Il y a quelques années, je suis passée par une période pas très gaie, une séparation qui m’a transformée en loque déprimée pendant un moment. Je me suis sentie plus seule que jamais. Ma relation avait fini par m’éloigner de pas mal de gens, et j’ai perdu des amis communs lors de la séparation.


( ☆ En savoir plus sur On Va Sortir : OVS expliqué ☆ )


Retrouver le plaisir de sortir

J’ai vécu plusieurs années avec un pantouflard (d’ailleurs, je n’ai jamais été en couple avec quelqu’un qui aime sortir et faire des activités régulièrement🤔). Pourtant, j’ai toujours adoré sortir. Bouger, m’occuper l’esprit, me sentir entourée, ça m’est nécessaire. Pas facile quand on a un cercle d’amis très restreint, ou des centres d’intérêt très spécifiques ou très éparses.

Rencontrer des gens dans la vraie vie… grâce à Internet

C’est lorsque je me suis retrouvée isolée, avec un grand besoin de me changer les idées, que j’ai découvert le site OVS (pour “On va sortir”). Le principe du site, c’est de permettre aux gens de se rencontrer, pas dans le but de trouver un amoureux ou un coup d’un soir, mais bien dans l’unique optique de participer à une sortie ou activité commune en toute amitié, dans sa région. Le site est divisé en sous-sites par grande ville et existe en Belgique, en France… et partout dans le monde sous le nom de Urbeez pour les pays non-francophones.
Les “sorties” varient, il y en a pour tous les goûts, pour tous les âges… de la sortie en discothèque à la soirée jeux de société en passant par les marches Adeps, les visites de musées, les cinés, les restos, les visites de brocantes et marchés, les activités sportives, les apéros, les soirées littéraires… en bref on peut trouver de tout, le site n’est pas limité à une catégorie de personnes.
Le fonctionnement est simple, le site est gratuit, on s’inscrit sur le site de sa ville, on remplit un petit profil, et ensuite on s’inscrit aux sorties que les autres proposent, ou on lance sa propre sortie.
Comme ça, on peut participer à des activités qui n’intéressent pas nos amis ou notre moitié, rencontrer de nouvelles personnes, se joindre à une sortie improvisée un vendredi soir de déprime

Pas facile de rencontrer des gens au quotidien

On rencontre des gens, les contacts se font beaucoup plus facilement, même en étant réservé, car on sait pourquoi on est là, on est tous un peu dans le même cas. En même temps, on n’a pas d’attentes, on sort avec des gens, on passe un bon moment, parfois ça se transforme en amitié, parfois ça s’est juste bien passé et on en reste là.
En quelques mois j’ai rencontré plein de personnes, des personnes géniales que je vois régulièrement, des personnes avec qui le courant est moins bien passé et que je revois pendant d’autres sorties OVS sans chercher à les voir en dehors, des gens à qui je me confie comme si on se connaissait depuis des années, et des gens avec qui je garde plus de distances. Bref, OVS, c’est une société à échelle réduite, il y a comme toujours du très bon et du très mauvais, mais pour l’instant le bilan que j’en tire est hautement positif.

“Y’a jamais rien à faire dans le coin”, “J’ai bientôt 30 ans, la vie va s’arrêter et j’en aurai pas profité”, “Je me demande pourquoi j’ai un agenda vu qu’il est presque vide…”, “Mes amis ne veulent jamais rien faire, ce qui m’intéresse ne les intéresse pas”

Le côté positif d’OVS

Les avantages du site, c’est qu’on se retrouve avec des gens qui ont un intérêt commun, une envie de sortie commune, on n’a pas d’autres attentes, on ose plus être soi-même finalement (dans mon cas en tout cas), on rencontre beaucoup de gens de la région, on fait du networking, on découvre plein d’activités qui se font près de chez nous (avant je disais qu’il n’y a rien à faire dans le coin, maintenant mon agenda est rempli pour les mois à venir) et plein d’endroits qu’on ne connaissait pas…
Il y a quasiment tout le temps quelque chose à faire (et encore, la communauté OVS de ma ville n’est pas la plus grande en nombre).

Ça m’a également donné une pêche d’enfer de voir des gens qui ont plus de 50 ans venir en boîte et s’amuser, c’est bête à dire mais souvent on a l’impression que la vie va s’arrêter dans x années, quand on aura tel âge, mais finalement le tout c’est d’être “en vie” dans sa tête, quel que soit l’âge!

Les points négatifs du site On Va Sortir

Il y a également des choses qui fonctionnent moins bien, parfois on se retrouve devant un groupe “d’anciens ovésiens” qui se connaissent depuis des mois ou même des années et on a plus de mal à s’intégrer, le tout est de tomber sur un bon groupe pour sa première sortie, et sinon, il faut persévérer.

Quand on débarque, on remarque que, comme partout, il y a déjà des affinités qui se sont dessinées mais aussi des rancœurs, un peu comme dans une cour de récré. Mieux vaut passer au-dessus de ça et ne pas se prendre la tête, se laisser de temps de découvrir les gens au gré des sorties et se faire son propre avis, encore une fois on est juste là le temps d’une sortie, rien ne nous oblige de revoir les gens qu’on n’a pas apprécié par la suite.

Il faut aussi s’attendre à rencontrer quelques dragueurs, même si ce n’est pas le but du site (et OVS fait tout pour supprimer les profils orientés “rencontres amoureuses”). Etant donné que beaucoup d’ovésiens sont célibataires, c’est presque inévitable. Heureusement ce ne sont que quelques énergumènes dans le tas.

Et puis un dernier petit point négatif je trouve, c’est que c’est toujours compliqué d’expliquer le concept à ses proches, quand on demande “tu y vas avec qui ?” ou “tiens c’est qui sur cette photo avec toi ?”. En expliquant le concept d’OVS j’ai parfois l’impression de raconter que je fais des voyages sur la lune ou que je tue des chatons.

Donc voilà, depuis quelques mois j’ai organisé et participé à plus de 25 sorties alors que pendant plus de 4 ans je ne suis quasiment pas sortie. J’ai participé à ma première soirée mousse, j’ai fait pas mal de restos, j’ai été boire des verres, j’ai participé à un atelier d’écriture, j’ai été voir un spectacle de danse contemporaine, j’ai été en boîte plusieurs fois, j’ai fait une brocante, passé une après-midi dans des thermes, fait de l’urbex, joué plusieurs fois au bowling, participé à des marches Adeps entourée de 60 personnes d’OVS, je suis partie en vacances (d’une journée de city-trip à une semaine complète), été voir des spectacles d’impro et des films… et c’est pas fini.
J’avais vraiment besoin de quelque chose auquel me raccrocher pour sortir de mon sale état post-rupture, j’ai trouvé des activités, des amis et des copains, un réseau de personnes toujours là pour me changer les idées, il y a quelques jours j’ai tiré un premier constat de ces quelques mois d’activité sur le site : j’ai l’impression de revivre !

J’étais tombée sur cette vidéo qui est super bien faite et qui résume bien les choses :

Vous connaissiez ce genre de sites ? Que pensez-vous du principe ?

Surcharger son agenda pour éviter de penser

Attention toutefois : plusieurs années après ce passage de ma vie, je me rends compte que j’avais l’habitude de remplir mon agenda pour éviter de penser à ma peine et à ma solitude. C’était peut-être un passage obligatoire, mais aujourd’hui je fais bien le tri et je réfléchis avant d’accepter une sortie. Je fais aussi le tri dans mes contacts (j’avais tendance à cumuler à l’époque). Mais je pars du principe qu’il faut essayer et vivre pour savoir ce qu’on veut et qu’on ne veut pas, du coup je ne regrette pas cette passade de ma vie. J’utilise encore le site, mais de manière beaucoup plus mesurée.


Lire aussi : Le désencombrement du mental

Spread the love