Je veux devenir Freelance : bilan + 1 mois

J'en ai plutôt parlé sur Youtube que sur le blog pour l'instant, mais finalement je me dis que ça fait aussi partie du concept de "mieux vivre" que j'essaie de promouvoir sur ce blog. Ça n'intéressera pas tout le monde (c'est pourquoi je vais certainement limiter à maximum 1 article par mois sur le sujet... sauf si la foule en délire en réclame plus !), mais j'ai décidé de me lancer dans l'aventure freelance. Plusieurs raisons à ça (j'en parle dans la vidéo si tu préfères l'audio) : 

  • je ne me retrouve pas dans le salariat (après avoir essayé pendant 9 ans quand même...), 
  • je ne suis pas faite pour répondre bêtement à une hiérarchie toute puissante même quand elle se trompe, 
  • je ne suis pas faite pour rester bloquée 8 heures au boulot quand je n'ai que 3 heures de travail sur les bras juste parce qu' "on" a décidé que c'était ça le travail, 
  • j'en ai marre des embouteillages et de participer à la pollution quand une bonne partie de mon travail pourrait être faite à distance, 
  • j'en ai marre de me lever trop tôt et d'avoir zéro énergie quand je rentre enfin chez moi, 
  • et de perdre du temps, 
  • et je suis en quête de sens. 

Je n'ai pas eu la chance de rater mes études, comme dirait un certain auteur, et je me retrouve coincée dans un boulot sécurisant mais qui ne m'excite pas. Je suis des cours du soir dans une toute autre branche, mais je ne suis même pas sûre de vouloir faire carrière dans ce domaine. Je veux reprendre ma vie en main.




Acheter moins, travailler moins

Il y a quelques mois, j'ai décidé de demander à mon employeur de passer à mi-temps (ça s'appelle une interruption de carrière en Belgique), pour une durée d'un an. Au départ, c'était pour récupérer du temps pour moi, être moins stressée, pouvoir bosser mes cours du soir, écrire mes blogs et mes romans, bref récupérer un peu ma vie en main
Entre le moment où j'ai fait cette demande, et le moment où mon mi-temps a commencé (il y a un mois donc), je me suis rendu compte que je ne pouvais juste pas continuer, même à dose réduite, et surtout sachant que dans un an je devrais y retourner à plein temps.
Je me rends compte que j'ai pu prendre cette décision de diminuer mon temps de travail (et donc mon salaire) grâce aux habitudes de consommation que j'ai adoptées ces dernières années, j'en suis reconnaissante, et c'est aussi grâce à cette consommation raisonnée que je pourrai me lancer dans l'aventure du freelancing à plein temps dans quelques temps. En effet, mon train de vie raisonnable ne m'enchaîne pas à un salaire élevé et régulier, je considère que je suis relative libre de mes mouvements (pas totalement, sinon j'aurais déjà tout envoyer valser 😂 mais beaucoup plus qu'une grande partie de la société).

Des livres qui m'ont donné un coup de pied au derrière

J'ai lu trois livres de l'autrice Sarah Knight qui ont été une révélation pour moi. Pas de promesses de vie paradisiaque contre un moindre effort, mais bien des actions concrètes pour enfin obtenir la vie qui nous rendra heureux. Ces trois livres s'intitulent "Arrête de déconner", "Fais comme tu le sens" et "La magie du J'en ai rien à foutre", j'en parle plus longuement ici et ici.




Les deux grands conseils que j'en ai tiré et qui m'ont permis d'avancer enfin dans la voie que je voulais prendre sont :
  • si tu veux changer quelque chose, lance-toi, implique-toi, travailles-y, ne fais pas semblant : ça peut paraître évident, et pourtant c'est le genre de comportement qui empêche beaucoup de gens d'atteindre leur objectif. J'ai plusieurs fois "essayé" de lancer des trucs mais sans vraiment m'impliquer, en me disant que ça allait peut-être marcher, mais j'y mettais tellement peu de moyens qu'évidemment rien n'arrivait. Il n'y a pas de magie, il n'y a pas de miracle, il n'y a pas de recette secrète : il faut bosser, et ça prend le temps qu'il faut !
  • divise tes objectifs en petits pas : faire un grand changement dans sa vie, ça fait peur, ça semble insurmontable, mais une fois qu'on divise son objectif en petits morceaux, on avance régulièrement et on peut cocher petit à petit les étapes réalisées, c'est motivant !

Du coup, voici comment j'ai divisé le grand méchant objectif pour me donner du courage et de la discipline :
Objectif principal : d'ici 1 an, je veux avoir quitté mon boulot salarié
Sous objectifs (ce sont 3 champs d'action que j'ai défini dans ce but, qui ensemble devraient me permettre d'atteindre mon but; concrètement chacun de ces objectifs est divisé encore en tâches, mais je ne pense pas que le détail complet soit intéressant pour toi) :

1/ Monétiser le(s) blog(s) 

2/ Développer mon activité freelance 

3/ Publier



👉 Monétiser mon blog

Le terme va peut-être te faire un peu peur, mais voilà : je bosse sur ce blog en particulier, et sur plusieurs autres, plusieurs heures par semaine. Je pense que mon contenu a une certaine valeur. Je ne veux pas devenir une vitrine publicitaire ni même vivre uniquement de mon blog (ça me semble irréalisable si je veux continuer à me faire plaisir et à être cohérente) mais je pense que mes blogs pourraient participer à mes rentrées d'argent, en complément du reste.

