A la découverte du HYGGE

Vous n'êtes certainement pas passés à côté de ce mot, peut-être n'avez vous jamais lu quoi que ce soit à ce sujet, ou peut-être connaissez-vous déjà tout à propos du Hygge... Je ne sais pas pourquoi, j'ai laissé passer tous les articles sur le sujet sans jamais m'y arrêter, jusqu'au jour où j'en parle avec quelqu'un, comme ça en passant.

Et voilà que 1 heure plus tard, je me décide enfin à aller m'inscrire à la bibliothèque, où Le livre du Hygge trône fièrement dans le rayon nouveautés. Je vous ai déjà avoué ne pas être très fan de la plupart des livres de développement personnel, qui sont pour moi des recueils de lieux communs enrobés de tonnes de tricot. Pourtant j'ai parcouru celui-ci en quelques heures, assise dans le fauteuil de la bibliothèque, supportant des cris de bébés dans une pièce toute proche.


Evidemment, cette bible du "mieux vivre" à la sauce danoise ne vous donnera pas toutes les réponses aux grandes interrogations de la vie, mais j'ai trouvé le livre agréable à lire, droit au but. Je n'ai pas accroché sur certains principes, mais d'autres points ont particulièrement attiré mon attention. Alors voici ce que j'en ai retenu...

Le pays le plus heureux au monde

Le plus important, c'est que hygge se prononcé hou-ga 😁

Le livre est écrit par Meik Wiking, le président de l'Institut de recherche sur le bonheur de Copenhague. Toute la philosophie du hygge tourne autour du fait que le Danemark est le pays le plus heureux au monde, malgré une météo horrible, un manque de luminosité plusieurs mois par an, un taux de taxation très élevé... Hygge est un vrai mot danois, impossible à traduire littéralement, qui regroupe plusieurs idées. Si je devais résumer très fort, c'est tout ce qui permet de se sentir bien dans l'instant présent.

Lumos!

Dans le hygge, la lumière joue un rôle important. Ici on voit que le hygge se "pratique" surtout en intérieur, il y a une notion de "cosy", de "home sweet home", de bien être. C'est un peu l'esprit catalogue Ikea (oui je sais, ce n'est pas le même pays). On explique dans un premier chapitre que les danois sont parmi les plus gros consommateurs de bougies, mais l'auteur attire quand même l'attention sur le fait que les particules dégagées par les bougies sont nocives et qu'il est nécessaire de bien aérer 💁. Les Danois adoptent des lumières chaudes (qui tirent sur le jaune, contrairement à la lumière froide qui tire sur le blanc). L'auteur conseille également de placer plusieurs petites sources de lumière dans la pièce plutôt qu'une grande lampe centrale.

Ce premier chapitre, qui semble bien superficiel et sans intérêt, m'a quand même fait réfléchir sur le fait que j'ai toujours pensé qu'une lumière froide était meilleure pour le moral, car plus dynamique. Ici, l'idée est de choisir une lumière chaude pour réconforter pourtant.


10 concepts hygge

Le manifeste du hygge selon le livre :
1. AMBIANCE - Baissez la lumière
2. PRÉSENCE - Soyez dans l'instant présent. Eteignez vos smartphones.
3. PLAISIR - Café, chocolat, biscuits, gâteaux...
4. ÉGALITÉ - "Nous" avant "je", répartissez les temps de parole et les tâches.
5. GRATITUDE - Faites le plein, vous ne trouverez pas mieux
6. HARMONIE - Ce n'est pas une compétition. Nous vous aimons déjà. Pas besoin d'étaler vos exploits.
7. CONFORT - Mettez-vous à l'aise. Faites une pause. Pensez "détente".
8. TRÊVE - Pas de drame. Nous discuterons politique un autre jour.
9. ÊTRE ENSEMBLE - Construisez des relations et des anecdotes.
10. REFUGE - Ceci est votre tribu, un lieu de paix et de sécurité.

Être ensemble

Le hygge n'est donc pas juste un style de décoration d'inspiration nordique. Le livre insiste sur la nécessité d'avoir des relations sociales épanouissantes pour être heureux. Pour cela, les Danois mettent un point d'honneur à trouver un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

J'avoue que personnellement, autant j'ai compris que l'équilibre pro-privé est important, autant niveau relations sociales je suis dans la mouise. Autant dire que je suis proche du zéro, j'ai un mal fou à tisser des liens, à m'intégrer... et le livre a remué ce manque en moi. Bien que je sois solitaire et introvertie, avec un grand besoin de moments en solitaire, j'avoue que les liens authentiques me manquent régulièrement. Cependant, en tant que créature solitaire, j'ai toujours du mal à avaler (ou accepter ?) que les liens sociaux soient une nécessité à notre bonheur. On verra plus tard que le hygge ne signifie pas avoir beaucoup de liens sociaux (ouf!) 60% des Danois considèrent que le groupe parfait pour être hygge est composé de 4 personnes.

