Nous sommes tous dans une condition différente, j’en suis bien consciente. Mais s’il y a bien une expression que je déteste entendre, c’est “je n’ai pas les moyens“, surtout venant de quelqu’un qui a une source de revenus. Je pense que nombreux sont les gens qui regardent le “problème” sous le mauvais angle, et s’empêchent de vivre eux-mêmes.
On peut considérer qu’on n’a pas les moyens et ne jamais aller de l’avant, parce que c’est la solution la plus facile, ou on peut se donner les moyens d’économiser la somme nécessaire pour réaliser un projet qui nous tient à cœur (que ce soit s’offrir un sac à main Chanel, partir un mois au Sri Lanka, s’acheter une maison, changer de carrière, ou adopter un chat de race… ou tout simplement pour avoir un petit pécule de secours en cas de besoin).

1. Alimentaire et produits de nécessité : les marques, les produits transformés et les promos

La plupart des gens ne jurent que par les marques, même pour les courses de tous les jours, pour l’alimentaire, l’hygiène… Pourtant, les marques ne sont qu’un moyen d’augmenter le prix. Les marques distributeur sont fabriquées dans les mêmes usines que les produits de marques, par les mêmes firmes.
Évite d’acheter des produits transformés, ce sont eux qui coûtent le plus cher. Plats préparés, barres sucrées, bonbons, gâteaux préemballés… En simplifiant son alimentation, on fait des économies (et on prend soin de sa santé). Sans tout supprimer strictement, tu peux réduire petit à petit, et faire toi-même les plats faciles à préparer.
Ne tombe pas dans le piège des promotions, prix de gros… car ce n’est pas toujours une bonne affaire. Encombrer son garde-manger, c’est faire dormir de l’argent et prendre le risque de gaspiller.
A faire :
  • Simplifie ton alimentation
  • Ne craque pas pour toutes les nouveautés qui sortent
  • Évite d’acheter en lot
  • Fais une liste et n’achète rien d’autre
  • Fais toi-même ce que tu peux

2. La voiture et le carburant qui coûte trop cher

Se plaindre du prix du carburant, ok, mais si on essayait aussi et d’abord de réduire ses trajets ?
Cumule les trajets au maximum au lieu de faire des petits trajets séparés, car la voiture consomme plus au démarrage et pendant les premiers kilomètres. Par exemple, profite de ton trajet vers ou du boulot pour passer faire des courses, aller à la librairie, combine tes sorties au lieu de repasser chez toi pour pas longtemps entre chaque trajet.
Si c’est possible, fais-le à pied ou à vélo, ou en transports en commun.
Profite aussi des possibilités de covoiturage, que ce soit pour de longs trajets de temps en temps, ou pour les trajets réguliers. Ecologie et économie sont souvent bons amis !

3. Manger en route ou à la cantine quand on peut s’en passer, really ?

Avec un peu (mais vraiment, un peu) d’organisation, on se prépare le soir son repas du lendemain pour le boulot ou la pause de midi à l’école, y compris les en-cas de la journée (en plus, comme ça on contrôle les calories !). Pour le prix d’un sandwich, vous mangez du pain et son accompagnement pendant plusieurs jours !
A faire :
  • Préparer son thermos de café ou de thé le matin (sauf si tu as les boissons chaudes gratuites et que tu peux utiliser une vraie tasse =D )
  • Planifier ses repas pour la semaine (et faire une liste pour aller faire les courses)
  • Préparer ce qu’on peut le weekend (il est possible de faire tous ses repas de la semaine le weekend et de congeler/décongeler au fur et à mesure)
  • Apprendre à créer des menus cohérents à base d’une série d’ingrédients limités

Lire : J’ai simplifié mes repas, bien manger sans se prendre la tête et sans y passer trop de temps


Pour te motiver, fais les comptes sur une semaine de ta note de cafés à emporter / boissons et collations aux distributeurs / cantine ou resto ou sandwicherie, puis multiplie par le nombre de semaines sur l’année.

4. Sortir ses dix doigts de ses poches

Faire soi-même, c’est toujours moins cher que d’acheter du “tout fait”. C’est très vrai et très facile à mettre en application quand ça concerne la nourriture (faire son jus de fruit ou sa soupe ne demande pas une grande expertise). C’est vrai aussi pour l’une ou l’autre bricole.
Pense aussi aux échanges de services. Ton voisin cherche peut-être quelqu’un qui pourrait lui recoudre un bouton de temps en temps, ta as peut-être justement un mur à faire peindre… Ton voisin est peut-être canon, et tu es peut-être célibataire (hop, une inscription sur Meetic économisée).
A faire :
  • Se pencher sur les sites d’échanges de servies entre voisins, ou de petits services rémunérés (comme la plateforme List Minute en Belgique).
  • Réfléchir avant de racheter : est-ce que je peux réparer, ou utiliser autre chose ?
  • Faire soi-même tout ce qui est facile et rapide à faire, pour commencer.

5. Des petites économies au quotidien

As-tu vraiment besoin de dépenser 25 € par mois en forfait mobile ? Et si tu mettais 10 € chaque mois dans ton cochon pour le gros projet qui te fait rêver ?
Pourquoi ne pas aller à la séance de ciné du dimanche matin qui est moins chère ? Pourquoi ne pas faire l’impasse sur la bouteille d’alcool quand tu sors en boîte ? Pourquoi acheter une bouteille d’eau à 2 € au distributeur alors que tu la paies 10 fois moins chère au supermarché (sans parler de l’eau du robinet…) ?
Pourquoi ne pas arrêter de fumer aussi tant qu’on y est (pas taper ! mais bon, quand on dit qu’on n’a pas les moyens et qu’on fume, ça me sidère…) ?
Sans arrêter de vivre, prends le temps de te questionner face à chaque dépense. Simplifie ta vie pour être sûr.e de dépenser de l’argent de manière utile (utile = pour satisfaire un besoin réel ou pour se donner du vrai bon temps), fais le tri dans les activités (celles que tu te sens obligé.e de faire par exemple) et dis non quand tu ne veux pas participer à une dépense de groupe où tu ne te retrouves pas. Être aligné.e, c’est le meilleur moyen de bien dépenser son argent.

Lire aussi : Les articles sur le désencombrement du mental


6. Réfléchir à deux fois avant d’acheter

Les achats compulsifs sont évidemment une grosse source de dépenses inutiles. Tu es satisfait.e sur le moment, mais plus tard ton achat ne t’excite plus autant ? Même si ce top ne coûtait que 10 €, c’est une mauvaise habitude à perdre car généralement, on cumule les petites sommes, et à la fin du mois on se demande où est passé l’argent de notre dernier salaire…
Mieux vaut réfléchir avant d’acheter, y revenir le lendemain, plusieurs jours après. Souvent, on se rend compte que ça passe ! Le shopping sur le net est aussi très dangereux.
Identifie les raisons de tes achats inutiles, et travaille dessus.

La méthode complète de A à Z pour poser ses objectifs, analyser la situation, désencombrer et consommer autrement se trouve dans le guide Moins de choses, plus de MOI


7. Mettre de l’argent de côté dès qu’on en reçoit!

Ce conseil, on l’entend souvent, mais combien le suivent ? Dès que tu as une rentrée d’argent (genre… ton salaire, chaque mois), il faut en mettre une partie de côté. Pour ça, il faut tenir un peu les comptes et savoir à l’avance quelles seront les dépenses (prévisibles) du mois, à savoir les courses alimentaires, les factures, le carburant… A ça on ajoute une part pour les imprévus (facture oubliée, pépin), et ça nous donne un montant fixe qu’on doit se forcer à mettre sur son compte épargne directement.
C’est aussi quelque chose qu’on peut faire ensemble en session de coaching si tu n’y arrives pas seul.e !

8. Carte de crédit, non merci

J’ai toujours été anti-crédit, encore plus quand ce n’est pas nécessaire. Acheter une télé ou un rouge à lèvres à crédit, no way ! Ne pas avoir de carte de crédit me permet d’éviter beaucoup d’achats compulsifs. J’ai opté pour une “carte de crédit prépayée” qui me permet de me faire plaisir quand je veux vraiment quelque chose mais qui m’impose un temps de réflexion (le temps de la recharger) !
Aussi ne rien acheter à crédit permet de savoir exactement de combien d’argent on dispose pour démarrer le mois suivant.
A faire :
  • Ne dépense pas tout l’argent que tu gagnes, et ne dépense surtout pas l’argent que tu n’as pas !!!

9. Un inventaire, ça calme ! 

Faire le tour de ce qu’on a régulièrement, l’écrire pour se rendre compte du nombre de choses qu’on accumule, essayer de chiffrer, ranger de temps en temps ses stocks pour se rappeler qu’on a déjà 5 bouteilles de shampoing, c’est une thérapie qui m’aide beaucoup ! Le désencombrement m’a permis de sortir de mes cercles vicieux d’achats compulsifs, d’accumulation, de besoin de consommer pour consommer…

Bonus : adopter le minimalisme

Le minimalisme finalement, c’est un peu la combinaison de toutes ces bonnes habitudes, plus celle très importante d’arrêter d’acheter sans raison. Faire le point sur ce qu’on a déjà, désencombrer tout ce qu’on n’utilise pas, tirer des conclusions, consommer moins et mieux. Prise de conscience, nouvelles habitudes plus saines, et on reprend son pouvoir d’achat en main ! A toi maintenant de décider d’acheter des objets avec ton argent, ou de faire quelque chose de plus productif, comme le faire fructifier, le placer sur un compte épargne, ou te faire une tirelire pour LE projet de ta vie (ou le premier d’une longue série).

Inscris-toi à la newsletter pour débuter la démarche par “4 choses à désencombrer pour commencer”

Tu recevras régulièrement des conseils pour dé-consommer et reprendre possession du trio sacré argent-temps-énergie

Spread the love