L’été arrivant à grands pas (jamais assez grands, on est d’accord), il serait peut-être temps de se pencher sur les produits solaires ! Savais-tu que la crème solaire est la première cause de pollution des océans ? Non contents de mettre en péril notre capital santé, les produits solaires classiques perturbent l’écosystème fragile des mers et océans. Certaines régions ont même mis en oeuvre une politique anti-crèmes solaires sur les plages (tolérant uniquement les crèmes certifiées biodégradables).
 

A la recherche de la crème solaire écologique et bonne pour ma santé

 
Si à l’heure actuelle, aucune crème solaire n’est parfaitement biodégradable, il reste une solution moins pire que toutes les autres : une protection avec filtre minéral sans nanoparticules. Pour cela, on peut entre autres se pencher sur la sélection de solaires proposés par le site Slow Cosmétique.
 
Pour avoir testé les protections avec filtres minéraux depuis plusieurs années, je peux dire qu’elles sont hyper efficaces, et puisque le filtre est physique, pas question des jeter les flacons entamés à la fin de l’été.
 
Cependant, on ne rappellera jamais assez que la meilleure protection face au soleil, c’est l’intelligence, alors on évite les expositions prolongées, encore plus aux mauvaises heures, et on privilégie sa santé plutôt qu’un bronzage de star (en plus, ça permet de consommer moins de produits solaires, du coup ça préserve encore plus les océans, et on fait des économies !).
 
En effet, les produits solaires ne sont, à la base, pas prévus pour faire la crêpe sur la plage toute la journée, mais bien pour protéger la peau qui n’est pas couverte pas les vêtements ou un chapeau. Je rappelle aussi que le bronzage accélère le vieillissement de la peau et augmente les risques de mélanomes et cancers cutanés. Un teint hâlé vaut-il vraiment tous ces sacrifices et ces risques ?
 
Pour le reste, on limite les dégâts en choisissant une crème solaire qui ne contient pas de composants instables, pas de silicones et autres produits conventionnels, et qui ne tuent pas les coraux.
 
Amapola Biocosmetics (Espagne) est l’une des marques disponibles sur le shop Slow Cosmétique
 
 

Envie de vous dégoûter encore plus des produits solaires conventionnels ? Le site La vérité sur les cosmétiques a publié une tartine sur le sujet, et c’est pas joli joli…
 
Le mot de l’association Slow Cosmétique :

“Les soins solaires conventionnels sont truffés de filtres chimiques (benzophenone et consorts) qui polluent les océans et sont polémiques pour la santé. C’est difficile à faire, mais adopter une protection solaire naturelle et slow est vraiment un must ! Les soins solaires bio récompensés par la Mention Slow Cosmétique sont aussi efficaces contre les rayons UVA et UVB. Ils protègent durablement. Le soin solaire avec filtre minéral est facile à appliquer si on le frotte dans les mains avant de se masser sur la peau. Les filtres solaires acceptés par la Slow Cosmétique sont des filtres solaires minéraux uniquement, mais sans nano particules. Choisissez un indice 30 au minimum pour le visage ou les enfants. Si vous avez la peau mate (méditerranée) ou foncée, n’oubliez pas que vous pouvez bénéficier de l’indice faible mais présent d’huiles naturelles comme le jojoba, l’argan, le beurre de karité. Cela n’équivaut pas à un filtre solaire mais cela permet de passer une journée en ville, habillés, en plein été par exemple. Pour la plage ou les expositions fortes en montagne ou en mer, un soin solaire SPF 20, 30 ou 50 est vraiment conseillé.”

Selon une étude de l’Université de Zurich2 effectuée sur des bébés rats, certains ingrédients contenus dans les filtres solaires, entre autres le 4-MBC et le 3-BC, agiraient comme des hormones (oestrogènes) une fois appliqués sur la peau.

Article “Toxiques, les produits solaires ?” sur PasseportSanté


 
Bientôt sur la route des vacances ? Découvre mes conseils pour une valise légère et pratique !
 

Spread the love