Camille est une référence dans le monde du Zéro Déchet en francophonie. Autrice du livre Le Zéro Déchet, blogueuse sur Camille se lance, animatrice d’ateliers, membre de plusieurs associations… Aujourd’hui, elle est en transition vers le freelancing et projette de devenir nomade pour faire le tour du monde en van avec son amoureux* 😍.

Camille explique dans son livre "Le Zéro Déchet" comment faire des économies

*Leurs aventures en van à suivre sur le compte Instagram Miniblou

Grâce à ma démarche minimaliste et de décroissance, j’ai cerné l’un de mes objectifs de vie : FIRE ! Non pas mettre le feu, mais atteindre la Financial Independance and retire early, c’est-à-dire devenir indépendante financièrement et pouvoir prendre ma retraite avant que l’état m’y autorise ! Être LIBRE sans dépendre de quoi ni qui que ce soit, le rêve non ?

C’est dans cette optique que j’ai demandé à Camille de nous expliquer comment elle avait réduit son budget grâce à sa démarche zéro déchet. Pour toi qui veux faire des économies tout en consommant moins, mieux, plus écolo, voici ses conseils !

Prêt.e à t’y mettre ? Je laisse le clavier à Camille :


Comment j’ai réalisé des économies grâce au Zéro Déchet ?

Cela fait trois ans maintenant que je me suis lancée dans le zéro déchet, bien décidée à réduire la taille de ma poubelle. J’ai eu en janvier 2016 une sorte de “révélation écologique” et j’ai alors souhaité agir pour ma planète. J’avoue que je ne m’étais pas vraiment posé la question du budget que cela allait représenter, mais j’étais prête à ce que ce changement de vie ait un coût financier.

Acheter des légumes bio plutôt que des légumes issus de l’agriculture conventionnelle, acheter des produits de qualité respectueux de l’environnement, privilégier le Made in France… On imagine souvent que cela a un coût et qu’au final, être “écolo” coûte plus cher. Eh bien figurez-vous que pas du tout ! Je vous dévoile aujourd’hui les 6 points sur lesquels j’ai fait le plus d’économies.

Comment mon budget alimentaire a baissé de 30%

On ne va pas se mentir, en me mettant au zéro déchet, il a aussi fallu que je me mette à cuisiner. Exit les pizzas toute prêtes ou les lasagnes surgelées, si je voulais éviter les emballages, il allait falloir que j’achète mes ingrédients en vrac et que j’apprenne à tout faire moi-même (il faut dire que la cuisine et moi, ça faisait 5).

J’ai donc commencé à acheter mes ingrédients en vrac dans de petites épiceries et en magasins bios. Ces épiceries, de par leur petite taille, ne peuvent pas proposer des prix défiants toutes concurrence comme les grosses enseignes. Je m’attendais donc à voir mon budget alimentaire flamber. Mais force est de constater que… pas du tout ! En trois ans, mon budget a même baissé de 30% !

Il faut dire que plutôt que d’acheter des petits gâteaux apéros qui coûtent les yeux de la tête, je les fabrique moi-même avec un peu de farine, de beurre et de fromage. Idem pour ma fameuse pizza. Et cela coûte au final bien moins cher. Sur le marché, j’ai sympathisé avec mes maraîchers, et pour peu que j’arrive en fin de matinée, ils m’offrent souvent des fruits et des légumes.


Si vous ne connaissez pas le concept du freeganisme et du dumpster diving, je vous invite aussi à regarder cette vidéo


J’ai aussi revu le contenu de mes paniers. Je mise sur les pommes locales plutôt que sur les avocats qui viennent du Pérou et qui coûtent un bras. J’ai également énormément diminué ma consommation de viande et de poisson, des “postes” qui sont souvent lourds dans notre budget alimentaire.

Faire des économies en cultivant et produisant soi-même

Comment j’ai arrêté d’acheter une chose… gratuite

Là où j’ai pu faire de sacrées économies, c’est tout simplement en arrêtant d’acheter de l’eau en bouteille.

Quand on y pense, c’est quand même le plus grand hold-up du siècle cette histoire ! Voilà quelque chose qui à la base est complètement gratuit, mais que l’on va packager dans des tonnes de plastique et de publicité, et qu’ensuite… on nous vend !

Quand en plus on sait que le plastique migre dans l’eau de la bouteille si celle-ci est stockée trop longtemps et qu’elle est autant, voire parfois plus polluée que notre bonne vieille eau du robinet, franchement, c’est une économie rapide à faire, pour son porte-monnaie et pour sa santé !

Les gourdes en inox permettent de ne plus acheter d'eau en bouteille plastique jetable
Adopte une gourde !

Comment j’ai fait des économies dans ma penderie

J’ai un aveu à vous faire concernant ma penderie… En m’intéressant au Zéro Déchet, je me suis également intéressée à l’impact environnemental et social catastrophique de la “fast-fashion”.

J’ai rapidement entamé une démarche minimaliste. J’achète donc beaucoup, mais alors beaucoup moins de vêtements qu’avant. Et lorsque je le fais, je choisis des marques éthiques ou Made in France si mon budget me le permet, mais la plupart du temps, j’achète simplement moins et des vêtements de seconde main. Mon budget a donc fait un plongeon vers le bas !


Lire aussi :
Mode, la face cachée des petits prix
Le prix choquant de la mode pas chère


Comment le budget maison a aussi baissé

Depuis deux ans, mon chéri et moi avons décidé, dans la suite logique de notre démarche zéro déchet, de participer à un défi un peu fou, le défi rien de neuf. L’idée de ce défi lancé par l’association Zero Waste France est de revoir sa consommation en essayant de trouver des alternatives, quand on le peut, à nos achats neufs.


Supporter gratuitement le mouvement “Rien de neuf” en s’inscrivant sur le site et en participant.


Ainsi, lorsque nous avons besoin d’acheter quelque chose, nous nous posons plusieurs questions :

· En ai-je vraiment besoin ou juste envie ?

· Si j’en ai vraiment besoin, puis-je trouver une alternative à l’achat neuf ? Il existe une multitude de solutions : louer un outil plutôt que l’acheter, emprunter aux voisins, faire un achat mutualisé avec les amis ou la famille, faire du covoiturage ou encore emprunter un livre à la bibliothèque sont autant de gestes qui permettent de faire des économies de manière très simple.

· Quand nous le pouvons, nous cherchons systématiquement à privilégier les achats d’occasion. C’est ainsi que l’on s’est acheté du matériel photo d’occasion, du matériel de plongée, des meubles d’occasion, etc.

· Nous essayons également au maximum de réparer les objets qui tombent en panne plutôt que de les racheter. Récemment, mon homme a réparé la machine à laver. Nous avons fait réparer notre vidéoprojecteur, et la prochaine étape sera de mener notre imprimante dans un « Repair café ». C’est autant d’achats neufs évités !

Faire des économies grâce au zéro déchet permet de voyage

Comment j’ai réalisé des économies en vacances

Pour nos vacances aussi, le Zéro Déchet s’est révélé une source d’économies. Nous avons en effet réfléchi à notre impact environnemental, et plus particulièrement l’impact carbone engendré par les vols en avion. Même si nous ne nous l’interdisons pas, nous avons donc décidé d’un commun accord de prendre moins l’avion et de revoir nos destinations de vacances.

Cela ne nous empêche pas de partir en vacances, mais nous le faisons en mode plus “slow”. Nous sommes ainsi par exemple partis en petit van aménagé deux semaines en Ecosse. C’est certes polluant, mais bien moins qu’un vol long-courrier pour aller passer une semaine “all-inclusive” de l’autre côté de la planète.

Nous avons aussi découvert un peu par hasard que l’on adorait randonner. La France est un terrain de jeu absolument incroyable, et c’est un sport qui ne requiert que très peu d’équipement (une bonne paire de chaussure, un sac à dos, que l’on peut même acheter d’occasion). C’est économique, et c’est bon pour la planète, bref, c’est tout bénef !

Et les solutions pour passer des vacances écologiques et économiques ne manquent pas : partir en train, faire du covoiturage, faire du woofing, du couchsurfing, etc.


Découvrir AirBnB pour louer des logements ou des chambres à petit prix chez l’habitant et BlaBlaCar pour covoiturer en Europe.


Comment j’ai fait des économies en me protégeant de la publicité

On ne va pas se mentir, je suis comme tout le monde, si je vois une publicité me vantant les mérites d’une nouvelle crème miraculeuse qui va me redonner une peau de pêche, je n’ai qu’une envie : courir l’acheter !

Sachant cela, je me suis progressivement prémunie de ces tentations par quelques gestes (plus ou moins) simples :

· Quand j’étais petite, nous n’avions pas la télé à la maison. Après une phase de boulimie pendant mes années étudiantes, j’ai décidé que mon petit chez moi serait “TV free”. Pas de télévision = pas de tentation, et du temps pour faire tout autre chose.

· Si j’écoute la radio, je coupe le son dès qu’il y a de la publicité (c’est tellement insupportable, franchement, j’ai l’impression d’avoir les oreilles qui saignent si j’en écoute plus de 10 secondes !).

· J’ai collé un stop-pub sur ma boîte aux lettres. Non seulement ça permet d’éviter 40 kilos de déchets papier par an, mais je m’assure de ne pas être tentée par des promos dont je n’ai très certainement pas du tout besoin !

· J’ai installé un bloqueur de publicité sur mon ordinateur pour éviter toute tentation. Et d’une manière générale, si je suis tentée de faire des achats en ligne, je mets mes articles dans le panier virtuel, et… je referme tout et je laisse l’envie “décanter” pendant quelques jours. C’est ensuite très rare que je revienne dessus et que je passe à l’achat !

À quoi me servent mes économies ?

Vous allez peut-être vous demander ce que je fais de toutes ces économies au final ? Eh bien pour tout vous dire, 99% du temps, je suis un vrai petit écureuil et je mets mes sous de côté. Je ne suis vraiment pas de nature dépensière. Sans être radine, j’ai toujours fait attention à mon budget car j’ai été élevée comme ça (pour tout vous dire, mes parents n’avaient pas un sou en poche). Mais je sais aussi que cet argent ne me servira à rien le jour où je tirerai ma révérence. Donc quand je décide de me faire plaisir, je ne chipote jamais, j’y vais à FOND ! En revanche, je privilégie toujours les expériences plutôt que les possessions. Accumuler des objets ne m’intéresse pas du tout (d’ailleurs, mon rêve ultime est de vivre dans une Tiny House, et croyez-moi, dans 15 m², chaque objet doit être soigneusement sélectionné !!). Donc je préfère dépenser mes sous en voyages, en bons petits restaurants de temps en temps, en places de concert et en week-ends avec les copains. Être plutôt qu’avoirPriceless

Adopter le mode de vie zéro déchet, c'est aussi préférer les expériences aux biens matériels

Je pourrais encore vous parler longtemps de tous les bénéfices que j’ai pu retirer de mon aventure vers le Zéro Déchet, mais une chose est sûre, ce n’est pas une démarche réservée à une élite qui a du temps et de l’argent. N’importe qui peut faire un petit quelque chose.
Et vous, vous feriez quoi pour commencer ?


Merci à Camille d’avoir partagé son expérience et ses conseils. Retrouve-la sur son blog Camille se lance si tu veux en savoir plus sur la démarche Zéro Déchet !


Lire aussi :

A quoi dépense-t-on son argent quand on est minimaliste ?
Gagner de l’argent sur le web
Argent : avoir les moyens ou se donner les moyens
Acheter moins, travailler mieux, vivre autrement

Inscris-toi également à la newsletter pour ne pas rater les prochains articles et continuer à faire des économies pour te rapprocher de tes rêves tout en réduisant ton empreinte écologique.

Spread the love