Je me suis longtemps dit que je n’avais pas de problème avec Internet et la technologie, mais il y a quelques jours j’ai ressenti le besoin de déconnecter. Je n’avais pas envie de faire une “détox digitale” comme on en voit un peu partout : ne rien toucher pendant une semaine, puis m’y remettre le 8ème jour et reprendre mes anciennes habitudes. J’ai préféré pointer les améliorations à apporter dans ma consommation numérique pour modifier mes comportements sur le long terme.
Objectifs : être moins dépendante ou accro aux réseaux sociaux, arrêter de procrastiner et de perdre du temps.
Je n’ai pas voulu arrêter strictement tout contact avec la technologie
  • pour ne pas être frustrée,
  • parce que je vise une démarche sur le long terme (des bonnes habitudes à garder après cette expérience),
  • je ne voulais pas rallumer et crouler sous des centaines de notifications,
  • je ne voulais pas me couper du monde (J’ai pensé plusieurs fois me désinscrire de Facebook, mais outre le fait que je ne peux pas supprimer mon compte pour continuer à gérer les pages de mes blogs, je me rends compte que c’est via ce canal que se font la plupart des communications avec mes amis, c’est aussi par ce biais que je suis au courant des activités organisées, etc. C’est triste mais Facebook est devenu presque nécessaire dans notre vie. Well done Mark.),
  • et surtout, en suivant des cours d’informatique, c’était impossible d’arrêter d’utiliser des ordinateurs et Internet.
La prise de conscience et le désir de me lancer dans cette “détox numérique” sont nés de plusieurs événements récents. Le premier, négatif, c’est une troll qui m’a pris la tête sur Youtube, d’où : re- cercle vicieux, je déteste les gens, le monde est bête et méchant, ruminations, déprime. Le deuxième, positif, c’est que j’ai été à un salon où beaucoup de maisons d’édition, spécialisées dans le fantastique et la science-fiction, étaient présentes. Voir tous ces auteurs débutants présenter leurs projets concrétisés m’a redonné l’envie furieuse et la motivation de poursuivre l’écriture de mon roman.
❕❕❕
En bref, je me suis rendu compte que Internet pouvait me rendre triste + me pompait mon énergie et mon temps (que je voulais investir dans quelque chose qui me permettrait de m’accomplir).
❕❕❕
addiction aux réseaux sociaux et détox digitale
Les buts concrets de ma démarche de détox numérique sont :
  • recentrer mon attention, mon énergie, ma créativité… sur l’essentiel (ce dans quoi je choisis de m’investir et qui va réellement me combler),
  • gagner du temps sur ma journée pour lire, écrire, créer, et bosser pour l’école (et faire du sport éventuellement),
  • prendre du recul sur les choses, arrêter de vivre pour Internet, apprendre à m’affirmer en dehors de ce cadre virtuel,
  • être plus productive, en meilleure forme, de meilleure humeur,
  • vivre pour moi, faire ce qui m’épanouit,
  • pouvoir analyser et tirer les conclusions à la fin du test,
  • voir si mon sommeil s’améliore et si ma fatigue permanente s’amenuise.
Ça peut paraître un peu fou de mettre ce genre de choses sur le compte d’Internet mais dans mon cas c’est bien réel.
🛑 J’ai donc décidé de m’imposer ces quelques règles pour 1 mois :

Maximum 2 consultations par jour des réseaux sociaux

Au lieu d’ouvrir Facebook 15 fois sur la journée, je me rends compte que ce n’est pas plus mal de le regarder une fois ou deux sur la journée : je ne manque rien de crucial ou d’urgent. Pareil pour les autres plateformes. J’ai gardé l’accès à Messenger et les notifications en temps réel sur le service de messagerie puisque je communique par ce canal avec la plupart des gens.

Une pause totale de Youtube

Je ne veux plus me laisser distraire par les commentaires pour l’instant, j’ai besoin de prendre du recul. Je verrai comme ça si j’ai toujours envie de publier des vidéos après cette pause, et si c’est le cas je reverrai ma manière de faire pour que cela soit moins chronophage qu’actuellement.
J’arrête également de consulter ma boîte mail secondaire qui ne sert quasiment qu’à recevoir les notifications de Youtube (d’ailleurs, je file régler mes notifications pour recevoir moins d’e-mails).

Arrêter de sauter sur mon smartphone quand je m’ennuie

Utiliser ce temps pour consulter des cours en ligne, pour bosser pour l’école, pour lire ou écrire. Ou faire du sport si la situation me le permet. Voire même faire une pause.
Il paraît qu’il suffit de répéter un nouveau comportement pendant un certain temps pour que cela devienne une habitude. Je veux perdre ce mauvais réflexe.

Ce que je me suis autorisé

  • Consulter mes mails perso.
  • La plateforme de blogging : vu que mon but c’est de relancer la machine à écrire, je pense que le blog ne peut pas faire de tort. Ça répond aussi à ta question “Tiens, qu’est-ce qu’elle fout sur son blog en pleine détox numérique?”.
Il va de soi que le but n’est pas de transposer mes sales habitudes aux mails et au blog, donc pas question de rafraîchir ces derniers toutes les 30 minutes pour compenser les réseaux sociaux. Cependant, je ne me suis pas fixé de limite pour ces deux sites.

Voilà, bilan final dans un mois.

Et toi, tu es accro ?

Spread the love