Il y a parfois des sentiments et ressentis qui sont difficiles à assumer. Parce que le discours des médias semble toujours à contresens. Parce que certaines positions sont taboues. Alors qu’on ne devrait pas discréter ses émotions, on ne se sent pas légitime parce qu’on a l’impression d’être en marge. On se retrouve à chercher sur Internet des témoignages de personnes qui ressentent la même chose que nous, pour savoir si on est normal.e et si c’est justifié. A une époque où la diversité et l’inclusion n’ont jamais été autant louées, les discours des médias, indépendants ou pas, semblent toujours autant normés, jusque sur les comptes d’influenceur.se.s engagé.e.s sur les réseaux sociaux. Je suis la seule à avoir cette sensation ?

Alors qu’aujourd’hui de nombreux comptes Instagram et livres indépendants tentent de rattraper les lacunes de l’éducation sexuelle, où on nous parle de libération sexuelle, de non-stigmatisation, de choix, j’ai pourtant l’impression que le mouvement “sex positive” devient une nouvelle injonction à cocher des cases pour pouvoir se dire libre et libéré.e. J’ai l’impression que le mouvement “body positive” nous apprend que la seule manière de bien vivre dans son corps, c’est de kiffer son apparence et de le montrer à tout le monde. J’ai l’impression qu’à mesure qu’on nous parle de consentement explicite, il est de plus en plus honteux d’assumer de refuser certaines pratiques. Le tabou évolue mais ne disparaît pas.

En bref, comme les injonctions au bonheur, à l’entrepreneuriat, au side-husling ces dernières années… est-ce que le mouvement “sex positive” n’est pas en train de créer de nouvelles injonctions finalement ?

C’est quoi le mouvement “sex positive” ?

Quand on parle de “sex positive”, il est question d’un mouvement qui veut inclure toutes les sexualités et débrider le dialogue sur le sexe. On ne veut plus que certaines pratiques soient honteuses, on veut que chacun.e puisse vivre sa sexualité comme il ou elle en a envie. Bien sûr, il est aussi question de consentement et de respect. Le consentement explicite est d’ailleurs encouragé, le dialogue avant, pendant et après le sexe. Enfin, puisqu’on parle ouvertement de sexe, de comment obtenir du plaisir, parler de ce qu’on aime ou pas, on parle également des risques du sexe. Le dialogue concernant les MST ainsi que la prévention des grossesses doit être présent.

Et là-dessus, j’adhère à 100%. L’idée que l’on accepte toutes les sexualités, de l’asexualité au libertinage, de la sapiosexualité aux relations ouvertes, du missionnaire dans le noir aux positions acrobatiques du kamasutra, quel que soit le sexe et le genre des partenaires, c’est génial ! Parler ouvertement et publiquement des MST et de la contraception, quand je vois le nombre d’adultes qui “oublient” régulièrement la capote avec des partenaires tout juste rencontré.e.s, et que la charge contraceptive repose toujours sur les femmes, c’est primordial. L’idée de considérer le sexe autant au sein d’un couple que comme une expérience en soi, c’est génial.

A force d’entendre toujours le même discours…

Le problème, c’est que les personnes qui s’expriment sur le sujet racontent un peu toujours la même chose, et qu’on a l’impression que leur discours dépeint toujours les mêmes nouvelles normes. Et à force d’entendre et de voir toujours la même chose, ça crée des normes, puis des injonctions, un peu comme celles qui découlent des blockbusters américains, du porno mainstream, et des magazines féminins, pour ne citer qu’eux.

Je ne compte plus le nombre d’articles qui vantent la liberté sexuelle des femmes, que ce soit pour assumer d’être soumise au lit -mais en l’ayant choisi-, ou de collectionner les sextoys haut-de-gamme pour se procurer des orgasmes sur commande. Parfois, je crois presque à une caricature.

C’est comme si on avait jeté une poignée de paillettes “consentement et empouvoirement” sur les pratiques patriarcales et capitalistes qu’on connaît depuis toujours.

Qu’on s’entende : il n’y a rien de mal à vouloir être soumise au lit quand on est une femme ou identifié.e comme telle, si on est sûr.e à 100% que c’est vraiment un désir qui nous est propre. Et c’est génial de s’amuser avec des jouets sexuels quand on a les moyens de se les payer (ou qu’on se les fait offrir par des sponsors…). Mais ce que j’attends des mouvements libérateurs, c’est qu’ils nous proposent de nouvelles narrations ! Si notre sexualité est vraiment libérée, je me demande quand même pourquoi je reste bombardée des mêmes représentations chaque jour. Si notre sexualité est vraiment inclusive, je me demande pourquoi on présente le fait de collectionner des sextoys comme quelque chose de banal, alors que beaucoup de gens n’ont pas les moyens de s’acheter des jouets de luxe.

Il n’est pas question de cacher telle ou telle représentation parce que tout le monde ne peut pas s’y retrouver : on ne pourrait plus rien montrer ! Ce qui me chiffonne, c’est qu’on ne nous montre toujours qu’une facette, une recette magique, et que les gens qui s’expriment sur le sujet semblent formattés à leur manière. Il y a le moule des personnes normales, le moule des personnes qui se disent marginales, mais aucune nuance entre les deux.

Dans les médias, c’est simple. Il n’y a pas de nuances entre le bonheur béat et constant et la déprime, il n’y a pas de nuances entre l’auto-entrepreneur.se qui parcourt le monde en van grâce à son super boulot qu’il peut faire grâce à son PC et seulement 4 heures par semaines (…) et le ou la salarié.e dépressif.ve. Il n’y a pas de nuance entre les personnes en couple libre qui ont des nouveaux partenaires tous les 3 mois, font des partouzes, collectionnent les sextoys et pratiquent le BDSM, et les gens enfermés dans la sexualité au sein du couple, centrée sur la pénétration et frustré.e.s. Soit tu es du bon côté, soit tu es un.e loser.euse.

Dans un épisode du podcast L’affranchie, Laura Berlingot, autrice du livre “Une sexualité à soi. Libérée des normes.” (affilié*), que je n’ai pas encore lu, expliquait que c’est génial tout ce discours sur la (re)découverte du clitoris et de sa place dans le plaisir féminin, mais que ce discours écarte aussi les personnes à clitoris qui ne prennent pas de plaisir via cet organe et qui peuvent vivre cette surenchère sur le plaisir clitoridien comme une injonction qui leur est inaccessible. Si le discours permet et pemettra probablement à beaucoup de personnes de sexe féminin de prendre du plaisir, on oublie souvent d’inclure les autres (pensons par exemple, aux femmes excisées). Ainsi que toutes les autres dimensions du sexe. Elle raconte plein d’autres choses intéressantes dans cet épisode d’ailleurs, du genre qu’on n’entend pas habituellement… et en laissant la porte ouverte à la réflexion personnelle.

Cet article est honnêtement compliqué à illustrer

Manque de représentation

On pourrait penser que c’est anodin, qu’il n’est pas nécessaire de voir des représentations pour se trouver. Pourtant, c’est tout à fait faux ! En lisant Le génie lesbien (affilié*) par exemple, et en me penchant sur le problème de manque de représentation des lesbiennes, j’ai réalisé (et encore, c’est prétentieux de dire ça, je n’ai pas vécu leur situation) combien les femmes lesbiennes souffrent de ne pas pouvoir se projeter. Comme si “elles” n’existaient pas.

Autre exemple : partout, tout le temps, les relations sexuelles hétéro sont présentées comme un rapport de domination, où la femme dispose, fournit, se soumet, dans une mesure plus ou moins grande. Même si aujourd’hui on nous dit qu’on peut adopter ce schéma et y prendre du plaisir en était dans la peau de la femme soumise consentante.

J’ai regardé la série Bonding sur Netflix (Netflix a vraiment pas mal de contenu inclusif intéressant !), qui raconte l’histoire d’une jeune femme qui est dominatrice dans un donjon. Je n’avais jamais imaginé ce type de dynamique dans la sexualité car on ne la montre quasiment jamais. Si une femme semble dominer au lit dans les médias (dans une relation hétéro), il y a toujours un besoin de remettre la balance au milieu, de remettre les choses (la femme) à leur place. Voir cette représentation a ouvert tout un monde d’imagination et de possibilités dans mon esprit dont on m’avait privée toute ma vie ! Pendant ce temps, hommes et femmes sont abreuvés de narrations où l’homme dirige et la femme obéit, au point où on peine à imaginer d’autres scénarios.

Alors oui, je rêve d’un monde sex positive où l’asexualité, le sexe “vanilla” (un terme que je trouve réducteur et condescendant à mourir, qui catégorise les gens qui ne pratiquent pas certaines tendances au lit, encore une fois il faut choisir un côté…), le sexe sans rapports de domination, le sexe entre femmes qui ne fait pas bander les hommes, les relations entre une femme moche et un mec beau, le consentement vrai et authentique, le libre choix non influencé, le sexe sans performances et sans chiffres, les hommes qui aiment traîner et prendre leur temps, les rapports dans toutes leur vérité, avec les fluides et les couacs qui les accompagnent, les poils sur les femmes et les hommes qui aiment s’épiler, les gens de tout genre et tout sexe qui n’aiment pas certaines pratiques classiques, et d’autres qui ne s’en tiennent qu’à ça parce que ça leur convient parfaitement, celleux qui ont envie de parler de sexe publiquement, et les autres qui préfèrent en parler tout bas entre quatre yeux, et tous les autres à qui on ne pense jamais, seront banalisés et placardés partout.

Aujourd’hui, honnêtement, je trouve qu’on en est encore loin. Parce qu’on continue au final de valider des choses qui existaient déjà, mais en modifiant légèrement la présentation.

Aime ton corps donc montre-le

Quand on est sex postive, on doit aussi assumer son physique. Et quand on assume son physique, on doit se sentir libre de le montrer. C’est ce que j’ai déduit de ce que je vois sur les réseaux sociaux. On reste donc sur un dialogue centré sur l’apparence, où l’apparence garde toute son importance. Ok, on veut montrer qu’il existe plein de corps différents et qu’ils sont tous légitimes. Mais ça me dérange quand même : d’une part, on continue d’amener le focus sur l’apparence physique et de considérer le corps (des femmes et personnes identifiées comme telles) comme un outil esthétique. Le dialogue sur le corps des femmes en tant qu’outil d’action est toujours terribement absent.

D’autre part, montrer des corps divers ne me semble pas être la solution. Pour commencer, les corps “divers” finissent quand même par tous se ressembler, ils sont mis en scène de manière à être sexuellement attractifs, d’un point de vue… masculin, quoi qu’on en dise ! Parce qu’ils sont mis en scène (un peu, beaucoup, à la folie…) de la même manière que d’habitude, mais juste en n’occultant pas la cellulite, ou les poils, ou un peu de graisse… Quand je vois la violence qui a lieu sur Internet, je pense aussi que les femmes qui se montrent sous ce jour doivent en prendre plein la gueule niveau commentaire haineux, harcèlement, messages salaces…

De plus, ce n’est pas parce que ces corps montrent des imperfections qu’ils ne ramènent pas d’autres femmes à leur apparence phyisque et ne provoquent pas de nouveaux complexes : on va toujours trouver que ces femmes ont de plus gros seins, ou un cul plus rond, ou une taille plus fine… que nous. Bref, status quo.

Des poupées vivantes

Dans une période où toutes ces questions me turlupinaient beaucoup, j’ai cherché des articles sur le sujet. Il était vraiment difficile de trouver quoi que ce soit dont la conclusion n’était pas “C’est comme ça, il faut accepter, c’est pas grave“. Jusqu’à ce que je tombe sur le livre “Living dolls. The return of sexism” (affilié*; non traduit, “Poupées vivantes. Le retour du sexisme.”). Il s’agit d’un essai sur la pseudo libération sexuelle de la femme, qui finalement produit de nouvelles injonctions, et sur les choix apparents qui n’en sont pas vraiment.

Natasha Walter débute son livre en posant d’emblée le constat suivant : L’argument selon lequel cette libération sexuelle est un choix de la part des femmes permet de se dédouaner des conséquences et de toute remise en question. En même temps, il est difficile pour les femmes de faire un autre choix, car elles ont peur d’être traitées de prudes ou qu’on se moque d’elles. Il est difficile de se sentir légitime quand on ressent quelque chose, si personne n’en parle, qu’on est moqué.e dès qu’on a une opinion différente, et que tout le monde présente le même point de vue.

Le mouvement de libération de la femme semble avoir renforcé la situation passée, en prétextant que les femmes se sentent libérées et prennent le contrôle lorsqu’elles sont sexuellement agressives (dans le sens où elles ont des pratiques auparavant vues comme déviantes ou marginales, mais pas dans le sens où elles cherchent agressivement leur propre satisfaction…), qu’elles ont des relations sexuelles sans sentiments, qu’elles exhibitionnent leur corps.

Si le travail du sexe (y compris les photos érotiques, le striptease et prestations similaires…) ne doit pas être montré du doigt, s’il existe bel et bien des femmes qui font ce choix parce qu’elles le trouve empouvoirant et qu’elles aiment ces activités, il y a une tendance à glamoriser ces métiers et à les faire paraître faciles tout en occultant la réalité : les femmes y sont toujours exploitées, beaucoup ne s’y retrouvent pas par choix, ou n’arrivent pas à en sortir lorsqu’elles le veulent, et cela participe à l’objectification des femmes et personnes identifiées comme telles (ou plus précisément : non identifiées comme des hommes en position de domination sociale, financière…). Je te conseille le documentaire “Hot girls wanted: turned on” sur Netflix, dont certains épisodes montrent la face cachée des femmes qui vendent du sexe sur Internet… glauque à souhait !

S’il s’agit d’une libération sexuelle… pourquoi on n’y voit toujours pas les hommes ?

Si cette libération sexuelle était vraiment source de pouvoir, on verrait les hommes y accourir ! Pourtant, actuellement, non seulement on n’est toujours pas bombardé.e.s d’images d’hommes dans des positions érotiques et aguicheuses, d’hommes qui pratiquent des lapdances ou du striptease, d’hommes qui mettent leur corps en valeur et posent presque nus sur Internet, d’hommes prostitués, d’hommes qui suivent des cours de pole dance ou de burlesque, d’hommes qui portent de la lingerie érotique, d’hommes attachés, dans une position soumise et sans défense, d’hommes qui vendent du thé minceur et se font gonfler les lèvres… mais c’est même extrêmement difficile d’en trouver lorsqu’on cherche ces images activement ! Alors que pour les mêmes images mettant en scène des femmes, on peut tout faire pour s’en prémunir, elles parviennent quand même à nos yeux. Et cette pseudo libération ne fait que creuser un peu plus chaque jour le fossé entre les hommes et les femmes, tout en renforçant le sexisme et les stéréotypes.

L’histoire a pourtant démontré que lorsqu’il y a moyen d’obtenir plus de pouvoir sans effort, les hommes sont les premiers à débarquer (“not all men“)

Lorsqu’on se concentre sur l’objectif de s’afficher comme sexuellement libérée, on ferme finalement la porte à d’autres formes d’empouvoirement. De plus, l’empouvoirement sexuel comme on y assiste, exposé sur Internet et qui suit des normes tracées, satisfaisant le regard masculin (male gaze), reste de l’empouvoirement qui s’acquiert par l’intermédiaire des autres et de leur validation (comme le body positivisme). C’est une prise de pouvoir de paraître, ce qui ne veut pas dire que ces personnes prennent plus de plaisir, se sentent plus alignées, osent exprimer leur avis et leur (non-)consentement.

De plus, s’il s’agissait vraiment d’empouvoirement féministe, cela devrait concerner et inclure toutes les femmes.

Il est temps que les femmes commencent à exiger des choses en tant que consommatrices plutôt que d’être juste les fournisseures” – Living dolls.

Du coup, on laisse tomber le sex positivisme ?

