Les huiles végétales ont de nombreuses propriétés bénéfices pour la peau, les cheveux, ainsi que des bienfaits internes pour certaines. C’est un produit multi-usages qui remplace de nombreux autres dans une routine beauté minimaliste : démaquillant, crème hydratante, après-shampoing, masques nourrissants, contour des yeux, soins spécifiques…
Dès qu’on a trouvé son huile préférée, plus besoin d’acheter une dizaine de produits : on réduit les coûts, on gagne de la place, on simplifie son quotidien. Pas besoin d’investir dans une huile chère, une huile végétale brute fait parfaitement son travail.

Tu trouveras un large choix d’huiles végétales pressées à froid sur le shop Slow Cosmétique, dans les magasins bio et sur les sites des marques spécialisées. Choisis-les bio, pures, pressées à froid.


Dans cet article, je teste 5 huiles végétales différentes. Si avant j’aimais tester à chaque fois de nouvelles huiles, aujourd’hui, dans un souci de simplification, j’achète toujours de l’huile de coco et de l’huile d’avocat (parfois uniquement celle de coco). Elles ont un bon rapport qualité/prix, sont facilement trouvables et me conviennent bien.

Voir aussi : Comment utiliser l’huile dans son hygiène intime au naturel

assortiment d'huiles végétales dans la salle de bain

Les huiles végétales trouvent leur place dans la salle de bain

Huile végétale d’Amande douce

L’huile doudou par excellence, elle peut être utilisée sur les peaux gercées, très sèches. Attention toutefois, elle pourrait se révéler comédogène car elle est très riche, à éviter sur le visage (sauf en application localiséeµ). Sans odeur particulière, pas trop grasse au toucher. Je l’ai utilisée dans le passé surtout pour confectionner des crèmes pour les mains et des sticks pour les lèvres. On peut également la privilégier en hiver où la peau est soumise à rude épreuve.

Huile végétale d’Avocat

Elle est assez grassouillette et colorée, c’est un remède connu pour garder la peau du contour des yeux jeune plus longtemps. Je l’utilise aussi de temps en temps sur le buste. Les peaux matures peuvent en abuser à la place d’un sérum ou comme masque de nuit. Elle convient bien à ma peau sèche et il en faut très peu puisqu’elle est très riche.

Huile végétale de Buruti

C’est une huile qui est censée protéger du soleil et prolonger le bronzage. C’est aussi une huile “bonne mine” qui colore donc la peau instantanément. Sauf que, si pour cet usage, le macerât huileux de carotte est merveilleux, l’huile de buruti par contre est beaucoup trop foncée pour moi ! Donc à moins d’avoir la peau bien basanée, il faudrait la mélanger avec une autre huile, ou en utiliser très peu. Pour le côté protection solaire, je rappelle que les huiles protectrices n’offrent pas une protection égale à celle d’un produit solaire SPF (et que la meilleure protection est l’abstention).

Huile végétale de Chaulmoogra

Keskecèdonc ? Le (la ?) chaulmoogra est une noix qui donne une huile bourrée d’acides gras bons pour les peaux à problèmes (atopiques, desquamées, souffrant d’eczéma ou de psoriasis…). C’est aussi une huile “mange gras” (qu’on peut utiliser sur la peau ou les cheveux pour absorber l’excédent de sébum), on peut donc l’utiliser sur une peau victime d’acné. Elle serait également anti-pelliculaire et favoriserait la repousse des cheveux.
C’est surtout pour ses propriétés pour la peau que je l’ai choisie. C’est une huile qui ne laisse pas un film gras sur la peau, elle est bien absorbée. Par contre elle pue ! Mais elle pue ! Ça sent la bête ! Je ne suis pas difficile en matière d’odeurs mais là, c’est assez rebutant pour que je ne l’achète plus.
Remarque importante : c’est une huile semi-solide*

Huile végétale de Coco

Un classique. L’huile de coco, c’est évidemment l’amie bien connue des cheveux. Une des seules huiles qui serait capable de pénétrer la fibre capillaire, d’où son intérêt pour les masques pour cheveux. C’est aussi une excellente huile émolliente pour la peau, et puis son odeur est addictive, rien que pour ça je ne pourrais plus m’en passer ! Sa texture solide* la rend idéale pour formuler des baumes bien compacts.

* Et non, toutes les huiles ne sont pas liquides ! Plusieurs huiles végétales sont solides à température ambiante. C’est le cas de certaines huiles extraites de noix, du macérât huileux de monoï… Cependant, elles se liquéfient sous l’action de la chaleur. Il suffit donc de les chauffer dans ses mains. Ça le rend plus facile à manipuler d’ailleurs, puisqu’il est plus aisé de prélever la quantité voulue.

Spread the love