Il y a quelques temps, Marie m’a proposé de découvrir sa Tiny House basée en Belgique, pas très loin de chez moi. C’est un sujet qui m’intéresse beaucoup puisque j’envisage dans plusieurs années d’investir un habitat dit léger, ces habitations de petite taille, souvent mobiles. J’ai pensé que le sujet vous intéresserait également, j’ai donc demandé l’accord à Marie, et je vous ai préparé un article pour vous faire part de mon ressenti, après quelques heures dans cette Tiny House, mais aussi pour partager l’expérience de Marie en la matière.

Tiny House, clichés et idées reçues

J’ai tout d’abord été étonnée par la taille de l’habitation, que j’imaginais beaucoup plus petite. Cette impression d’espace malgré la petite taille se ressent autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du bâtiment mobile.

A l’intérieur, on bouge facilement, c’est cosy, on est bien installé. Evidemment, il est inconcevable de vivre confortablement dans un habitat léger si on n’a pas désencombré ce qui n’est pas nécessaire dans notre vie. Cependant, il n’est pas nécessaire de vivre avec seulement 10 objets, d’abandonner ses passions ou de tout laisser derrière soi. J’espère que les quelques photos que j’ai prises, ainsi que le reportage vidéo tourné par la télévision locale, vous permettra de constater que cette Tiny House est une habitation qui vit et où les occupants ne manquent de rien.

Pourquoi opter pour un habitat léger : avantages immédiats et à long terme

Liberté psychologique et géographique, plus de temps et moins de dépenses. Marie a décidé de revendre son ancien logement premièrement pour se libérer de la charge financière qu’il représentait. Troquer son prêt hypothécaire conséquent contre un prêt beaucoup plus faible était une première motivation. Cela lui a permis de se libérer d’un gros poids et de tout un tas de contraintes.

Grâce à ce choix, elle a pu envisager un changement de carrière, travailler moins pour se lancer dans une activité qui lui plairait plus, mais aussi et surtout avoir plus de temps pour elle, pour faire ce qui compte pour elle et ce dont elle a envie. Vivre aujourd’hui et maintenant !


Lire aussi : Acheter moins, travailler mieux, vivre autrement


C’est également un choix motivé par l’écologie et la déconsommation. Marie et son compagnon souhaitent devenir de plus en plus autonomes et limiter leur impact. Ils produisent déjà leur électricité grâce à des panneaux solaires, ils cuisinent au gaz et se chauffent grâce au soleil quand c’est possible. Ils comptent installer un système de filtrage de l’eau de pluie pour pouvoir se passer d’un raccordement à l’eau de ville, ainsi qu’un système de phytoépuration pour pouvoir déverser les eaux usagées. La Tiny House est équipée de toilettes sèches. Enfin, lorsqu’ils posséderont leur propre terrain, ils cultiveront bien sûr leurs propres légumes pour devenir encore plus indépendants.


Lire aussi : Deux ingénieurs français créent une Tiny House 100% autonome et low tech


Les habitats légers permettent de se déplacer facilement avec toute sa maison. La Tiny House peut être tractée telle quelle, le mobile-home ou van aménagé est totalement mobile, la yourte demande juste un démontage pour le transport mais peut se remonter facilement à différents endroits (même si ce type d’habitat léger est relativement volumineux et demande parfois un transport en camion). Une bonne alternative pour les nomades qui souhaitent changer de lieu d’habitation facilement sans les contraintes liées à la location et à la recherche de logement.

Marie a également choisi un cadre vert, proche de la nature, pour installer sa petite maison. Elle a quitté son appartement urbain proche d’exploitations industrielles pour un terrain vert, au calme.

reportage sur la tiny house belge de Marie
Regarder le reportage vidéo sur la Tiny House de Marie (cliquer sur la photo)

Vivre à plusieurs dans un petit logement

Marie vit avec son compagnon. Ils ont imaginé leur Tiny House ensemble, afin qu’elle soit fonctionnelle et leur offre l’espace nécessaire pour leurs activités quotidiennes et pour répondre à leurs besoins.

