A force de faire du tri et de viser le minimalisme, c’est-à-dire la consommation juste et raisonnée, j’ai fini par réduire drastiquement la quantité de produits que j’utilise dans ma routine beauté. Je ne parle pas du maquillage (même si j’ai renoncé à tout jamais à mettre autant de maquillage que les youtubeuses beauté et que d’ailleurs je ne me maquille qu’à l’occasion) mais bien des soins. Alors voici tout ce que je n’ai plus besoin d’acheter, et pourquoi !

Du tonique / lotion visage

“On” (en plus d’être un con) nous a fait croire qu’il fallait absolument passer son temps à se décaper la peau du visage pour qu’elle soit nette, sans impuretés, et propre. Finalement depuis que j’ai arrêté d’utiliser des lotions pour me nettoyer le visage ma peau ne s’en porte pas plus mal, au contraire. Je n’ai quasiment jamais de boutons et ma peau ne graisse pas 🙆
Si j’ai besoin de me nettoyer la peau, j’utilise un coton lavable ou un gant de toilette et de l’eau, et je frotte doucement avant de rincer, ou je me nettoie le visage sous la douche avec mon savon solide classique.

Du nettoyant visage

Je me lave le visage à l’eau claire en massant avec mes petites mains sous la douche, si j’ai besoin de le nettoyer plus en profondeur (après un maquillage chargé, une journée chaude, si j’ai mis de la protection solaire, etc.) j’utilise tout simplement un savon solide (sachant que si vous évitez le contour des yeux soigneusement, un gel douche lambda fera aussi l’affaire !).

Du gommage

Surtout celui avec des billes plastiques qui polluent ! Si j’ai envie de faire un gommage, j’utilise une brosse de massage en bois avec poils végétaux et je me masse sous la douche (à l’eau claire ça marche très bien, sinon avec du savon ou du gel douche). Pour le visage il suffit d’utiliser un gant de toilette et de masser sa peau en faisant de petits ronds. Le gommage au marc de café ou avec du sucre et de l’huile végétale fonctionne aussi très bien quand j’ai envie de retrouver la sensation de “billes exfoliantes”. Mais là, c’est sans plastique, sans déchets, sans pollution !

Du démaquillant

Déjà, en se maquillant moins/moins souvent, on limite les besoins (et généralement plus on se maquille, plus on utilise de démaquillants différents, un pour les yeux, un pour le waterproof, un basique…), mais en plus quand on sait que l’huile végétale fait ça très bien, on gagne énormément de place !
Pour les plus minimalistes, la bouteille d’huile d’olive de la cuisine sera amplement suffisante, sinon il existe plein d’huiles végétales à découvrir, l’huile de coco se trouve maintenant dans tous les supermarchés.
Il suffit de se masser le visage, yeux compris, avec de l’huile, et de rincer avec de l’eau tiède pour se débarrasser de tout son maquillage. Magique !

De l’après-shampoing

Ça fait longtemps que je lui ai dit adieu. Quand mes cheveux tirent la gueule, je mets de l’huile végétale sur les longueurs, ou j’en mets du cuir chevelu aux pointes pour un soin nourrissant complet que je laisse alors poser au moins une heure. Ensuite, je fais mon shampoing normalement. Encore une fois, l’avantage de l’huile, c’est qu’elle s’utilise pour plein de choses et qu’on en a tous chez soi a priori.

De la crème hydratante

En laissant sa peau respirer et en n’y touchant pas pendant un moment, on se rend compte qu’elle se débrouille toute seule. Alors fini le crèmage quotidien, que ce soit le visage ou le corps, je ne me sers plus que d’huile (encore) et seulement quand j’en ressens le besoin (la base de la cosmétique slow et consciente), c’est à dire quand le temps est froid, venteux… On sent quand la peau tiraille ou est asséchée.
Quelques gouttes d’huile pour la journée, un peu plus si je l’applique au soir pour permettre à ma peau d’absorber tout ce dont elle a besoin.

Des masques

Qui a collectionné des masques en tout genre pendant des années ? Coupable.
Quand on achète des masques prêts à l’emploi, on se sent obligé de les utiliser car les pots sont là, ils sont ouverts, prennent de la place… On s’impose des règles du genre “il faut que je fasse un masque hydratant une fois par semaine” (les magazines nous le répètent assez souvent également).
Les masques sont censés traiter des besoins particuliers de la peau et des cheveux, donc on se contente d’en faire quand on a un besoin justement.
Quand je passe par une période où ma peau présente des impuretés (c’est devenu rare), je fais simplement un masque à l’argile (qui se conserve ad vitam eternam et peut servir à plusieurs choses). Si ma peau est fragilisée je fais poser de l’huile, que je peux agrémenter de miel (réparateur). Il existe plein de “recettes” faciles de masques à faire soi-même avec ce qu’on a sous la main.

Du nettoyant spécial intimité

Un produit totalement inventé pour créer un nouveau besoin, surtout que si vous déchiffrez la compo, vous n’en utiliserez plus ! Ces produits pour l’hygiène intime sont apparus quand j’étais adolescente. Du jour au lendemain, ils sont devenus un “must have” de toutes les salles de bain féminine, alors que jusque-là, on n’en avait pas besoin.
Les muqueuses n’ont besoin que d’un nettoyage à l’eau, et pour le reste il suffit d’utiliser le même savon (saponifié à froid) ou gel douche (doux et bio) que pour le reste du corps.

Spread the love