Ce que j'ai entrepris : 
  • une refonte du design, tout en restant sur du total gratuit, mais j'ai amélioré les menus de navigation en particulier
  • j'ai redéfini ma ligne éditoriale quand nécessaire
  • je suis passée sur chaque article de chacun de mes blogs (celui-ci a 10 ans si tu veux te faire une idée), j'ai effacé tous les articles qui étaient devenus hors propos, j'ai mis à jour ce qui le nécessitait, j'ai amélioré mes textes et mes images, j'ai vérifié tous les liens, ça m'a pris plusieurs semaines
  • j'ai suivi l'excellente formation gratuite "le copywriting contre-attaque" de La Plume et le Renard et j'ai appliqué les conseils qui pouvaient m'être utiles
  • je me base sur les excellents conseils de No Tuxedo pour améliorer mon référencement (en cours)
  • j'ai nettoyé mes réseaux sociaux (pour enlever tout le contenu non pertinent et les articles que j'avais effacé)

Ce que je vais encore faire :
  • devenir plus assidue (et heureusement que j'ai du temps à y investir !), sur tous les blogs que je veux faire vivre
  • m'investir dans les réseaux sociaux pour faire grandir la communauté
  • relancer la newsletter (tu peux t'inscrire en bas de l'article !)
  • réseauter
  • créer une communauté de blogueurs qui travaillent autour d'un projet commun (en cours, on recherche encore des blogueurs écolo si ça te tente contacte-moi !)
  • j'ai investi dans un séminaire dédié pour monétiser éthiquement mon blog
J'ai noté mes statistiques actuelles pour tous les blogs pour pouvoir chiffrer mes progrès 😊



👉 Développer mes activités freelance

Je suis multipotentialiste, j'ai décidé de l'assumer ! C'est quoi cette bête ? Ça veut simplement dire que j'ai décidé d'assumer le fait que je peux être bonne et me développer en même temps dans plusieurs domaines. C'est un choix, et ça complique les choses, mais c'est ce qui m'épanouit. Alors régulièrement, il faut que je remette de l'ordre dans ma tête. On peut choisir de travailler sur plusieurs fronts, mais il faut quand même apprendre à faire une tâche à la fois et boucler un "dossier" avant d'en ouvrir un autre.

Ainsi les différents secteurs où j'ai décidé de me vendre en tant que freelance :
  • le secrétariat sur place ou à distance : c'est plutôt l'activité "gagne-pain", un service dont énormément de gens ont besoin et qui peut assurer une rentrée régulière si on s'y prend bien, pour sécuriser mon activité de freelance et pouvoir expérimenter un peu à côté dans d'autres domaines. Si j'ai choisi cela comme "activité principale", c'est aussi que j'ai presque 10 ans d'expérience dans ce domaine et des choses à apporter.
  • la rédaction, relecture (copywriting et proofreading) : parce que, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, j'adore écrire.

Mon problème : ce sont deux secteurs bouchés avec énormément de concurrence, il va falloir que je réseaute !
Plan d'attaque : je me suis inscrite sur pas mal de groupes Facebook et LinkedIn, généralement dédiés aux indépendants et freelance (ma cible et mes partenaires éventuels), et je travaille également sur le référencement web.
Résultat du premier mois : un jour après avoir fini la refonte/optimisation de mon site de secrétariat (en suivant les conseils de La Plume et le Renard, voir plus haut) et avoir publié un message sur LinkedIn et Facebook pour annoncer officiellement mon activité freelance, j'ai été contactée plusieurs fois.
Bilan : en secrétariat, une proposition de mission plein temps de 3 mois que j'ai dû refuser à cause de mon mi-temps actuel, une autre mission plein temps d'1 mois minimum chez un ancien employeur (idem), une demande de devis qui finalement n'a pas abouti, mais cet échange était enrichissant, et ce client-là m'avait trouvée via le web donc je suis super contente du boulot que j'ai fait à ce niveau-là. Concernant la rédaction/conception, une proposition de mission via une plateforme que finalement j'ai dû décliner car le fonctionnement du site ne collait pas avec le fonctionnement de la coopérative auprès de laquelle je suis inscrite (principe du portage salarial), et une demande de devis après avoir réagi sous un post dans l'un des groupes de réseautage que j'ai rejoints sur Facebook. Même si je n'ai pas facturé ce premier mois, à peine quelques jours après avoir officialisé ma démarche, j'aurais pu avoir à coup sûr un mois de mission plein temps si j'avais été totalement libre !
Réflexion sur les plateformes pour trouver des missions freelance : au départ je comptais m'inscrire sur tous ces sites, puis je me suis retrouvée face aux petits problèmes liés à mon statut particulier, et finalement je me dis tant mieux. Ces sites poussent souvent les gens à brader leurs prestations, et on se retrouve en concurrence avec des gens qui se font sous-payer pour décrocher des missions. De plus, l'inscription prend un temps certain, qu'on pourrait employer à autre chose. J'ai décidé d'apprendre à réseauter et à obtenir mes contrats par mon intervention humaine (virtuelle ou IRL).

