J’ai hésité longtemps avant de me lancer dans la rédaction de cet article sur l’hygiène intime car le sujet est sensible. En effet, d’une part, bien que nous en soyons toutes pourvues, ça reste relativement tabou de parler de son sexe, et d’autre part, j’ai remarqué qu’en matière d’hygiène, chacun croit détenir LA clé et savoir comment on doit faire. Les gens sont parfois un peu violents dans leurs réactions quand ils découvrent que d’autres personnes gèrent les choses différemment. Pour une raison qui m’échappe parfois. Souvent. Toujours.

Bref, parlons de l’hygiène intime au naturel sans tabou et sans jugement !

L'hygiène intime au naturel
Dans une démarche de simplification, d’indépendance de la société de sur-consommation et du marketing, de retour au naturel, je te propose aujourd’hui de remettre en question les gestes d’hygiène intime que tu as adoptés depuis des années.
Quand j’étais ado, on a vu un nouveau type de produit apparaître sur le marché : le savon intime. Tout d’un coup, chaque femme s’est sentie obligée d’ajouter ce nouveau produit (cher, et à la composition souvent dégueulasse !) à sa routine hygiène.
Normal : après des années à utiliser des gels douche de plus en plus agressifs, quasiment toutes les femmes souffraient de sécheresse, d’irritations, et j’en passe. Et ça, ça arrangeait bien les grosses entreprises qui vendent des produits d’hygiène. Un nouveau produit, un nouveau besoin créé, c’est jackpot pour elles.

Hygiène intime au naturel sans tabou

C’est ma routine à moi, je ne suis pas médecin ni quoi que ce soit, malgré tout en faisant quelques recherches sur le net j’ai trouvé énormément d’articles qui abondaient dans ce sens, et pas du tout des sites tournés bio et compagnie, il ne s’agit donc pas d’une lubie de hippie écolo crado.
Puis pour dédramatiser, parce que même si je trouve qu’on devrait pouvoir en parler librement parce que ça fait partie de nous, j’essaie de prendre un ton léger et de glisser des vannes de m*rde par-ci par-là pour me mettre à l’aise et toi aussi, je m’excuse d’avance pour le niveau.

La toilette intime

Au début de ma transition, je suis bien sûr passée par la case savons intimes bio, mais je souffrais pourtant de temps en temps de sécheresse et d’irritations, même en choisissant des produits pseudo ciblés sans parfums et sans sulfates. Puis j’ai lu une énième fois chez Laetitia (Le Corps. La Maison. L’Esprit.), dans cet excellent article sur l’hygiène au naturel en mode “slow”, que la toilette intime à l’eau chaude suffit amplement. Donc j’ai voulu tester. Dans ma démarche minimaliste, il était temps d’arrêter d’acheter un gel douche ciblé hygiène intime.
Résultat des courses, je n’ai jamais eu l’impression d’avoir une aussi bonne hygiène et je ne souffre plus d’inconforts. Et oui, il faut le tester pour le croire je sais.
De fait, je garde le savon pour la toilette de l’aine et du pubis qui sont en contact avec les vêtements et autres, et le reste c’est à l’eau chaude (chaude-tiède, pas bouillante hein) à la main sous la douche. Oui parce que au passage je rappelle que ce n’est pas sale et qu’on peut se toucher, ça ne mord pas. Touchons-nous !

