14 avril 2017

Les choses pas très slow dont je ne peux pas me passer

En matière de style de vie slow, écolo, minimaliste, zéro déchet... il y a des domaines où la transition se passe toute seule, d'autres qui demandent plus de travail... et certains qu'on n'arrive pas à changer! Pas la peine de se mettre la pression, les gourous parfaits du net et des médias ne sont pas un but à atteindre mais plutôt une inspiration, il faut aussi continuer de profiter de la vie même si parfois cela passe par de "mauvaises" habitudes...

Lâchons du leste, on fournit des efforts, on peut accepter d'avoir des points faibles qui prendront beaucoup de temps à dépasser ou ne seront simplement jamais effacés. Évidemment il ne s'agit pas de dire "j'achète mes fruits en vrac donc je peux jeter mes papiers par terre/faire des trajets inutiles avec ma voiture hyper polluante/etc." mais bien de s'octroyer quelques petits plaisirs coupables de confort...

L'agenda papier

J'avais essayé de passer au numérique quand quelqu'un s'était moqué de mon agenda papier. Ok l'iPhone c'est super pratique, toujours sous la main, on le possède de toute façon, l'info se trouve sur notre cloud, etc. mais j'ai cruellement besoin d'avoir toutes les informations sous les yeux d'un seul regard, j'aime tellement le format papier pour plannifier les choses. Après avoir fabriqué un planning papier zéro déchet avec des feuilles de récup' j'ai finalement décidé que j'avais besoin d'un agenda avec ses grandes pages et son format pratique. A la fin de l'année je récupère toutes les pages inutilisées pour en faire des papiers de brouillon, listes de courses, etc.

Les longues douches

Pas tous les jours mais ça reste mon péché mignon après le sport ou quand j'ai froid, j'aime laisser l'eau couler pour maintenir l'atmosphère chaude, même si ça ne dure quand même pas 30 minutes je sais que c'est du gaspillage d'eau...

Les lingettes pour bébé

Autant j'utilise des carrés en tissu lavables à la place du PQ pour les pipis (chez moi), autant quand cela s'avère nécessaire, j'utilise toujours des lingettes humides, biodégradables écolo etc. mais quand même, ça produit des déchets.

Mon smartphone

Tous les sites slow vantent les bienfaits de la déconnexion mais cette saloperie de smartphone, je ne pourrais plus m'en passer (bien que je ne sois pas le pire des cas, je déconnecte en vacances a contrario de beaucoup de gens qui m'exaspèrent par exemple). J'hésite vraiment quand je devrai en changer à passer au Fairphone mais je n'en suis pas encore là (un compromis est de ne pas changer de smartphone par effet de mode mais bien quand il est HS...) et pour l'instant je trouve Android tellement contre-performant... affaire à suivre, dans quelques années j'espère.
 

Le supermarché

Ca fait partie de mes resolutions depuis l'année 2016, mais le manque de temps me ramène toujours dans les rayons du supermarché. J'essaie d'acheter mes legumes dans des magasins de proximité mais je ne le fais pas toutes les semaines. Aussi je n'ai toujours pas sauté le pas de chercher une boucherie locale et qui accepterait de ne pas vendre dans ses emballages, ça nécessiterait d'y aller en heures creuses et vu mon planning actuel, c'est tout bonnement impossible.

Les plats à emporter

Ca faisait aussi partie des choses que je voulais améliorer, mais difficile de dire stop aux friteries (mon gras vous remercie) ou à un ptit asiatique ou une pizza à domicile, et on n'a pas encore le réflexe boîtes à emporter.



 

3 commentaires:

  1. Je ne peux pas me passer des smartphones et des supermarchés !
    Deltrey
    http://deltreylicious.com

    RépondreSupprimer
  2. Hello. C'est le genre de trucs pour lesquels je me dis que je ne peux pas non plus me faire souffrir au nom de l'environnement. Mes penchants sont: passer trop de temps sur des écrans, les longues douches, avoir une voiture personnelle. Mais ça s'arrête là; Le recyclage des déchets qui n'est au point nulle part, pas ma faute. Et les supermarchés. Je culpabilise pas dessus vu que je ne veux pas me lever le dimanche matin pour aller au marché. Pourtant je considère que je fais réellement "Ce que je peux à mon échelle"(ça me débecte quand les gens disent ça) Ce qui me freine le plus en fait c'est de ressentir une mise à l'écart. Les gens se sentent souvent jugés du fait que l'on fasse plus attention qu'eux, ça reste des démarches pionnières. Une autre façon de penser aussi (ou penser tout court). Tu pourrais régler certains aspects quand tu auras le temps plus tard dans ta vie, et quand tu auras plus confiance aussi. C'est plus d'efforts, et c'est aussi aller à l'encontre du climat social. Donc chacun va à son rythme.

    RépondreSupprimer
  3. Ha les longues douches chaudes, le smartphone et les plats à emporter, ça me connait aussi... Bon heureusement, j'ai des freins extérieurs ou j'arrive à me contrôler : mon chauffe-eau est MI-NU-SCU-LE, mon smartphone est tombé en panne depuis plus de 3 mois et j'ai dû apprendre à vivre avec les vieux frigo (étrangement je m'en sors plutôt bien ! Mais Instagram me manque trop haha), et les plats à emporter je craque le moins souvent possible... Une pizza de temps en temps (carton recyclable, ça va!), et les sushis je me motive pour y aller avec mes boîtes ! Chaque petit geste est important, mais ça ne sert à rien de se faire du mal non plus! :)

    RépondreSupprimer