Tu te souviens peut-être que je t'avais parlé de mon envie de coacher les gens dans leur démarche minimaliste et surtout de désencombrement. Je n'ai pas abandonné ce projet, mais j'ai envie de faire ça bien, et je suis déjà active sur plusieurs fronts, alors j'ai décidé pour cette activité-là d'être en veille. Pas en veille comme un appareil à demi-éteint, mais en veille active : je regarde ce que les autres font, je regarde leur offre et leurs tarifs, je tente de cerner les besoins qui existent, je cherche des partenaires, je consigne tout ça dans mon carnet, et je me lancerai quand ce sera bien ficelé 😊 En attendant je continue d'alimenter le blog lié à cette activité de temps en temps pour travailler le référencement et la communauté de manière passive, donc n'hésite pas à suivre cette aventure !



👉 Publier

Publier quoi ? Des livres ! Mais encore ? J'écris des romans, j'en ai parlé quelques fois. Si tu me suis régulièrement, tu sais qu'un de mes romans est en finale d'un concours et que je vais peut-être gagner un contrat d'édition, ce qui serait juste magique. Du coup, cette activité-là était en hiatus en attendant les résultats (que je devrais avoir reçus d'ici à ce que cet article soit en ligne... tu peux suivre les actus sur mon activité d'autrice sur cette page), car si j'ai mon contrat d'édition, je vais devoir bosser sur les modifications que mon éditeur va me demander, et donc y consacrer une bonne partie de mon temps. Dans le cas contraire, je devrai envoyer mon manuscrit à d'autres maisons d'édition, et j'ai deux autres appels à texte en vue que j'avais mis de côté car qui dit contrat d'édition dit parfois close restrictive et option sur les nouveaux manuscrits...
Mais je voudrais aussi écrire des livres informatifs, sur le minimalisme et le désencombrement. J'ai mes idées, j'ai plein de notes, mais ça prend beaucoup de temps et d'organisation (plus que d'écrire un roman je trouve). Pourtant c'est un projet qui traîne dans un coin de ma tête depuis longtemps et dans lequel j'ai envie de me plonger, mais pour ça j'aurais besoin de plus de temps disponible, plus d'organisation et plus de zénitude.





Un burn-out du freelancing après deux semaines

Petite anecdote (j'écris cet article pour encourager les gens qui veulent aussi se lancer, je trouve important de montrer tous les aspects de cette démarche !), la troisième semaine de mon mi-temps, je m'étais tellement jetée dans le travail freelance que j'ai presque craqué sous la pression. J'étais perdue, je ne savais plus ce que je devais faire, je me demandais si je ne me lançais pas sur trop de trucs, de quoi j'avais vraiment envie. Mon compagnon m'a un peu tapé sur les doigts en me disant que je devais faire une pause et prendre le temps, bordel !
C'est vrai que depuis que j'ai pris la décision de changer de cap, j'ai l'impression que le temps ne passe pas assez vite, je n'ai pas encore acquis la patience nécessaire pour gérer le freelancing. Mon compagnon m'a "punie" : interdiction de bosser sur mes activités freelance pendant une semaine, il m'a dit "tu utilises ton temps libre pour faire des trucs qui te plaisent, interdiction de réseauter, tu ne vas pas sur LinkedIn, etc.", et pendant un moment j'ai eu du mal à savoir ce que je voulais faire de ce temps libre. Je ne me rendais pas compte, mais j'étais en train l'user aussi, et il prenait sur lui silencieusement.
Ça fait 10 ans que je travaille non stop, c'est vrai que j'ai bien mérité de me lancer en douceur, et qu'il me reste encore plein de temps pour atteindre mon objectif sans m'user mentalement et physiquement ! Gérer son activité freelance, c'est aussi gérer ses moments libres et ses pauses. 


Voilà donc les aventures épiques de Florence en freelance, on se retrouve dans un mois pour la suite de l'histoire, j'espère que ça t'a plu et j'attends tes commentaires avec impatience 😊


↓↓↓ Raconte-moi ta vie ↓↓↓





Inscris-toi à la newsletter : tu recevras un résumé des nouveaux articles, des infos et histoires exclusives non publiées sur le blog, et tu seras tenu.e au courant de la publication de mon livre pour réaliser facilement le désencombrement de ta maison ! Tu recevras au maximum 4 newsletters par mois (mais j’oublie souvent de les envoyer donc ce sera certainement moins 😁) et tu pourras te désinscrire quand tu veux !




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire