Comment commencer à désencombrer ? Par quel bout entamer cette démarche ? Quelle pièce, quels objets trier en premier lieu ? A toi, qui veux débuter ton désencombrement mais qui n’arrive pas à te lancer, je te proposer de commencer avec 5 catégories d’objets simples à trier. Prépare tes cartons, on s’y met !

Le but de cet article, c’est non seulement de réussir à te lancer, mais surtout de découvrir les grands principes du désencombrement à travers ces objets ou endroits qui sont encombrés chez la plupart des personnes.

salon minimaliste bien rangé

Je te mets au défi de te lancer dès maintenant, grâce à cette liste ! Tu es la seule personne capable d’enclencher le changement dans ta vie, alors retrousse tes manches et débute sans plus attendre :


Lire aussi : Les 3 grandes conséquences du minimalisme


Les objets à réparer

Ils se cachent à différents endroits, ils peuvent prendre différentes formes. Il y en a dans la garde-robe, dans une boîte ou un sachet planqué dans le fond d’une étagère, dans le débarras, dans la remise, dans le garage…

Chez moi, ça se manifestait surtout dans la garde-robe : connaissant trop bien le sort réservé aux vêtements usagés que l’on dépose dans les containers de recyclage, je voulais éviter à tout prix de jeter. J’avais donc un sac en plastique sur l’étagère au-dessus de ma penderie, avec un tas de choses à réparer ou à customiser. Et bien oui, j’allais apprendre à coudre, un jour. Cela faisait des années que je le disais.
Mais plus d’un an plus tard, comme tu t’en doutes, le sac était toujours là. Pire, il avait grossi. Je n’avais toujours pas pris de cours de couture entre temps. Ce qui m’amènera d’ailleurs au point suivant…

Retiens cette règle : Quand un objet nécessite une réparation, une optimisation, une modification… soit tu fais ce qu’il faut tout de suite, soit tu t’en débarrasses. Parce que si tu ne le répares pas tout de suite, ça veut simplement dire que tu n’en as pas besoin ! L’un des principes du désencombrement, c’est de s’interroger sur nos besoins aujourd’hui, pas hier, pas éventuellement dans le futur.

Autre bonne habitude à prendre : Si tu peux le faire en moins de 10 minutes, fais-le tout de suite. Cela te permet de ne pas laisser traîner des objets “en attente” mais aussi de diminuer ta charge mentale ! J’expliquais dans ce post Instagram comment j’ai gagné plus de 100 € juste en traitant un papier tout de suite au lieu d’attendre plusieurs mois, alors que j’aurais pu le mettre dans une farde “à faire” et le laisser traîner-là jusqu’à la date limite.

passions créatives : dessin, peinture

Les choses qu’on garde pour “quand on aura le temps”

Le temps, on l’a toujours. Nous sommes responsables de notre manière de l’utiliser. Cela peut paraître simpliste comme idée, mais si tu fais un petit bout de chemin avec moi (rejoins le groupe Facebook ou la newsletter) tu comprendras petit à petit que c’est vrai !

Je suis du genre hyperactive, toujours le cerveau en ébullition, j’ai mille idées par mois. Du coup, j’étais aussi le genre de personne à cumuler des objets au gré de mes lubies. A chaque fois que j’envisageais de me lancer dans une nouvelle activité, je me procurais tout le nécessaire. Bien sûr, puisque je voulais faire trop de choses, je ne faisais finalement rien.

Aujourd’hui, je prends garde de ne plus commencer trop d’activités simultanément pour éviter ce problème. Nous ne pouvons pas faire tout ce qui semble nous plaire, nous devons choisir ce que nous voulons dans notre vie, maintenant.

Revenons-en à tous ces objets que tu gardes pour les utiliser “quand tu auras le temps” : ton matériel de sport, de dessin (ou toute autre activité artistique), tes livres pour apprendre l’allemand… Si tu n’as jamais “trouvé le temps” de les utiliser, tu ne le trouveras jamais. Le temps n’est pas quelque chose que l’on acquière du jour au lendemain par magie, le temps se prend ! (Tout comme “le bon moment” n’existe pas, c’est toi qui choisis le moment où tu prends action pour atteindre tes objectifs.)

Si tu n’as jamais pris le temps de t’adonner à ces activités, c’est probablement qu’elles ne t’intéressent pas assez. Fais le tri ! Choisis-en une ou deux maximum qui te tiennent à cœur et prends le temps de te faire du bien (en traînant moins sur les réseaux sociaux ou devant la télé par exemple).

Pour pouvoir désencombrer, il faut accepter de ne pas pouvoir tout faire, et de ne pas pouvoir posséder tout ce qui nous plaît.

salon rangé avec un vide poche sur la table

Le “vide-poche”

Nous avons tous ce genre d’endroit honteux chez nous. Il prend la forme d’un tiroir, d’une boîte, d’un cendrier décoratif posé sur une table dans l’entrée. C’est cet endroit où finissent toutes les petites choses qu’on ne sait pas où ranger.

