4 nuances de mode éthique


On entend souvent dire "l'écologie c'est cher, les cosmétiques bio c'est une ruine, la mode éthique c'est pour les riches...", aujourd'hui je te propose 4 façons de t'habiller slow et éthique, de la plus facile à celle qui demande le plus d'investissement. Ainsi tu verras qu'avec peu de moyens on peut déjà s'investir !



NIVEAU 1 : ACHETER MOINS


La surconsommation est l'ennemie de l'écologie et de la slow attitude. Dans notre société actuelle c'est normal d'aller faire du shopping toutes les semaines et d'acheter beaucoup de vêtements pas chers. Si ton budget et tes possibilités ne te permettent vraiment pas de t'habiller ailleurs que dans le circuit de la fast-fashion, tu peux déjà beaucoup améliorer tes habitudes en achetant moins. Pas besoin d'acheter de nouveaux t-shirts toutes les semaines, n'achète que quand tu en as vraiment besoin. Tu feras en plus des économies et petit à petit tu pourras investir ton argent soit dans de meilleurs vêtements, soit dans d'autres choses qui te font plaisir (voyages, matos, sorties, sport...)
Le shopping ne doit plus être un loisir mais un acte qu'on réalise lorsqu'on a un besoin.

NIVEAU 2 : ACHETER DE QUALITE


Sans aller jusqu'aux marques éthiques peu accessibles, je l'avoue moi-même, il suffit de changer ses habitudes. Après quelques temps à diminuer tes achats, tu pourras investir ton argent entre autres dans des vêtements de meilleure qualité. Ca ne veut pas dire acheter des marques très chères, pas toujours de meilleure qualité, mais des marques qui durent, dont les vêtements sont bien coupés. Ma référence personnelle c'est Esprit, c'est un peu plus cher que H&M et compagnie mais je sais que leurs vêtements durent longtemps et qu'ils sont vraiment bien coupés pour ma morphologie. 
Pour les chaussures, qui s'usent plus vite, c'est encore mieux d'investir dans des marques de qualité.
De plus, quand on paie un peu plus cher, on choisit mieux, on réfléchit à chaque achat et ça dure plus longtemps dans notre garde-robe.

NIVEAU 3 : LES CIRCUITS ALTERNATIFS


Cela demande de modifier complètement ses comportements d'achat et parfois d'aller un peu plus loin et de chercher de nouvelles boutiques, mais on fait un énorme pas vers la mode slow et éthique !
Il s'agit des achats de seconde main (friperies et dépôts-ventes, brocantes, vide-dressings, groupes de ventes et de trocs sur Facebook, sites spécialisés, eBay...) Les achats de seconde main sont éthiques car ils n'engendrent pas de déchets, ils permettent d'éviter le gaspillage, ils n'enrichissent pas les compagnies peu scrupuleuses... et ça t'évite d'avoir les mêmes vêtements que tout le monde en plus (surtout que le rétro est super tendance !)
Pense aussi aux échanges avec tes potes, aux prêts entre amis, mais aussi aux boutiques qui louent des vêtements (surtout pour les occasions spéciales et les vêtements que tu ne porteras qu'une fois dans ta vie...)

NIVEAU 4 : LES MARQUES ETHIQUES


Elles se multiplient, surtout sur le net, certaines marques aussi sont éthiques sans le clamer (Jonak par exemple qui n'est pas une marque étiquetée éthique mais qui fabrique en Europe et travaille de manière éthique, d'ailleurs je trouve cette marque relativement accessible et j'adore leurs modèles). Cela demande plus d'investissement de dénicher des vêtements de marques éthiques, c'est moins facile.
De plus il existe plein d'éthiques différentes, difficile de savoir exactement dans quoi on veut investir : matières bio non traitées, vêtements vegan, pièces fabriquées localement, commerce équitable...
Le gros plus, c'est que généralement ces marques sont engagées au minimum dans le commerce équitable et qu'on ne soutient donc pas les sweat-shops, la traite des enfants, l'exploitation des populations pauvres...
Tu l'as peut-être compris, je n'ai pas encore atteint le niveau 4 à ce jour 😉


En conclusion, je pense que pour s'habiller éthique, il faut mixer un peu tout ça. Acheter moins, c'est indispensable (surconsommer des marques éthiques serait une aberration aussi par exemple), acheter mieux devient alors super facile vu qu'on économise sur les achats cheap, le marché de seconde main est de plus en plus accessible, et les marques éthiques, c'est le petit bonus occasionnellement.

EnregistrerEnregistrer

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire