Retrouver de l’espace chez soi, c’est simple : il suffit de garder ce qu’on utilise, ce qui nous est utile maintenant, et de se débarrasser du reste. Mais simple ne veut pas dire facile ! Lorsque les sentiments et les souvenirs entrent en jeu, le désencombrement devient beaucoup plus compliqué pour la plupart des gens.

On observe plusieurs blocages communs qui nous empêchent de considérer les objets sentimentaux de manière objective, et donc de s’en détacher lorsqu’ils ne nous servent plus.

Je pourrais en avoir besoin un jour… ou mes enfants !

La question n’est pas “est-ce potentiellement utile” mais bien “est-ce que cela m’est utile, à moi, aujourd’hui“. C’est l’une des bases pour réussir à désencombrer. Cependant, j’ai rencontré des personnes, lors de mes sessions individuelles et de mes ateliers, qui se dédouanaient de cette question en gardant des objets pour leur descendance. “Je n’en ai pas besoin, mais je le garde pour mes enfants” : vaisselle, livres, linge, tout pourrait potentiellement servir à votre descendance.

Je me souviens de cette dame venue assister à un atelier avec sa fille. Elle n’arrivait pas à désencombrer les vêtements de bébés de ses enfants. Son excuse ? Ça pourra servir pour mes petits enfants. Sa fille, qui avait la vingtaine, lui a rétorqué que ces vêtements pour enfants étaient trop moches pour qu’elle les utilise un jour.

La règle, c’est de demander à vos enfants directement s’ils veulent que vous gardiez ces objets ! S’ils n’en veulent pas, plus d’excuses, faites-en profiter quelqu’un qui saura les apprécier ! Ne vous inquiétez pas pour vos enfants, ils construiront leur propre vie avec leurs objets, ceux qui leur plairont (ainsi qu’/aux personnes qui partageront leur vie).

Ne forcez pas vos enfants à adopter vos objets juste parce que vous n’arrivez pas à vous en débarrasser ! En faisant de la rétention d’objets, vous ne faites que confier cette tâche à votre descendance 👎. Vous ne leur faites un cadeau que si ces objets sont désirés, alors parlez-en avec eux.

désencombrer les vêtements de bébé de ses enfants que l'on garde en souvenir

Cet objet me rappelle de bon souvenirs

Les relations et les souvenirs valent plus que tout, nous sommes bien d’accord. Si les objets sentimentaux dégagent des ondes positives, le problème est moindre, voire inexistant. Quand ces objets entraînent également de la rancœur, des regrets, de la peine, c’est plus embêtant. De même, une “collection” d’objet qui s’apparente à un musée des bons moments passés ne donne pas la place à de nouvelles expériences et relations.

Pour éviter d’accumuler, choisissez un objet emblématique, représentatif de la période ou la personne dont vous voulez garder le souvenir. Rappelez-vous également que posséder un objet n’est pas nécessaire à maintenir ces bons souvenirs : si c’est le cas, si l’objectification de ce moment ou personne est nécessaire, c’est peut-être qu’il est temps de tourner la page et de passer à autre chose. (Donc pitié, jetez votre boîte de lettres d’amour de vos ex.)

L’objet n’est qu’une béquille, car le souvenir est déjà dans notre subconscient. Il est donc possible d’aller le retrouver sans avoir besoin de cet objet mais juste en prenant le temps de partir explorer ce qui se trouve dans notre tête.

Positivessence

Prendre racine dans le passé empêche de s’épanouir dans le présent : chaque jour est une occasion de créer de nouveaux souvenirs, et de profiter du moment avant tout.

Bien des gens finissent leur vie entourés de tonnes d’objets auxquels ils ne tiennent pas et qui ne leur sont pas utiles. Ils restent attachés au passé, aux ancêtres, aux souvenirs, mais oublient le présent et n’envisagent pas l’avenir.

Dominique Loreau, L’art de la simplicité
comment désencombrer trier et organiser ses photos

Découvrir comment Bee Organisée trie et désencombre ses objets sentimentaux et souvenirs

C’est un héritage

Vous n’êtes pas obligé.e de garder un objet parce que vous l’avez reçu en héritage (même s’il se transmet dans la famille depuis des générations, surtout s’il s’agit d’un lourd meuble en bois massif que vous détestez, même si votre mère tente de vous culpabiliser pour que vous le gardiez chez vous) ou en cadeau.

Si vous avez encore du mal à prendre vos décisions sans être influencé.e par les exigences des autres, je vous invite à vous pencher sur le désencombrement du mental !

Quand j’étais enfant, nous n’avions pas d’argent pour nous permettre d’acheter des choses élégantes. Ma mère a composé cet ensemble (de vaisselle) en achetant une tasse, une saucière à la fois, chaque année. Nous savions que l’occasion était spéciale quand la vaisselle sortait de son meuble. Pour elle, ils avaient de la valeur lorsqu’elle les admirait et les entretenait. Moi, je préférerais les voir s’user autant que possible.

(…)

Ils provoquent également chez moi des souvenirs tristes. Ils me rappellent que la vie de ma mère n’était pas facile. 

(…)

En d’autres mots, comme beaucoup de souvenirs profonds, ils provoquent en moi des sentiments mitigés.

Decluttering our complicated relashionships with stuff

Que faire des objets sentimentaux et des photos ?

Le conseil que l’on donne souvent pour aider les gens à désencombrer les objets souvenirs, c’est d’y consacrer une et une seule boîte afin de limiter leur nombre. S’il s’agit d’un premier pas efficace, je trouve personnellement que c’est triste d’enfermer des objets auxquels on semble tant tenir… Alors faites vivre ces objets dans votre maison !

Demandez-vous ce que vous rappelle cette photo? Était-ce un beau moment? Y a-t-il des gens que vous ne côtoyez plus ou qui ont perdu une certaine importance pour vous?

Traces magazine

Sélectionnez uniquement vos photos préférées, mais encadrez-les. Mettez vos souvenirs en valeur en les exposant chez vous. Réalisez un joli cadre ou un livre pour les organiser. Vous réussirez ainsi à choisir uniquement ceux qui comptent vraiment et que vous aimez le plus. Et ils vous seront utiles !

organiser ses souvenirs et photos

A lire ensuite :

comment et pourquoi désencombrer ses objets sentimentaux

Spread the love