L’huile de coco et l’aloe vera

Il va sans dire que je n’utilise bien sûr pas de produits genre déodorant de la foufoune, lingettes pour nettoyer sa déesse à longueur de journée, etc. Par contre j’utilise régulièrement de l’huile de coco et du gel d’aloe vera (pur, attention à la composition, on évite d’utiliser un produit qui contient des perturbateurs endocriniens à cet endroit !).
L’huile de coco sert à assouplir la peau (également très utile quand on s’épile pour éviter les poils incarnés) et donne du confort en cas de sécheresse ou de petites irritations de contact (frottements des vêtements, etc.). Elle peut même être utilisée comme lubrifiant pour les rapports sexuels (cependant les lubrifiants à base d’huile ne s’associent pas bien avec les préservatifs en latex). L’aloe vera est également utile en cas de sécheresse et irritations, à vous de tester les deux pour voir ce qui vous soulage.
Et puis l’huile de coco ça sent bon et puis les deux sont comestibles (à condition de les acheter purs), voilà, ça c’est dit.
Edit : Après plusieurs années à ne plus utiliser de produits agressifs (savon saponifié à froid uniquement) + culottes en matières naturelles bien coupées, je n’ai quasiment plus jamais de désagréments. Free the foufoune, suivez mes conseils !

L’épilation

Parce qu’on est un peu maso et qu’on suit pour la plupart les normes qu’on nous impose (je ne vous jette pas la pierre j’ai fait partie de la panurgerie pendant très longtemps), on s’épile le maillot.
Pour ma part à cet endroit j’ai laissé tomber depuis longtemps les épilations chez l’esthéticienne, la crème dépilatoire qui pue qui pique, la cire, le rasoir, l’épilateur… Tu vas me dire, que me reste-il ? La tondeuse ! Beh oui, point question de souffrir pour des poils “disgracieux”, déjà que je les soigne en leur faisant des bains d’huile de coco, je vais pas après les arracher violemment. Et puis les poils incarnés c’est loin d’être sexay. Donc j’utilise une tondeuse, cet outil fabuleux qui ne demande aucune préparation, et est super pratique à emporter même en vacances. Elle permet de se débarrasser des poils comme un rasoir, mais on peut aussi varier les longueurs et se tailler un ticket de métro, un cœur ou une forme de chat si tu es très habile de tes mains.

Chaleur et journée sans culotte

Quand il fait chaud, on finit parfois par avoir des irritations (encore elles !) à cause des shorts trop serrés, de la chaleur, de la macération (bon appétit), après une journée de travail ou de vadrouille on n’est plus tout à fait fraîche, bref l’été c’est pas l’ami de notre moule.
Alors outre le petit massage à l’huile végétale ou à l’aloe vera, de temps en temps, je te conseille ce geste libérateur : aère ta foufoune, mets une longue jupe et oublie la culotte. Ouais je te jure, déjà tu auras moins chaud, et en plus tu éviteras le frottement des vêtements, la macération, tous les trucs pas glop, et tu verras c’est chouette, et ça évite les démarcations des sous-vêtements en plus.
Et puis tu te sentiras un peu rebelle et tu te marreras toute seule en te disant que tout le monde ignore ta folie de sans-culotte. Ouais ma vie est trépidante.
Mais attention, toujours avec une jupe longue, ne tente pas l’expérience avec une jupe courte ou un pantalon !

Les règles

Évidemment, je ne t’apprends pas grand chose, je conseille vivement l’utilisation de la coupe menstruelle. Pour toutes les bonnes raisons déjà invoquées dans mon article à ce sujet.
Tu peux également acheter des serviettes et des tampons écologiques qui n’ont pas été blanchis avec des produits chimiques irritants pour toi et polluants pour la planète, ou adopter la serviette hygiénique lavable, ou encore la culotte de règles pour leur côté zéro déchet.

Finalement, j’ajouterai qu’en matière d’hygiène comme pour tout le reste, le principal c’est de trouver ce qui nous convient personnellement et d’arrêter de penser que “on doit” parce que “tout le monde” fait comme ça ou qu’on “nous a toujours dit que…”.


A lire / A découvrir

Plaidoyer pour ma Mounette (Le Corps. La Maison. L’Esprit.)
Laetitia, est-ce que tu pues? (Le Corps. La Maison. L’Esprit.)
Ça y est, je suis passée du côté de la coupe menstruelle!
Les serviettes hygiéniques et protège-slips lavables

L’alternative au “no bra” : libérons nos seins (mais pas sans soutien)

Spread the love