se comparer.


Quand on compare, c'est toujours pour pointer les choses qui sont mieux chez les autres que chez nous. Et il est évident qu'on va toujours trouver l'un ou l'autre chose sur laquelle complexer. Au lieu de prendre le temps de s'auto-analyser, de réfléchir à comment changer la situation si elle ne nous convient pas, on va perdre du temps et de l'énergie à se lamenter de ce que les autres ont que nous n'avons pas, de ce qu'ils ont atteint alors que nous avons l'impression de faire du sur-place.

Le pire, c'est que la plupart des gens ne parlent que de ce qui est positif dans leur vie. Si vous vous référez à ce qu'ils racontent sur les réseaux sociaux, c'est encore pire. Difficile de vendre quand on n'a pas l'air heureux. Certaines personnes tentent aussi de cette manière de se convaincre qu'elles sont heureuses. Mais il faut bien prendre conscience de tout ce que les gens ne disent pas, arrêter d'idéaliser les autres (surtout sur les réseaux sociaux et Internet de manière générale).

Un exemple qui me vient à l'esprit. Tu fais une course à pied, un photographe immortalise les participants. Tu trouves ta photo sur la page Facebook de l'événement, tu te trouves immonde alors que les autres sont tellement photogéniques... et voilà tes complexes qui se réveillent.
As-tu pris en compte tous les paramètres? Les photos ont-elles été prises au même endroit de la course? Les autres fournissent-elles le même effort que toi? Ne compares-tu pas ta photo uniquement à celles que tu trouves plus belles? Les autres personnes ont-elles fait des efforts pour paraître à leur avantage quand toi tu étais en train de vivre ta course? ... C'est facile de lever des dizaines d'autres réflexions du genre!

J'avais écrit le texte suivant un jour où je m'ennuyais :

Tenter de se rassurer en comparant n'est jamais une bonne idée. Mesurer ses performances et contre-performances, mais pour mesurer, il faut une même unité de mesure. Chacun de nous est fondamentalement différent. Notre vécu et les situations que nous vivons aujourd'hui sont toujours différents de ceux des autres. Je m'exerce à relativiser, mais si je dois me soumettre à cet exercice, c'est que la pression de la comparaison est bien là.
Je dois forcer mon esprit à penser comme cela. Gisele se remet au sport et elle a l'air de s'y tenir, mais elle n'a pas ton emploi du temps, peut-être qu'elle n'applique pas la même intensité à ses exercices, elle n'a rien d'autre à faire de mieux, elle n'est pas vidée de son énergie par tes pensées obsédantes. Erin vit très bien d'avoir un boulot banal, elle dit même en être contente, mais nous n'avons pas les mêmes objectifs, envies et besoins, et peut-être qu'elle ment à tout le monde, elle y compris. Henri n'a pas de boulot et ne fait rien de ses journées, si j'avais sa chance, je mettrais à profit tout ce temps pour apprendre, créer, développer des activités, je suis jalouse de sa chance de pouvoir se reposer et disposer de son temps quand je suis prisonnière du boulot. Là j'avoue, j'ai du mal à relativiser et à trouver des raisons de ne pas l'envier. Mais c'est pour ça exactement que je ne devrais même pas me poser la question, et ne pas me comparer, ne pas tenter de comprendre comment et pourquoi il vit sa vie comme il la vit et pas comme je rêve de vivre la mienne. Jessica a pu sortir un livre en apparence sans le moindre effort car elle la chance d'être une blogueuse connue, mais sous ses airs futiles, sous ses articles, il y a peut-être un boulot monstre, ou de la chance, et là c'est plus injuste.
La chance, c'est une chose injuste, et je tolère très mal l'injustice. J'ai beau driller mon cerveau, c'est très compliqué de le convaincre, il est encore plus têtu que moi. Alors je eux arrêter de me comparer, mais je ne sais pas encore comment on fait.





Image(s) Pixabay

1 commentaire:

  1. Je pense que c'est parfois utile de se comparer, quand c'est pour se remettre en questions de la bonne manière. On ne pourra jamais savoir quels ont été les efforts fournis par d'autres pour arriver à leurs fins mais on peut se dire que si ces personnes y arrivent, on le peut aussi ! Je remarque que si je me compare souvent, je me compare aux personnes qui réussissent 'mieux' que moi mais aussi aux personnes qui réussissent moins bien. J'essaie de prendre aussi beaucoup de recul et pour les personnes que j'admire pour leurs réussites, j'essaie d'y trouver l'inspiration plutôt que de tomber dans une jalousie malsaine (même si parfois... ^^).
    PS: je préfère nettement ce design pour ton blog, je trouve qu'il te correspond beaucoup mieux.
    Cyrielle

    RépondreSupprimer