S’il y a bien quelque chose que j’ai appris de mes différents désencombrements, c’est qu’il y a une catégorie d’objets dont on finit toujours par se débarrasser, et dont on ne s’est certainement jamais servi : les au-cas-où. 
 
 

Tu sais, ces choses que tu achètes parce que :

1) C’est en super promo
2) Ça ne fait pas de tort de stocker un peu, on ne sait jamais ce qui peut arriver
3) Tu viens d’en découvrir l’existence et ça a créé un besoin instantané en toi : ça va changer ta vie !
4) Tu en as eu besoin une fois dans le passé, et on ne sait jamais le cas pourrait se représenter
5) Tu pourrais en avoir besoin un jour

Tu te reconnais dans ces phrases ? Moi, avant, c’était comme ça que je réfléchissais. J’étais persuadée d’être la reine des bons plans, de faire de super économies en stockant des produits en promotion, et de pouvoir parer à toutes les éventualités grâce aux gadgets que j’accumulais.
 
Après des années, je me suis rendu compte que ces super opportunités sont en fait des objets qui n’ont jamais servi pour la plupart. Du coup, même s’il y avait des promos, même si c’était “pas cher”, des objets inutilisés, c’est de l’argent gaspillé.
 
 
 

Pourquoi on ne les utilise pas alors?

Parce qu’on n’utilise que ce dont on a besoin

Les besoins qui sont créés par la publicités, les vidéo des youtubeuses, les super promotions… ne sont pas des besoins qu’on ressent réellement, mais seulement une envie.



Dans ma méthode de désencombrement, je donne également des astuces pour consommer en conscience et n’acheter que ce qui nous est utile !


 

Parce qu’on change

On achète des choses parce qu’on pourrait en avoir besoin, pour plus tard, pour faire du stock à un super prix. Finalement, nos goûts, notre vie, nos centres d’intérêt… changent. Qu’il s’agisse de nourriture, de maquillage, de vêtements, tout ce qui nous plaît aujourd’hui est susceptible de ne plus du tout nous intéresser du jour au lendemain, même si ça fait 10 ans qu’on consomme la même chose.
 

Parce que les objets s’altèrent

Certains objets sont périssables, d’autres s’abîment d’eux même, d’autre prennent la poussière… autant de choses qui font que ces objets pourraient ne plus être utilisables dans quelques temps. Un meuble qui s’effondre, une inondation ou un incendie, un cambriolage, une mauvaise manipulation… et ces possessions disparaîtront aussitôt.
 

Parce qu’on consomme trop

On possède tellement de choses qu’on est incapable de tout utiliser, parfois on y touche un peu mais on finit toujours par le mettre de côté. Parce qu’on a trop de tout.
A force d’avoir trop de choses, on oublie nos objets, ils sont cachés derrière les dernières acquisitions qui sont rentrées chez nous. D’ailleurs, si on n’y pense pas sans les voir, c’est simplement qu’on n’en a pas besoin !
C’est pourquoi il est important d’acheter uniquement quand un besoin se présente réellement.
 

Parce qu’au cas où n’est pas un projet

Acheter quelque chose, parce que le prix est intéressant, ou que c’est difficile à trouver, et qu’on a peur de ne plus en retrouver plus tard, est la pire idée.
On stocke des choses “au cas où” : au cas où un jour je deviendrais basketteur, au cas où un jour je ferais une taille XS, au cas où un jour j’aurais des amis qui aiment le Monopoly, pour le jour où j’aurai le temps de me remettre au dessin… on peut imaginer tout et n’importe quoi.
En investissant uniquement dans les projets concrets en cours de réalisation plutôt que d’acheter plein de choses par chères au cas où, on fait une meilleure affaire au final !
 
 

Je passe au confessionnal

 
Voici des exemples concrets qui me concernent et m’ont permis de prendre conscience de tout cela lorsque j’ai désencombré ma vie :
  • J’ai acheté d’avance des bocaux de légumineuses pour devenir végétarienne et manger sain, mais je ne les digère pas, j’ai dû me faire violence pour les manger et supporter les conséquences.
  • J’ai acheté des palettes de maquillage et tout l’attirail parce que je suis passée par une période accro au maquillage et aux youtubeuses beauté, puis j’ai décidé de passer au bio et quasiment tout ce que je possédais ne me convenait plus.
  • Puis j’ai refait la même chose avec le maquillage bio, parce que on n’en trouvait pas facilement quand j’ai fait la transition. Aujourd’hui il existe plein de marques, et moi j’ai plein de produits que je vais mettre des décennies à utiliser.
  • J’ai acheté une coiffeuse super chère pour me faire un coin maquillage de youtubeuse quand j’aurais ma maison… et je ne me maquille plus que 3-4 fois par an.
  • J’ai acheté plein de henné pour rentabiliser les frais de port, mais je ne me colore plus les cheveux.
  • J’ai acheté plein d’ingrédients pour faire mes cosmétiques, puis je suis passée à une routine beauté minimaliste et les produits complexes ne m’intéressent plus.
  • J’avais du stock d’avance de tampons de tous les genres, et je suis passée à la coupe menstruelle.
  • J’ai déjà acheté des vêtements plus petits parce qu’ils étaient en promo et que j’allais bien finir par perdre du poids (on l’a toutes fait !).
  • J’ai acheté des gants de boxe à une brocante parce que j’avais envie de m’y mettre (je n’en ai jamais fait).
  • J’ai acheté un carnet de dessin, des crayons, tout le matériel… pour m’y remettre quand j’aurai le temps. J’ai dessiné deux fois maxi depuis.
  • Une année, j’avais demandé pour Noël un tablette graphique pour faire des dessins informatisés. Je l’ai utilisée deux fois, parce qu’il fallait que je prenne des cours ou que je cherche des tutoriels. En fait, j’avais envie de pouvoir dessiner, comme j’ai envie de plein d’autres choses, mais je ne me donne jamais le temps de le faire : cela veut dire que j’ai d’autres priorités dans ma vie.
  • J’ai acheté un appareil photo hybride parce que j’étais persuadée qu’il fallait un compacte dans sa panoplie d’apprenti-photographe, idem avec une caméra handycam. Tous deux n’ont servi que quelques fois puisqu’ils font double emploi.
  • J’ai collectionné les vernis parce que c’était la mode à un moment (et avant ça, parce que j’étais une acheteuse-collectionneuse), jusqu’au jour où je me suis avoué que je détestais mettre du vernis et que je n’avais pas à m’infliger ça. Dès lors, un flacon de vernis me suffit pour une vie. Je vous laisse deviner ce qu’il est advenu de mon stock de dissolvants…
  • Je vous passe la liste des achats pas chers sur Groupon, Showroomprivé… parce que “waaah c’est cool ça, ça pourrait me servir à l’occasion !”.
  • J’ai dû jeter plein de trucs quand j’ai eu des problèmes d’humidité dans mon ancienne maison et que certaines choses (boîtes de maquillage, chaussures, vêtements, papiers…) moisissaient. Ça n’arrive pas qu’aux autres.
  • J’ai dû jeter des médicaments car on m’a découvert un souci au cœur et que certains composants étaient vivement déconseillés en cas de problèmes de cœur. Idem pour les médicaments qui périment, qu’on achète en double… Et si j’en avais autant, c’est parce que quand j’allais en virée shopping à Londres, j’achetais plein de médocs pour les stocker parce qu’ils étaient moins chers et plus efficaces 👍 .
  • Idem pour mon stock de café.
  • J’ai acheté des cosmétiques en plusieurs exemplaires parce que j’aimais trop bien, sauf qu’entre temps ils avaient changé de formule et que du coup j’aimais plus du tout. On peut aussi faire une réaction à un produit après un moment !
  • J’ai acheté plein de présentoirs à bijoux, et j’ai fini par me rendre compte que j’avais beaucoup de trop de bijoux pour le peu de fois où j’en porte, du coup je me suis débarrassée de la plupart d’eux, du coup j’ai plus besoin de présentoirs à bijoux…
 
Et ça c’est juste ce qui me vient à l’esprit sans réfléchir… Si tu as envie tu peux te prêter à l’exercice et te confesser en commentaires 😃
 
 
En bref, si vous stockez, vous allez y perdre de l’argent et vous encombrer. 

 

Tu en veux plus ? 👇👇👇


Tu n’arrives pas à désencombrer facilement ? Découvre le guide pratique pièce par pièce, objet par objet, pour faire le tri efficacement grâce à des questions concrètes.

 

Spread the love