Dans cet article, je vous présente les sous-vêtements parfaits qui devraient constituer les basiques d’une garde-robe minimaliste. Ce sont ceux à choisir en priorité, et dont on pourrait se contenter si on veut minimaliser et simplifier au maximum sa garde-robe capsule. Leurs atouts : ils se marieront avec tous les vêtements et on s’y sent bien ! Si on les trouve dans une marque durable, c’est encore mieux.

Soutien-gorge

Choisissez-les lisses et couleur chair. Lisses, car cela évite de voir la texture d’une dentelle ou autre à travers les vêtements. Couleur chair, car c’est la seule couleur qui est invisible sous n’importe quelle autre. Pas besoin de réfléchir au mariage de couleurs !

Pour plus de confort, on peut se tourner vers des soutien-gorge sans armatures ou des brassières. Je les privilégie de plus en plus car les armatures en métal font mal, marquent la peau… et sont aussi le premier élément à s’abîmer !

Essayez toujours vos soutien-gorge (ou achetez-les sur un e-shop qui permet de renvoyer gratuitement*), repérez les marques qui vous vont bien, durent dans le temps, sont confortables…

Sélection shopping brassières et soutien-gorge éthiques et pratiques

*Le site Lemon Curve accepte les retours et propose de nombreuses marques pour les grands bonnets. Vous pouvez récupérer une partie de vos achats Lemon Curve via iGraal.

The Nude Label

Check-list du soutien-gorge tout-terrain parfait

  • de la même couleur que ma peau
  • sans fioritures (dentelle, applications, strass…)
  • confortable : testez les sans-armatures et brassières
  • avec de jolies bretelles qui savent se faire discrètes
  • +++ : les bretelles interchangeables (pour modifier son soutien-gorge avec des bretelles classiques, dos nageur pour les débardeur, dos-nu pour les tops dos-nu, bandeau pour les bustiers…)

Slips, culottes

Ici aussi, le choix le plus futé, c’est la couleur chair. Sous un vêtement noir, on verra une culotte blanche (sous un vêtement clair ou blanc aussi d’ailleurs), sous un vêtement clair on verra une culotte noire ou colorée. Les sous-vêtements chair sont indécelables.

Choisissez des culottes chair sans coutures, qui ne marquent pas la peau et ne créent pas de démarcations sous les vêtements. J’ai un énorme coup de coeur pour les culottes Saint Basics qui sont éthiques, très durables (celles que j’ai depuis plusieurs années n’ont quasiment pas bougé), hyper confortables et qui existent en couleur chair. Elles sont plus chères que d’autres, mais je m’en offre 2-3 à chaque fois que je dois remplacer d’anciennes culottes et je n’aurai bientôt plus qu’elles.

Saint Basics, mon coup de cœur depuis des années pour les culottes

Check-list de la culotte minimaliste invisible parfaite

  • de la même couleur que ma peau
  • lisse, sans fioriture (dentelle, zip, application, strass…)
  • élastique confortable qui ne cisaille pas la peau
  • respirante pour ne pas avoir chaud à la mounette
  • ZÉRO TRACE SOUS LES VÊTEMENTS : Optez pour des bords coupés à cru, au laser ou à l’ultrason, sous coutures et sans élastiques au tour de cuisse/sur la fesse (en plus, elles ne s’abîment pas puisqu’il n’y a pas d’élastiques et donc pas de perte d’élasticité)

Voir aussi :


Chaussettes (adieu les orphelines !)

Pour se simplifier la vie, on cherche la paire de chaussettes parfaite, et une fois trouvée, on l’achète en plusieurs exemplaires ! Cette astuce permet de gagner du temps lorsqu’on range les chaussettes : plus besoin de chercher les paires puisqu’elles s’accordent toutes ensemble, plus de chaussettes orphelines à la sortie de la machine. Lorsque les chaussettes s’abîment, on peut recréer des paires avec les restantes !

Sélection shopping chaussettes en coton bio

Collants

En matière de collants, le meilleur modèle, c’est celui dans lequel vous êtes bien ! Préférez les ceintures larges à la taille pour éviter l’élastique qui rentre dans la chair. Cela évite également une démarcation sous les vêtements.

Je vous conseille d’acheter un collant à la fois, de l’éprouver, puis d’acheter plusieurs exemplaires similaires, en fonction de vos besoins (rythme de lessives, fréquence d’utilisation…) sans trop faire de stock tout de même (attention aux variations de poids).

Ce n’est pas le meilleur choix en terme d’éthique malheureusement, mais pour moi ce sont les collants de chez Primark qui fonctionnent, car ils durent longtemps (je n’achète que des collants opaques cependant), que je me sens bien dedans (suffisamment longs, pas serrants à l’estomac…), qu’ils tiennent bien en place. Je connais les modèles qui me vont et ma taille, je peux donc les acheter les yeux fermés.


Lire aussi : L’article du site HOP (Halte à l’Obsolescence Programmée) sur les collants, ainsi que leur classement des collants les plus durables dans le temps :

HOP

Les collants Bleuforêt semblent être le meilleur compromis : fabriqués en France, ils sont également deuxième dans le classement des collants les plus résistants dans le temps. Bleuforêt propose des chaussettes ainsi que des collants dans tous les genres (opaques, voile, laine, leggings…). Vous récupérez 5% de vos achats sur le site via iGraal.

Combien de sous-vêtements dans une garde-robe capsule ?

On me demande souvent des listes précises d’objets, et leur nombre, pour pouvoir se dire minimaliste. Il n’existe pas de règle universelle : le minimum nécessaire dépend de chacun.e, de votre mode de vie, des vos besoins, de vos capacités… Cependant vous pouvez définir votre liste de must-have en réfléchissant principalement à cette question : combien de pièces sont nécessaires pour tenir entre deux lessives ?

Selon que vous faites des lessives toutes les semaines ou tous les mois, selon que vous avez un cycle court économique ou une machine qui n’a que des cycles de lavage de 3h30 et un grand tambour, vous aurez besoin de moins ou plus de (sous-)vêtements. Il faut alors observer pendant quelques mois votre besoin, et compléter ou désencombrer en fonction du résultat.

Bien choisir les matières de ses sous-vêtements

Avant de lister les matières disponibles au rayon sous-vêtements, faisons un tour des labels. Tout d’abord, restez toujours vigilant.e.s face aux labels, car certains n’ont aucune valeur. Les logos ci-dessous sont ceux de labels qui ont déposé un cahier des charges précis, que vous pouvez retrouver sur chacun de leurs sites. Cela veut dire également qu’un sous-vêtement n’est pas nécessairement bio s’il est éthique, et inversement. De même, chaque label a un seuil de tolérance ou d’exigence différent !

Je rappelle que la manière la plus facile et accessible de consommer éthique et durable est en premier lieu d’acheter seulement ce qui est nécessaire, et donc de bien sélectionner les sous-vêtements que l’on achète. Prenez également soin de vos vêtements pour qu’ils durent dans le temps.

Le label GOTS certifie des vêtements écologiques, utilisant des fibres biologiques et limitant les substances nocives, fabriqués de manière éthique (commerce équitable). C’est a priori le plus complet. L’Ecolabel est également relativement complet. Le Nordic Swan lui ne se penche pas sur la question sociale.

Soil association se concentre uniquement sur les fibres biologiques, tout comme Organic content standard. Oeko-Tex lui garantit la limitation des substances nocives (c’est pourquoi on le privilégie en premier lieu quand il s’agit des sous-vêtements). Fair Wear foundation labellise les vêtements issus du commerce équitable.

Les labels Fairtrade eux se concentrent sur le commerce équitable uniquement.

Les matières écologiques et bio

Quand on pense vêtements écologiques, on pense souvent coton bio. Et pourtant ! Le coton classique est une catastrophe environnementale et sociale, le coton bio est un peu mieux niveau environnemental mais rien ne garantit qu’il soit éthique. Si autant d’enseignes de fast fashion peuvent se permettre de vendre des vêtements en coton bio, c’est qu’il n’est pas, non plus, rémunéré à un prix juste.

Les fibres telles que le chanvre ou le lin sont à privilégier, même s’il faut également se pencher sur leur provenance et les conditions de production. L’avantage, c’est que ces plantes peuvent être cultivées beaucoup plus près de chez nous, ce qui diminue l’impact du transport et permet de s’assurer des conditions de travail éthiques et des traitements subis.

Le bambou, vanté partout comme la fibre écologique par excellence, voyage beaucoup pour arriver jusqu’à nous. Si la plante a l’avantage de ne pas nécessiter de traitements (ou très peu), sa culture intensive (pour répondre à la tendance du moment…) est par contre problématique, perturbant l’écosystème environnant.

La laine, pour les chaussettes, est une matière respirante qui peut durer des années et des années (je possède deux paires de chaussettes Damart en laine qui ont plus de 10 ans !). Cette matière a bien sûr également des avantages indéniables du point de vue de la régulation de la température. Ce n’est par contre pas une matière vegan, et il convient de s’informer du traitement des animaux qui ont produit cette laine. Privilégiez toujours des produits fabriqués au plus près de chez vous.

Enfin, il existe des sous-vêtements en matières recyclées, ce qui me semble intéressant, en attendant d’avoir vaincu le consumérisme et la sur-consommation. Il existe des milliards de vêtements délaissés dans le monde, dont beaucoup ne trouveront pas de nouveaux propriétaires (sans parler d’autres matériaux qui peuvent être recyclés pour créer des fibres textiles), autant les utiliser comme on peut.


Prête à créer ta garde-robe minimaliste parfaite ? Découvre l’atelier en ligne “Je désencombre mon dressing et je crée ma garde-robe capsule !“. Tu veux commencer en douceur ? Inscris-toi à la newsletter (en haut du blog) pour recevoir ton guide gratuit “7 vêtements dont tu peux te débarrasser tout de suite”.


Spread the love