L’idée derrière ce mode de vie, ce n’est pas de passer tout son temps libre à l’intérieur. Le mode de vie minimaliste invite à retrouver le plaisir des activités extérieures. Pour autant, on doit se sentir bien dans son logement, et pouvoir continuer les activités intérieures qui nous tiennent à cœur, sans se marcher les uns sur les autres.

intérieur d'une tiny house habitée par un couple
La Tiny House de Marie et son compagnon : la mezzanine fait office de chambre, avec un futon et un écran télé, la salle de bain dans le fond avec le dressing et les toilettes sèches, le coin bureau de son compagnon, l’escalier-étagère, la belle cuisine, la table à manger, le bureau de Marie, l’étagère à provisions.

Pour Marie et son compagnon, la vie en Tiny House n’a jamais été un problème. Ni l’un, ni l’autre, ne ressentent l’obligation de passer plus de temps à l’extérieur de l’habitation, ils se sentent bien dans leur cocon. Autre conséquence positive, la proximité ne laisse pas d’autre choix que de discuter ouvertement et de déballer ses problèmes tout de suite. Cela a finalement renforcé la relation du couple : les problèmes sont résolus rapidement, pas question de faire la tête pendant des heures ou pire, des jours. Le couple a l’impression de communiquer beaucoup plus depuis leur installation dans la Tiny House.

Marie et son compagnon sont adeptes de la Communication Non-Violente (CNV) popularisée grâce au livre référence “Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs), qui fait partie de leur bibliothèque

Tout a également été prévu pour qu’ils puissent s’isoler dans leur petite bulle, même s’ils sont juste à deux ou trois mètres l’un de l’autre. Le coin bureau-synthé de son compagnon et la chambre-mezzanine sont deux exemples.


Lire aussi : Une famille de quatre (et demi) teste la vie en Tiny House

Voir aussi : La chaîne Youtube de Josée-Anne qui occupe des habitats légers depuis quelques années maintenant :


Tiny House et photos de magazine : est-ce toujours parfaitement en ordre ?

Marie avoue de but-en-blanc que sa petite maison est rapidement en désordre… mais également vite rangée ! Quand chaque chose a une place déterminée, qu’on possède moins d’objets, et que l’ordre est nécessaire, ranger devient beaucoup plus facile et presque intuitif. Le compagnon de Marie ne cache pas qu’il s’agit d’un véritable reconditionnement pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude d’être ordonné.

Là où une grande maison ou un grand appartement permettent facilement de laisser le désordre s’accumuler et s’étendre, la Tiny House impose de nouvelles habitudes… pour un mieux !

Tiny house d'un couple, cuisine, salon, mezzanine et bibliothèque
De l’autre côté, une bibliothèque bien garnie, une banquette qui pourrait accueillir un invité, et une mezzanine qui sera transformée en lit pour les futurs enfants ! Une Tiny House reste modulable et customisable pour répondre aux besoins de ses habitants, Marie et son compagnon ont encore de nombreux projets en tête pour l’aménagement futur de leur nid douillet.

Le conseil en plus pour concevoir sa Tiny House parfaite

Le conseil que Marie donne pour tous ceux qui envisagent de se lancer et qui ont peur de se planter dans la conception de leur habitat léger : observez votre quotidien, les activités que vous aimez, les pièces où vous passez le plus de temps, cela devra se refléter dans votre future habitation.

Plutôt un grand lecteur ? Prévois un coin lecture et bibliothèque. Tu veux cuisiner beaucoup toi-même ? Concentre-toi sur la cuisine. Au contraire, tu es toujours en déplacement ? Tu peux peut-être réduire l’espace-salon. L’aménagement de ta Tiny House devrait être représentatif de tes besoins, envies et habitudes.

Merci Marie pour ton accueil. N’hésitez pas à poser vos questions sur le sujet dans les commentaires !


Spread the love