Troisième épisode de mon parcours vers la liberté du travail, un boulot qui m’épanouit et un rythme qui me convient. Vers l’indépendance. Ce dernier mois a été riche en révélations et en prises de conscience. Les choses sont soudainement rentrées dans leur case.
Je ne sais pas si c’est une lecture en particulier, l’hypnose chez ma psy, ma première séance de coaching, ou tout simplement mon cerveau qui a fait son boulot en arrière-plan, mais les choses ont commencé à bouger dans la bonne direction. Voici les apprentissages du dernier mois, et comment il se sont traduits dans mon cas concret. Ce sont des conseils que j’invite tous les aspirants freelance ou entrepreneurs à suivre.
 
 
 
 

Trouve ta voie

Au début, j’avais énormément de projets. Et je ne savais pas où donner de la tête. Je m’éparpillais, j’ai créé plusieurs sites web, pages Facebook, j’ai fait un peu de promo, timidement (parce que dans le fond, je m’en rends compte maintenant, je n’étais pas à fond dans mes activités). J’ai mis mes sites web hors ligne, je me suis demandé si je devais en faire de nouveaux en suivant mes nouvelles idées, si je devais supprimer mes pages de Facebook… En bref, je me suis beaucoup pris la tête, inutilement. Et j’ai perdu du temps.
 
Je pensais que j’avais besoin de coaching pour savoir quoi faire. Plus précisément, je voulais voir un.e coach, qu’il.elle me dise quoi faire et comment, et m’y lancer.
 
Arrivée chez ma coach (Carole Coulon, coach de vie au féminin), quelle ne fut pas ma déconvenue quand elle m’annonce d’entrée de jeu que son rôle n’est pas de me donner des réponses mais de m’accompagner afin que je (re)trouve ma voie. J’étais un peu déçue, me disant “Flûte (en vérité, je n’ai pas dit flûte), je me décide enfin à me faire coacher, et en fait je me suis complètement plantée, c’est un conseiller que je dois voir !“.
Pourtant, à la fin de la séance, je sais que je dois continuer ce coaching, exactement de cette manière.
Parce que pour pouvoir demander de l’aide pour mettre mes projets en oeuvre, il faut que je sache au fond de moi ce que je veux faire ! Carole a soulevé plein de questions intéressantes pendant ce premier rendez-vous de prise de contact.
 
 
Quelques jours plus tard, ça m’est apparu comme une évidence : je veux vivre de l’écriture, et pour l’instant j’ai envie de coacher les gens dans leur désencombrement. Je ne sais pas si c’est la séance de coaching qui a eu un effet éclair, ou si les éléments étaient enfin alignés, mais cette révélation a fait s’accélérer les choses de manière exponentielle. J’ai pu mettre de côté, voire oublier, plein d’idées parasites.
 
👊Résultat : premier eBook terminé, deuxième eBook en écriture, j’ai signé pour une série d’ateliers-conférences, je suis sur le point de m’inscrire à un salon qui se déroulera dans quelques mois, j’ai demandé des informations pour participer à un autre événement…
Vous savez quoi ? Je crois enfin en mon projet. Et je sais que je vais y arriver, car je l’ai décidé.
 

Fais-toi accompagner

Que ce soit matériellement et concrètement (confier son copywriting à un rédacteur, la création de visuels à un graphiste, engager quelqu’un pour aller à la pêche aux contrats…) ou mentalement (coaching, conseil, accompagnement), même en étant autodidacte, débrouillard.e et indépendant.e, c’est hyper important !
Avoir l’humilité de reconnaître ses lacunes (et que notre temps n’est pas extensible, qu’importe le nombre de nos talents !), et investir en soi autant qu’il le faut. Du coup, j’ai entrepris les démarches pour me faire également conseiller. Ma coach pour me permettre d’avoir suffisamment confiance en moi et mon projet et savoir que je suis alignée avec mes plans, ma conseillère pour savoir quels investissements faire et comment mettre le pain sur la table.
 
C’est un investissement aujourd’hui qui sera payant plus tard.
 
 
 

Investis dans ton activité

Avec Internet, j’avais l’impression qu’il suffisait de se référencer correctement et d’avoir des contacts intéressants pour avancer. Mais j’ai compris que e-Marketing ne voulait pas dire e-gnorer* tous les autres canaux, même plus traditionnels. J’ai décidé, après avoir investi en moi, d’investir dans mon activité. Il y a quelques semaines, je n’aurais jamais envisagé de payer ma participation à un salon ou à un autre événement pour faire du contact client en direct et de la prospection par exemple. Devinez qui a changé d’avis ?
 
* sous vos applaudissements, jeu de mot de ma création
 
 

Parle de ton projet

Parlez, parlez, parlez. Si vous êtes en reconversion, ne dites pas ce que vous faites pour l’instant, mais ce que vous allez faire. Parlez de vos projets, vous n’imaginez pas le nombre de personnes que vous allez intéresser, ni le nombre de bons plans que vos interlocuteurs pourront vous faire parvenir.
En parlant, on découvre également des parcours passionnants qui nous motivent à avancer, à sortir de notre prison de peurs et d’habitudes.
En plus, en parlant de votre projet, vous vous projetez dans sa réussite, et vous vous mettez un petit coup de pression sympathique (“J’en ai parlé, il faut que j’y aille maintenant !“).
 
 
 
 
Je profite de cet article pour participer à l’événement inter-sites (ou “carnaval d’articles”) organisé par Olivier du blog Réussir mon e-Commerce.
 

Et toi, futur.e freelance ou entrepreneur.e, où en es-tu ?


 

(Re)lire :
Le deuxième mois, quand j’ai compris qu’il fallait définir son client parfait, s’organiser et ne pas avoir peur d’investir en soi.
Le premier mois, quand j’avais trop de projets qui partaient dans tous les sens et que je ne m’étais pas encore posé les bonnes questions.


J’ai eu le courage de me lancer dans l’aventure du freelancing entre autres grâce à mon détachement du matériel. En effet, mes habitudes de vie minimalistes me permettent de dépendre beaucoup moins de l’argent que je gagne, et de vivre facilement avec le minimum nécessaire. Aujourd’hui j’ai décidé de me construire une carrière qui me permet de profiter, d’explorer mes passions à fond et de vivre à mon rythme.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Spread the love