Evidemment que non ! Mais comme toujours, il est vraiment important de tout remettre en question et de varier ses sources d’information et de loisirs. Lorsqu’on voit les médias, quels qu’ils soient, valider toujours les mêmes discours et les mêmes représentations, on a tendance à (se) questionner de moins en moins et à intégrer les choses telles quelles.

Le mouvement sex positive devrait nous permettre de créer notre propre définition du sexe, nos frontières, nos envies, de ne pas accepter le sexe tel qu’il a été imaginé par les hommes sans pouvoir changer la narration. Il ne devrait pas nous présenter un nombre limité de modèles qu’on peut adopter. Bien sûr, connaître ses limites et ses goûts se fait par l’expérimentation, et en ce sens les mouvements de libération sexuelle nous permettent de découvrir ce qui nous convient. Mais si c’est expérimentations ses limitent aux fantasmes dessinés par les hommes hétéro depuis plusieurs décennies, on tourne en rond, et on risque même de régresser…

Dans la révolution sexuelle actuelle, que faisons-nous pour notre propre plaisir, sans se baser sur ce qu’on connaît du sexe et de la sensualité depuis plusieurs années ?

Voici quelques idées qu’on ne partage pas assez à mon goût en matière de liberté sexuelle :

  • Il n’existe pas de hiérarchie dans les expériences et pratiques sexuelles, pas de “must do”, pas de palliers, pas de bons points à gagner en cochant des cases.
  • Tu as le choix du rôle que tu veux prendre, d’en changer, de ne pas en vouloir. Les rôles qu’on voit dans les médias ne sont pas les seuls choix. Tu n’es même pas obligé.e de mettre des mots dessus.
  • Les seules règles que tu ne dois jamais oublier, c’est consentement et respect. Dans le respect, je range aussi le fait d’être transparent.e quant aux risques pris, et donc le dialogue sur les MST, ainsi que le partage de la responsabilité de la contraception.
  • Personne ne devrait se sentir obligé.e d’avoir l’air beau ou belle pendant le sexe. Tout le monde devrait être focalisé sur son plaisir et celui de ses partenaires, jamais au détriment d’autrui, toujours avec un consentement éclairé.
  • Tu peux te sentir moche et t’éclater au lit. Tu peux ne pas avoir d’opinion à propos de ton apparence et faire du sexe.
  • Tu peux ne pas te masturber, ou le faire avec un oreiller plutôt qu’un sextoy à 175 €. Et tu peux acheter plein de sextoys aussi. Tu peux même acheter des jouets qui coûtent 10 balles. On s’en branle.
  • Tout est légitime tant qu’on ne blesse pas les autres, qu’on ne se fait pas du mal, qu’on ne fait pas courir de risques aux autres (sauf consentis et conscients).
  • Si quelqu’un se moque de toi, vire-le ou -la de ta vie.
  • Si les discours des réseaux sociaux t’étouffent et te font te questionner jusqu’à te mettre mal à l’aise, désabonne-toi.
  • On peut être féministe et être marié.e avec 3 enfants et faire du sexe une fois tous les 6 mois.
  • Les médias sont toujours partants pour partager des témoignages qui vont dans leur sens et les arrange (moi y compris, c’est un biais dont tout le monde souffre, on cherche à valider ses opinions !) alors diversifie tes sources, et surtout remets tout en question, car ce qui te convient n’est probablement écrit nulle part noir sur blanc.
  • Ce n’est pas parce qu’un “choix” ou une tendance est célébrée largement que tu dois aller dans cette voie.

Pfiou, ça en fait des choses sur lesquelles cogiter !

Plus de sources sur le sujet

Médias

Articles du blog cités dans l’article

Articles du blog sur des thèmes similaires

(*) En tant que Partenaire Amazon, je réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.
Si tu n’as pas envie de passer par Amazon pour tes achats, tu peux soutenir le blog grâce à une participation consciente et volontaire. Cela me permet de ne pas mettre de publicité sur mon site (et j’espère bientôt de pouvoir arrêter l’affiliation chez Amazon). Plus d’informations ici.

Spread the love