Je ne vais pas te parler des ondes téléphoniques ou autres émises par ton micro-ondes, non, rien de tout ça. Là je te parle des mauvaises ondes émises par… les gens ! J’ai décidé de gommer toutes ces personnes négatives de mon environnement.

Être hypersensible et bien le vivre : la nécessité de se protéger

Je suis une vraie éponge à stress, mettez-moi dans une entreprise où règne une mauvaise ambiance et je suis le mouvement inconsciemment. En quittant mon boulot précédent, j’avais décidé que je n’allais plus laisser le travail m’étouffer et me déprimer comme je l’avais laissé le faire plus tôt. Mais par moments, c’est plus facile à dire qu’à faire.

On a tendance à penser qu’on contrôle beaucoup de choses, alors que ce n’est le cas que de nos propres actions (et encore, l’inconscient est bien là pour piloter en arrière-plan…). Leçon n°1 pour désencombrer son mental, alléger la charge et gagner en sérénité : réfléchir à ce que nous pouvons réellement contrôler, et accepter tout le reste.

Subir l’extérieur… et Internet

Mais là où j’ai également décidé de faire le ménage, c’est sur Internet. Les réseaux sociaux. Tous ces gens qui passent leur temps à râler, critiquer, rabaisser, toute la journée, en parlant de tout et n’importe quoi. A force d’en voir plusieurs par jour comme ça, ça me tire le moral vers le bas. Le pire, c’est qu’ils s’imposent à nous même quand on ne les cherche pas. Il suffit qu’un contact réagisse à une publication pour qu’elle vienne s’immiscer dans ton fil d’actualité. La solution : virer tous les gens avec qui on n’a pas/plus d’interactions, resserrer son cercle social sur le web. De cette manière, on contrôle plus ou moins ce qu’on voit. Collectionner les contacts, ça ne sert à rien finalement…
Se perdre dans les commentaires sur les réseaux sociaux, les blogs, les articles sur Internet… c’est s’assurer un moment de déprime, la perte de notre foi en l’humanité, et un besoin irrépressible de se cacher au fond de la couette avec son chat.
Du coup, pour ne pas subir tout ça, je trie, je sélectionne précautionneusement ce que je veux voir ou pas, je ne suis obligée de suivre aucune page, aucun compte… Si ça t’arrive régulièrement de râler à cause de ce que tu as lu sur Internet, change tes canaux d’information (coupe-les même si ça te fait du bien, arrête de penser qu'”il faut” suivre l’actualité, les informations…), passe moins de temps sur le web, ne consulte plus les sites qui t’exaspèrent. Tu as le contrôle sur ce que tu laisses entrer chez toi, physiquement ou numériquement !

Faire du tri parmi les gens qu’on côtoie

Le tri et le désencombrement ne s’appliquent pas qu’aux t-shirts et à ta collection de DVD. Tu as le droit fondamental de choisir quelles personnes méritent ton énergie, ton temps, ton implication. Tu as le droit de faire sortir des personnes de ta vie quand elles t’apportent plus de négatif que de positif, tu n’as pas à te justifier, même si (ajouter ici toutes les excuses qu’on se trouve pour subir des relations toxiques).
Une relation toxique ne signifie pas nécessairement que l’autre personne te cherche du mal. Certaines personnes ne sont juste pas faites pour être dans notre vie, ou pas toute la vie. Qu’il s’agisse d’une connaissance, d’un.e ami.e, d’une relation amoureuse, qui que ce soit… tu as le choix.
Moins de relations toxiques, c’est aussi plus de temps et d’énergie pour les gens qui t’apportent du bonheur, et plus de respect envers toi-même.
Spread the love