Petit indice pour faciliter ton désencombrement : si tu n’as pas d’endroit pour ranger un objet précis, c’est probablement qu’il n’a rien à faire chez toi…

Ton “vide-poche” est un cas d’étude très intéressant. En analysant tout ce qui s’y trouve et en te demandant comment c’est arrivé là, tu vas pouvoir te rendre compte des raisons qui te font rentrer ou garder certains objets chez toi. Parce que honnêtement, t’es-tu déjà servi.e de trucs qui se sont retrouvés là-dedans ? Probablement pas, car je parie que tu ne saurais même pas dire ce qui s’y trouve si tu n’y jettes pas un œil !

Dis-moi ce que tu mets dans ton vide-poche, je te dirai qui tu es !

  • Un élastique, un clou non identifié… – Des choses dépareillées que tu n’as pas rangées avec leurs semblables : Tu as des difficultés à garder ta maison rangée ? Tu as trop de choses, du coup, ranger est toujours pénible (il faut enlever un objet pour accéder à l’endroit de rangement d’un autre par exemple), tu manques d’énergie dès que tu arrives chez toi ? L’encombrement n’y est certainement pas étranger… tu as besoin de faire place nette.
  • Des menus à emporter ou à commander, une carte de visite prise sur le comptoir de ton garagiste… – Quasiment tous les restaurants ont un menu (à jour) affiché sur leur site web ou page Facebook, et les informations de contact de ton garagiste sont également sur Internet. Sinon, il te suffirait de noter les infos utiles dans un carnet, ton agenda, ou de les enregistrer dans ton téléphone. Tu as tendance à tout garder sans te poser de questions non ? Pire ! Tu aimes l’idée garder des trucs, de t’entourer d’objets, ça te permet de te sentir en sécurité ?
  • Des cartes de visite pro, des morceaux de papier pour te rappeler de faire telle ou telle chose… – La procrastination est l’ennemie d’une vie organisée et simplifiée. Faire ce que tu as à faire te prendrait quelques minutes. Au lieu de ça, tu laisses traîner les choses, jusqu’à ce qu’il soit trop tard, ou que tu sois obligé.e de bâcler la tâche. As-tu peur d’entreprendre des choses, as-tu l’habitude d’éviter de te donner la chance d’avancer ?
  • Des stylos et des porte-clés publicitairesRE-FU-SER, la règle clé pour être éco-minimaliste. Refuser ce dont on n’a pas besoin, même quand c’est gratuit. Si tu collectionnes les stylos publicitaires, les badges, les sacs en tissu et les fardes en carton à l’effigie de ta banque ou de ton assureur, il va falloir apprendre ce nouveau réflexe. Ne t’inquiète pas, tu ne risques pas d’en manquer.
  • Des polaroids, des bracelets de festivals, des tickets de cinéma… – Tu gardes car tu t’accroches aux souvenirs. Ces objets n’occupent aucune place dans ta vie, mais dès que tu les vois, tu as mal au cœur, tu n’arrives pas à les jeter. Alors tu les remets au même endroit jusqu’à la prochaine fois… Pourquoi ne pas plutôt se pencher sur les bons moments à vivre maintenant au lieu de s’accrocher aux bons moments passés ? Se remémorer un souvenir ne procure jamais autant de joie que de vivre quelque chose là, maintenant. Si tu as besoin d’un objet pour t’en rappeler, c’est certainement qu’il est temps de laisser ce souvenir là où il est et d’aller de l’avant.
  • Et toi, on trouve quoi dans ton vide-poche ? Cap’ de m’envoyer une photo ou de me raconter ? 
pile de vêtements pliés et rangés

Les vêtements trop petits

La question des vêtements trop petits est délicate. C’est un problème de société (Je pourrais en parler des heures, mais ce n’est pas le sujet aujourd’hui. Si ça t’intéresse j’ai écrit un article sur le sujet de l’apparence et la pression qui repose sur les femmes).

Si j’ai une opinion bien tranchée sur le sort à réserver aux vêtements trop petits, c’est que je suis déjà passée par là. Pendant mes dernières années de salariat, j’ai pris du poids encore, et encore, et encore. Je voulais maigrir, je n’ai fait que grossir ! J’avais l’impression d’avoir totalement perdu le contrôle de moi-même, de la situation… de ma vie !

J’ai grossi de manière progressive, j’ai donc longtemps continué à porter les mêmes vêtements. C’est vrai, je les aimais bien ces vêtements. Mais petit à petit, mes jupes devenaient trop courtes, les boutons à la poitrine avaient de plus en plus de mal à résister, mes vestes avaient peine à se fermer…

Je voulais perdre du poids, je ne voulais pas grossir ni même rester comme ça, ce n’était pas le poids que j’avais choisi, alors pourquoi j’aurais changé de garde-robe ?


Plusieurs problèmes dans ce raisonnement courant :

  • A force d’enfiler, ou même de voir mes vêtements trop petits, je culpabilisais encore plus d’avoir grossi. Or, la culpabilité est un des ingrédients phares de la prise de poids !
  • J’ai envie de maigrir, mais rien ne dit que j’y arriverais. Garder un vêtement trop petit pour la motivation ? Heu, non, ça n’a jamais fonctionné. Et si je n’arrive pas à atteindre mon ancien poids (et finalement, ce n’est pas grave), pourquoi me punir en ne m’accordant pas une garde-robe qui me correspond ?
  • Quand j’aurai atteint le poids que je veux (ou que je peux), du temps aura passé. Je ne sais pas quand ce sera, et encore moins de quoi j’aurai envie ou quelle sera ma situation. Pourquoi ne pas me récompenser de ma réussite à ce moment-là, en constituant une garde-robe qui me plaît et me correspond, à ce moment-là ?

Alors oui, mon conseil, c’est de ne pas s’encombrer des vêtements qui ne nous vont plus. Il existe plein de canaux pour s’habiller à prix raisonnable (vive le marché de seconde main et ses trésors), alors s’il s’avère qu’on doit changer de garde-robe dans le futur, ce n’est pas grave non plus.

Si tu veux désencombrer ton dressing et que tu as du mal à y parvenir, je t’invite à t’inscrire à la newsletter pour recevoir le guide “7 pièces dont tu dois débarrasser ta garde-robe tout de suite !“.

Le tiroir de la cuisine

Quelle que soit la taille du plan de travail et l’espace dont tu disposes, ta cuisine n’est jamais assez grande, assez fonctionnelle, assez bien fichue. Pourtant, cette pièce n’a pas à être encombrée et tu peux t’y sentir bien, sans pousser les murs.

Quelques petites choses à désencombrer :

  • Le tiroir où se trouvent toutes les cuillères à service, les pelles, les louches… Surtout si tu en as des dizaines. Contente-toi des ustensiles que tu préfères, qui sont fonctionnels, en bon état, dont tu te sers. Estime le nombre dont tu as besoin pour tenir entre deux vaisselles à ton rythme habituel. Ah oui, en fait, il ne faut pas grand chose pour faire la cuisine…
  • Idem pour les casseroles.
  • Les électroménagers dont on peut se passer. Certains appareils peuvent en remplacer d’autres, certains sont des gadgets, certains ne sortent qu’une fois par an… Pense à tout ce que tu peux facilement emprunter en cas de besoin. Chez moi, j’ai un micro-ondes, un appareil à raclette (qu’on utilise beaucoup en hiver !), un mixeur-plongeur, une friteuse airfry. Oui, c’est tout. On s’en sort très bien, merci.
  • Tous les gadgets dont tu n’avais pas besoin et que tu as achetés sur un coup de tête, après qu’une publicité a créé cette envie ou ce besoin en toi, parce que tu pensais que ça allait tout faciliter… et que tu n’utilises finalement jamais : dehors !
  • Tout ce qui traîne sur ton plan de travail devrait pouvoir être rangé à l’intérieur : c’est plus facile à entretenir, tu gagnes de la place pour préparer à manger, ça ne prend pas la poussière, et visuellement c’est plus reposant. Tu sais ce qu’il te reste à faire : désencombre ce qui ne sort jamais des tiroirs et armoires pour pouvoir y ranger ce qui traîne à l’extérieur et qui t’es utile.

Les règles de base pour désencombrer

On récapitule donc ce que nous avons appris ici pour se lancer dans le désencombrement :

  • trier et désencombrer sur base de nos besoins actuels et réels,
  • accepter qu’on ne peut pas tout faire ni accumuler tout ce qui nous plaît,
  • supprimer les endroits “vide-poche”,
  • éliminer les objets qui n’ont pas de place attribuée,
  • ne pas garder de doublons, privilégier les objets multi-usages,
  • ne garder que des objets fonctionnels et qu’on aime utiliser,
  • désencombrer de manière à pouvoir tout ranger à l’intérieur des meubles.

Cet article t’a donné envie d’aller plus loin ? Dans mon guide pratique Moins de choses, plus de MOI !, je décortique chaque catégorie d’objet pour te guider dans ton désencombrement à travers des questions concrètes.

Une méthode pratique pour te guider pas à pas grâce à des questions concrètes. Tu gagnes du temps, tu te prends moins la tête, pas de blabla inutile : on va droit au but pour créer le minimalisme qui te convient !

Se le procurer :

  • La méthode la plus facile et rapide : Sur Amazon – Papier (10,54 €) / eBook (4,99 €)
  • Auprès de moi au format eBook (pdf) avec des fiches bonus (envoie-moi un message pour le commander) – 5 €
  • Lors de mes événements en présentiel (Belgique/Nord de la France) – Papier (7,50 €) / eBook (5 €)

Spread the love