Pour être dans une ambiance hygge, personne ne se met en avant, ne domine ou n'accapare la conversation, ce qui est un principe avec lequel je suis tout à fait d'accord. Pour ressentir le hygge, il faut pouvoir être soi-même, toujours dans cette idée de "cosy", d'intimité, de détente, de chaleur...

Le hygge n'est pas en contradiction avec une personnalité introvertie, puisqu'il y a une notion de cocon, de petit comité, pas nécessairement d'activités, pas nécessairement de grandes discussions...

Pour constituer son petit groupe intime, l'auteur invite à mettre en place une activité plus ou moins régulière (une soirée jeux de société une fois par mois, un rendez-vous annuel avec la famille...), pour resserrer les liens au fil du temps.



Manger c'est hygge !

Le hygge est une ôde aux plaisirs de bouche : des plats réconfortants, des sucreries, du gras... Apparemment, les Danois aiment bien manger. Malgré le nombre de calories que comporte le livre, j'avoue que j'ai du mal à y croire tant les gens étaient minces quand j'ai visité Copenhague 😅. L'auteur précise quand même qu'il faut pouvoir profiter de ce qu'on mange ou boit, et s'arrêter à temps. Il est important de manger en profitant pleinement, en plein conscience et avec gratitude.

Bien dans ses vêtements

Le peuple danois n'est pas fana des vêtements trop formels, mais bien de ceux dans lesquels on se sent bien (alors là, je suis à 100% d'accord !) La tenue hygge par excellence (à mes yeux, la panoplie du hipster en hiver hihi) : grosse écharpe, gros pull, superposition de couches, grosses chaussettes à motifs. Avec un legging ou un jean moulant. Et une coupe de cheveux saut du lit, mais vraiment saut du lit.

L'auteur donne une astuce que j'aime assez et qui entre bien dans le cadre du minimalisme : associer un gros achat à un bon moment. Il raconte avoir économisé pour s'acheter une chaise design (comprenez : assez chère, mais de qualité et satisfaisant), et a attendu d'avoir publié son livre pour se l'acheter. Une manière de se récompenser mais surtout de donner du sens à son objet, un souvenir d'un moment important pour lui.

Une maison Ikea

Les Danois s'appliquent à faire de leur chez-soi un endroit confortable et agréable. La décoration et le design sont très importants à leurs yeux. Ils privilégient les activités sociales chez l'un ou l'autre à une sortie en extérieur, contrairement à beaucoup d'autres peuples. En quelques mots : des objets et meubles de qualité, un peu de vintage, de grosses couvertures, des coussins, des matières naturelles, et des lampes design. Evidemment, c'est très condensé, mais je suppose que tout le monde visualise le style nordique.



Le hygge sans se ruiner

"Le hygge est humble et lent. C'est choisir le rustique au lieu du neuf, le simple au lieu du raffiné, et l'ambiance plutôt que l'excitation." (Le livre du hygge)

Vivre hygge, c'est adopter une vie slow aussi (tiens, comme on se retrouve !), profiter de l'instant, s'ancrer dans le présent. Le hygge ne s'achète pas, c'est gratuit.

10 activités hygge bon marché (c'est le livre qui le dit) :
1. Jouer aux jeux de société
2. Préparer des petits plats maison ensemble
3. Se pelotonner devant la télé pour une série ou un film
4. Créer une bibliothèque partagée dans un lieu commun
5. Jouer à la pétanque
6. Faire un feu de camp
7. Un cinéma en plein air
8. Une gratiferia ou un troc
9. Faire de la luge
10. Jouer

Mais aussi... lire un livre, regarder les gens passer, s'installer dans un parc, pique-niquer.

Tout ne peut pas être hygge

Remarque marrante (mais pertinente je suppose), l'auteur fait remarquer que pour pouvoir ressentir le hygge, il faut aussi pouvoir ressentir son contraire. En gros, on ne peut pas être heureux si on ne sait pas ce que c'est de ne pas être heureux.


Alors, si vous l'avez lu, avez-vous retenu d'autres choses ou interprété certaines choses différemment ? 






Image(s) Pixabay

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire