La première excuse que les gens avancent pour éviter de se lancer dans leurs projets (professionnels ou autres) ? “Je n’ai pas le temps“. La seconde ? “Je n’ai pas les moyens financiers“. Et la troisième raison dont ils ne sont pas toujours conscients ? “Manque d’énergie“.

Exactement les trois choses que l’on gagne lorsqu’on change de mode de vie pour adopter une approche minimaliste ! Depuis toute petite, je savais que je voulais être indépendante plus tard. J’avais plein d’idées de métiers, de domaines, de carrières… pas de direction précise, mais je savais que je voulais mener ma barque et créer moi-même.


Lire aussi : Les 3 grandes conséquences du minimalisme, et le bonus


L’argent – Je n’ai pas les moyens de quitter mon boulot

Pourtant, j’ai été salariée pendant 10 ans. La raison principale, c’est que je pensais que j’avais besoin d’un boulot salarié, parce que j’étais dépendante de mon mode de consommation. A cette époque, je n’aurais jamais pu imaginer pouvoir me passer de shopping. Je pensais que l’une des choses les plus importantes, c’était de gagner beaucoup d’argent (“réussir”, faire carrière, monter les échelons, augmenter son salaire…). Que ça allait me permettre d’être épanouie, puisque j’aurais tout ce que je voudrais…

C’est assez marrant, mais devenir minimaliste, consommer moins et mieux, ça m’a vraiment permis d’assainir mon rapport à l’argent. Et pas seulement dans le sens que tu penses. Je me suis rendu compte que l’argent n’a que la valeur qu’on lui donne.

  • Ça m’a permis de me réaliser que la plupart des gens vivent bien au-dessus de leurs besoins. C’était mon cas avant. Même si je ne me suis jamais endettée, j’aurais pu utiliser l’argent dépensé dans tous ces objets inutiles pour d’autres choses (l’immobilier, ma future activité pro, une retraite anticipée…). Une fois que j’ai pris mon indépendance de la sur-consommation, que j’ai commencé à vivre plus simplement, il m’est ainsi apparu que ce n’était pas hors de portée de réduire mes heures de travail. Après un moment, j’ai même osé démissionner.
  • En tant qu’indépendante, ça m’a permis de prendre du recul par rapport à la notion de valeur. J’ai arrêté de comparer les sommes d’argents à la valeur matérielle perçue, aujourd’hui je pense en terme de valeur ajoutée à ma vie. De fil en aiguille, ça me permet aussi de ne pas m’empêcher d’investir dans mon activité (une habitude qui coule beaucoup de projets professionnels) et d’arriver à fixer mes prix justes. Qui dit prix justes dit clients alignés, vie pro agréable et meilleure organisation. Si si.

“La plupart d’entre nous font intervenir les finances dans toute décision que nous prenons, voire même prenons ces décisions uniquement basées sur l’argent. Mais une fois que nous atteignons l’indépendance financière, nous prenons la liberté de ne pas être influencés par ce que nous gagnons ou ce que nous avons économisé.”

Tanja Hester, un nouveau diplômé de la méthode FIRE et fondateur du site web Our Next Life via ce site

En ayant moins d’objets, tu peux aussi te permettre de réduire ton espace de vie, et donc économiser de l’argent (en déménagement ou en co-louant), voire investir une pièce sans fonction pour en faire un bureau de travail où tu seras motivé.e et dans les meilleures dispositions pour avancer.

Femme qui mesure de l'argent avec un crayon

Le temps – Je cours déjà toute la journée, quand pourrais-je travailler à mon projet ?

Pour moi, un désencombrement réussi passe aussi par le désencombrement du mental. Désencombrer sa tête, ça ne se résume pas seulement à se demander avec qui on garde contact, ou à gérer sa charge mentale.

J’ai également pris le temps de simplifier mes habitudes et routines, dans tous les domaines. J’ai réfléchi à tout ce que je voulais continuer à faire, et à tout ce qui parasitait mes journées. A tous ces gestes inutiles que je pouvais supprimer. J’ai ainsi gagné non seulement du temps, mais aussi de la clarté, de la rapidité, et de la tranquillité.

Il y a bien longtemps par exemple, j’ai fait couper la télé. J’ai fait le tri sur les réseaux sociaux pour ne pas m’y perdre et le regretter ensuite. J’ai fait une liste de mes projets, que j’ai découpés en sous-étapes, j’ai réfléchi à ce qu’ils me demandaient de sacrifier, et je me suis demandé si cela valait la peine. J’ai choisi les activités et hobbies que je voulais conserver. J’ai appris à travailler sur un nombre limité de tâches, et toujours à les séparer.

J’apprends aussi à dompter mon perfectionnisme et à composer avec mon rythme de vie naturel.

Alors tu me demanderas peut-être pourquoi je n’ai pas gardé un boulot à temps partiel par sécurité, si je gère si bien mon temps ? C’était un choix. Principalement, parce que mentalement, je ne parvenais plus à continuer ce job alimentaire, j’ai attendu trop longtemps avant de faire ces changements dans ma vie. Je me sentais glisser vers le burn-out (ou le bore-out dans mon cas), j’étais déjà dans mes derniers retranchements. Je voulais investir mon temps dans un projet qui avait du sens pour moi. De plus, la question du temps n’est pas la seule à intervenir : réussir à organiser son temps pour faire plein de choses qui ne nous intéressent pas, ce n’est pas très productif.

Aller plus loin : Minimalisme et travail, quels principes adopter ?

D’une manière beaucoup plus pratique, le minimalisme te permet également de gagner du temps parce que tu dois beaucoup moins ranger et faire le ménage, parce que tu n’en perds plus à faire du shopping, parce que tu trouves directement ce que tu cherches et tes objets sont faciles à manipuler, tout est fonctionnel (tu ne dois pas tester 10 stylos avant de trouver celui qui fonctionne)…

Un esprit clair permet d’éviter l’effet yo-yo (je pense à un truc, puis à un autre, et… attends, je devais faire quoi déjà ?) typique des personnes hyperstimulables, des HP, des slashers, des multipotentiels, des créatifs…

Femme qui réfléchit au travail

L’énergie – Comment on fait pour recharger les batteries ?

Tout est lié : tu passes moins de temps à entretenir, faire l’intendance, faire les magasins, du coup tu dépenses moins d’énergie à des choses non productives. Tu as fait le tri de tout ce qu’il fallait dans ta tête, donc tu gagnes en motivation et en énergie vitale. Ton intérieur est paisible, visuellement agréable, ton cerveau n’est plus sans cesse en train de traiter toutes les informations concernant ces choses et ces trucs et ce bazar qui traînent partout. Tu es plus aligné.e, en accord avec toi, alors tu avances soudain sans t’en rendre compte, alors que tu stagnais depuis des années. Et puis, tu as enfin lancé ce projet qui te trotte dans la tête en permanence mais auquel tu n’osais pas t’abandonner… et franchement, qu’y a-t-il de plus motivant et libérateur ?

Aller plus loin : Des lectures qui font le point sur le rapport entre minimalisme et productivité

L’espace – Quand ton intérieur te dessert

Si ton activité t’amène à travailler de chez toi, tu seras aussi ravi.e de pouvoir le faire dans un environnement qui te correspond et qui est paisible, épuré, motivant, sans distractions. Tu trouveras dans cet article plus de conseils pour rendre son environnement de travail plus stimulant grâce au minimalisme.

Prêt.e à te lancer dans ton projet professionnel ?

Raconte-moi, en commentaire ou en m’envoyant un message privé, quel est ton projet, ce qui te limite, pourquoi… Un œil extérieur peut parfois débloquer la situation !

Tu peux le faire, c’est en toi 🙏🏼


Prêt.e à passer à l’action ? Découvre tout de suite le guide “Moins de choses, plus de MOI !” qui passe en revue 83 catégories d’objets à désencombrer pour aérer son intérieur et son esprit. Disponible immédiatement en ebook et en format papier.

Une méthodologie simple, concrète, qui va droit au but, pour te simplifier la tâche et parvenir à ton objectif rapidement.

Livre moins de choses plus de moi le guide pour désencombrer

Spread the love